ENCEINTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les éléments du rempart

Le soin apporté par la collectivité à la construction d'une enceinte est constant ; celle-ci comporte toujours un certain nombre d'aménagements caractéristiques de sa fonction défensive. Les premiers sont les tours dont on fera la typologie. Il en existe deux formes principales : les tours carrées ou quadrangulaires et les tours rondes qui, dans l'architecture grecque au moins, leur sont postérieures. Elles peuvent être pleines ou comporter au rez-de-chaussée une salle munie d'archères pour un tir rasant ; les unes sont plus solides, les autres permettent une meilleure défense contre des assaillants ayant atteint le pied du rempart. La forme carrée est appropriée à la construction en grand appareil et propice à un aménagement intérieur mais engendre des angles morts pour le tir et des angles saillants qui favorisent l'action des béliers et des machines de siège. Les tours polygonales sont une solution intermédiaire entre le plan carré et le plan circulaire. En fait, le meilleur plan est le plan circulaire ou, plus fréquemment encore, semi-circulaire ; les tours rondes sont les plus résistantes et les mieux adaptées à la surveillance. L'espacement normal des tours correspond à la portée des armes de jet.

La courtine est la partie de la muraille comprise entre deux tours ; elle est normalement rectiligne ; mais, pour diminuer le nombre des tours, les architectes militaires prévoient de ménager des crémaillères et des saillants.

L'entrée dans l'espace défendu se fait par une porte dont la défense est toujours assurée avec un soin particulier, jusqu'à en faire une véritable forteresse car elle constitue le point le plus faible du dispositif. Le principe le plus général de la défense des portes est d'obliger l'ennemi à présenter aux coups de la défense son flanc droit, non protégé par le bouclier. Dès le IIIe millénaire, dans les Cyclades, apparaissent des portes en chicane. À l'époque mycénienne, on utilisa le système de la rampe d'accès bordée par un bastion. Des portes doubles puis triples sont construites au IIe millénaire en Asie Mineure et au Proche-Orient. Dans l'architecture grecque et romaine, la solution la plus économique consiste à créer un cheminement défendu par une tour. Le plus simple est d'ouvrir la porte en arrière de la courtine au fond d'un angle rentrant de la muraille. L'angle d'ouverture détermine la formation d'une cour curviligne ouverte vers l'extérieur et au fond de laquelle s'ouvre la porte. Selon l'ouverture de la cour, on distingue la porte « en demi-lune » et la porte « à tenaille » dont la forme est plus proche de l'outil auquel elle doit son nom. Au lieu de s'ouvrir vers l'extérieur, la cour peut être fermée ; on parle alors de porte à cour intérieure. Il faut attendre l'Islam des xie et xiie siècles pour voir la défense des portes progresser par rapport à l'époque romaine : construites dans des bastions, celles-ci sont caractérisées par l'allongement de couloirs d'accès pourvus de nombreux assommoirs et de nombreuses herses. À la même époque, la défense rapprochée des portes est perfectionnée par un dispositif de flanquement mis au point en Espagne, la torre albarrana, tour bâtie en avant de l'enceinte et reliée à elle par une arche. Les poternes sont des ouvertures secondaires étroites qui peuvent faire l'objet de dispositifs de défense tels qu'un tracé biais ou coudé.

Bab al-Yemen à Sanaa, Yémen

Photographie : Bab al-Yemen à Sanaa, Yémen

Bab al-Yemen, la principale porte d'entrée dans la vieille ville de Sanaa, la capitale yéménite. 

Crédits : H. Champollion/ AKG-images

Afficher

La circulation sur le sommet du rempart et sa défense sont assurées par une plate-forme, le chemin de ronde, construit sur le sommet du mur et élargi par un encorbellement. Vers l'extérieur, ce chemin est protégé par un parapet habituellement crénelé, parfois protégé par une toiture. Dans le cas d'architecture de pierre, les créneaux sont découpés orthogonalement. Mais, sur leurs remparts de terre, les Assyriens construisaient des merlons d'argile de forme pyramidale. Le plus souvent, la muraille est aveugle et sa défense est assurée depuis le chemin de ronde et à partir des tours. Mais elle pouvait être améliorée par des ouvertures de tir et des poternes de sortie. Vers l'extérieur, le rempart est normalement précédé d'un fossé devant lequel s'étend un glacis. Le fossé présente l'intérêt d'augmenter la hauteur du rempart et de constituer un obstacle gênant pour les assaillants, infranchissable pour les machines d'assaut et de sape.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Babylone (site archéologique)

Babylone (site archéologique)
Crédits : T. Koch/ Shutterstock

photographie

Dimini (Thessalie)

Dimini (Thessalie)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Jérusalem : la Vieille Ville

Jérusalem : la Vieille Ville
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Porte Noire à Trèves, Allemagne

Porte Noire à Trèves, Allemagne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Provence (Antiquités nationales)

Classification

Autres références

«  ENCEINTES  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole préhistorique et mycénienne »  : […] Des buttes rocheuses dont le chapelet s'égrène du nord au sud dans l'ample cuvette que circonscrivent l'Hymette, le Pentélique et le Parnès, l'Acropole, avec son plateau artificiellement agrandi de 27 000 mètres carrés qui culmine à 156 mètres, n'est ni la plus haute ni la plus vaste. Sans doute est-ce aux deux sources qui la flanquent, au sud (Asclépieion) et au nord-ouest (Clepsydra), qu'elle du […] Lire la suite

ARCHITECTURE MILITAIRE (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 207 mots

Les ouvrages de défense – remparts, fortins, tours de guet –, dont les vestiges imposants scandent aujourd'hui la solitude des paysages grecs, sont l'autre face, longtemps occultée, d'une architecture dont on n’a longtemps voulu voir que les édifices sacrés. Ces constructions militaires, importantes et nombreuses à toutes les phases de la civilisation grecque, sont au contraire le témoin éloquent […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La dynastie chaldéenne (627-539), les splendeurs de Babylone »  : […] Après la mort de Kandalanou, le trône de Babylone est saisi par le Chaldéen Nabou-apla-outsour (626-605), qui fonde une dynastie. Après avoir éliminé les garnisons assyriennes, il part à l'attaque de l'Assyrie qui est finalement détruite avec l'aide du roi mède Cyaxare : malgré l'intervention tardive de l' Égypte en faveur des Assyriens, Assour tombe en 614 et Ninive en 612. Le pharaon Néchao est […] Lire la suite

DILBERDJIN TÉPÉ

  • Écrit par 
  • Paul BERNARD
  •  • 1 092 mots

Important centre urbain de l'antique Bactriane, dans l'Afghanistan septentrional, sur la rive gauche de l'Oxus (Amou-Daria), Dilberdjin Tépé est situé à 40 kilomètres au nord-ouest de Bactres. Son existence est attestée de la fin du ~ ii e siècle au v e siècle et couvre la fin de la période de la colonisation grecque, les époques kouchane ( i er - iii e  s.) et kouchano-sassanide ( iii e - v e   […] Lire la suite

HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • René TREUIL
  •  • 4 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des origines à l'Helladique ancien ( ?-1950 av. J.-C.) »  : […] La première occupation humaine bien attestée, en Thessalie et surtout en Élide et en Épire, date du Paléolithique moyen (44 000-35 000 B.P.). Au Paléolithique supérieur (26 000-10 000 B.P.), le peuplement s'étend à l' Argolide, probablement aussi au Magne, aux îles Ioniennes et à l'Eubée ; dès la fin de la période, la navigation semble connue, puisque l'obsidienne de Mélos apparaît à Franchthi en […] Lire la suite

KHORSABAD

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel FOREST
  •  • 616 mots
  •  • 2 médias

La ville est située à peu de distance du Tigre, à une vingtaine de kilomètres de Ninive, dans le nord de l'Irak. Khorsabad est le nom moderne de Dur Sharrukin , une capitale du Nouvel Empire assyrien construite de toutes pièces par Sargon II à la fin du ~ viii e siècle (à partir de ~ 713) et abandonnée dès la mort de ce dernier, en ~ 705. Le site fut d'abord fouillé par des Français (P. E. Botta, […] Lire la suite

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 236 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'urbanisme traditionnel »  : […] Le seul site maurya largement dégagé est Taxila (Bhir Mound), près de Rawalpindi, dans l'actuel Pakistan. C'était une ville ancienne, métropole du Nord-Ouest, siège d'un vice-roi. Son aspect ne change pas sous les Maurya : petites maisons mal bâties de cailloux et de boue ; rues étroites, sinueuses et mal pavées ; pas d'édifice public marquant, sauf, peut-être, une structure absidale au centre de […] Lire la suite

MÉDINET HABOU

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 343 mots
  •  • 1 média

Dans le secteur méridional de la Thèbes occidentale, aux limites de la zone des cultures et de la frange de désert, Médinet Habou est avant tout le grand temple de millions d'années de Ramsès III, l'un des plus importants champs de ruines d'Égypte. Il est précédé d'une porte-forteresse qui domine de la hauteur de ses vingt-deux mètres le mur d'enceinte en brique ; des étages percés de petites fenê […] Lire la suite

MUSARNA, site archéologique

  • Écrit par 
  • Henri BROISE, 
  • Vincent JOLIVET
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire de la civilisation étrusque, il est peu de domaines sur lesquels nous soyons moins bien renseignés que celui de l'urbanisme. Les études étrusques se sont en effet en très grande partie développées autour de l'étude des tombes, plus spectaculaires, plus faciles à fouiller, et plus riches de mobilier intact. Cette situation s'explique également, toutefois, par des difficultés objecti […] Lire la suite

MYCÈNES

  • Écrit par 
  • Pascal DARCQUE, 
  • Jean-Claude POURSAT
  • , Universalis
  •  • 4 807 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'habitat »  : […] Sur le site, on distingue nettement deux zones habitées : la « ville basse » et l'acropole . Dans l'un et l'autre cas, les constructions datant du Néolithique récent (env. 4000-3000 av. J.-C.) et des premières phases de l'âge du Bronze, dénommées Helladique ancien (env. 3000-2000) et Helladique moyen (env. 2000-1550), n'ont laissé que des traces fugaces. En ce qui concerne la « ville basse », on a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 décembre 2020 Suisse. Dénonciation de la procédure d'adoption d'enfants sri-lankais.

Il révèle que beaucoup d’adoptions étaient effectuées sans le consentement des parents et que nombre de nourrissons provenaient de vols ou de « fermes à bébés » où des femmes étaient mises enceintes par des hommes blancs de façon à engendrer des enfants à la peau claire. Le Conseil annonce la mise en place d’un groupe de travail chargé d’aider ces personnes dans la quête de leurs origines. […] Lire la suite

1er-5 février 2016 Santé . Propagation d’une épidémie due au virus Zika.

Le virus transmis par les moustiques est responsable de cas de microcéphalie chez les fœtus des femmes enceintes infectées. L’épidémie a débuté en mai 2015 au Brésil où on a enregistré un million et demi de cas d’infection, plus de quatre mille cas de microcéphalie suspecte et quelque six cents cas avérés depuis cette date. Le 5, l’ONU demande aux pays touchés par l’épidémie due au virus Zika, situés pour la plupart en Amérique du Sud, d’autoriser la contraception et l’avortement. […] Lire la suite

11 octobre 2010 France. Adoption de la loi sur la régulation financière

Le texte prévoit la création d'un conseil de régulation financière et de risque systémique chargé de coordonner l'action de la France dans les enceintes internationales. Il renforce les pouvoirs de l'Autorité des marchés financiers, qui pourra exercer un contrôle sur les agences de notation, restreindre le recours à certains instruments financiers et adopter des sanctions. […] Lire la suite

5-16 mai 2004 France. Nouveau plan du gouvernement relatif au dossier des intermittents du spectacle

Le ministre propose également de prendre en compte la situation des femmes enceintes et des personnes en congé de maladie. Par ailleurs, Renaud Donnedieu de Vabres confie à un groupe de travail incluant les partenaires sociaux la redéfinition du champ des métiers qui dépendent du régime de l'intermittence. Enfin, il annonce un plan de soutien aux spectacles vivants. […] Lire la suite

1er-27 septembre 1999 Indonésie. Intervention internationale à Timor oriental

À partir du 4, les miliciens anti-indépendantistes font régner la terreur à Dili, tandis que des milliers d'habitants tentent de fuir la ville ou de trouver refuge dans des enceintes protégées. Le 5, les Nations unies, sous l'égide desquelles le référendum a été organisé, dénoncent les violences sans parvenir à fixer les modalités d'une riposte. Le 6, les miliciens, aidés par l'armée et la police, commencent à évacuer de force les populations vers Timor occidental, en territoire indonésien. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe LEVEAU, « ENCEINTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enceintes/