ÉMILIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 187 avant J.-C., le consul Marcus Aemilius Lepidus construit la voie romaine à laquelle il donne son nom. Cette via Aemilia, dont le tracé est connu par les anciens itinéraires comme la Table de Peutinger, copie médiévale d'une carte datant probablement du ive siècle, ne différait guère de celle qui, à travers une riche plaine agricole et industrielle, conduit aujourd'hui de Plaisance à Rimini, en passant par les villes héritières des communes libres du Moyen Âge, Parme, Modène, Reggio, Bologne, Forli. Et si la province moderne est plus étendue, englobant au sud-est la Romagne (ce qui explique la dénomination officielle de la région : Émilie-Romagne), la via Emilia est toujours son axe vivant, route des commerçants, des pèlerins, des artistes.

Des Villanoviens aux Byzantins

Sous la ville actuelle de Bologne, des fonds de cabanes marquent l'emplacement d'une importante agglomération rurale datant du premier âge du fer. Cette civilisation villanovienne – du nom du hameau où, en 1853, le comte Gozzadini découvrit une nécropole de 193 tombes – , qui se caractérise par ses décorations géométriques, diffère sensiblement du monde des Étrusques, qui n'apparaissent dans la région que vers le vie siècle avant notre ère. La Bologne étrusque (Felsina) n'est guère connue. Mais, au sud, sur le plateau dominant la vallée, émergent encore d'un fouillis de verdure des murs d'enceinte et ce qui fut des maisons, des égouts, des rues, des fontaines : c'est Marzabotto, témoignage presque unique d'urbanisme étrusque. Plus encore que la cité des collines, Spina, dans le paysage désolé et marécageux de l'embouchure du Pô, représente une des grandes découvertes de notre temps. Les fouilles des nécropoles de Valle Trebba et de Valle Pega ont révélé une station palafittique, « véritable Venise de l'Antiquité ». Escale maritime et marché drainant les courants commerciaux et culturels venus de la Méditerranée orientale, la ville était en rapports étroits avec la Grèce. Et, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Abbaye de Pomposa, Romagne, Italie

Abbaye de Pomposa, Romagne, Italie
Crédits : Liane Matrisch/ Panther Media/ Age Fotostock

photographie

Palais du Podestat, Bologne, Italie

Palais du Podestat, Bologne, Italie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le Jugement dernier, P. Cavallini

Le Jugement dernier, P. Cavallini
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉMILIE  » est également traité dans :

ANTELAMI BENEDETTO (1150 env.-env. 1230)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 506 mots

Sculpteur italien. Benedetto Antelami serait né à Gênes d'une famille de maçons et de tailleurs de pierre. Très jeune, il aurait fait un voyage en Provence, et il n'est pas exclu qu'il ait alors fait son apprentissage de sculpteur sur le chantier de Saint-Trophime d'Arles où travaillaient de nombreux « Lombards » (on désignait globalement sous ce terme tous les habitants du nord de l'Italie). Aprè […] Lire la suite

BOLOGNE ÉCOLE JURIDIQUE DE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 810 mots

Le centre d'enseignement juridique le plus illustre du Moyen Âge. Les débuts de l'université de Bologne restent mal connus : Ravenne et Pavie avaient sans doute pendant le haut Moyen Âge tenu la première place en Italie pour un enseignement du droit, d'ailleurs assez modeste ; l'étude du droit est attestée à Bologne dans les dernières décennies du xi e siècle, après la découverte du Digeste , qui […] Lire la suite

BOLOGNE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 818 mots

Au début du xii e siècle se produisit en Italie une renaissance des études juridiques dont Bologne fut le foyer principal. Les luttes politiques (papes contre empereurs, communes contre empereurs) poussaient les partis en présence à appuyer leur propagande sur des arguments de droit ; on rechercha de bons manuscrits du Code de Justinien et on se mit à les commenter selon les méthodes de la dialec […] Lire la suite

CORRÈGE (1489 env.-1534)

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 1 439 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un peintre émilien »  : […] La vie du peintre émilien Antonio Allegri, dit le Corrège, né dans la ville qui lui donna son nom, n'est connue que par des témoignages indirects ; à l'incertitude de sa date de naissance s'ajoutent les informations imprécises au sujet de sa vie, de sa culture et de sa formation artistique. Seuls quelques contrats et documents d'archives fournissent les repères certains de l'évolution d'un des plu […] Lire la suite

ESTE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 569 mots

Issue des marquis de Toscane au x e siècle, tirant son nom du marquisat d'Este (ville proche de Padoue), la maison d'Este entre vraiment dans l'histoire avec les deux mariages d'Azzo II (mort en 1097). De sa première union avec Cunégonde, héritière des Welf, sortira la branche allemande des Welf qui compteront des ducs de Bavière, des ducs de Brunswick et les Électeurs de Hanovre qui régneront pl […] Lire la suite

FARNÈSE LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 377 mots
  •  • 1 média

Aux xi e et xii e siècles, les Farnèse sont de petits seigneurs, qui s'enrichissent peu à peu au service de communes, telles que Viterbe et Orvieto. Ils sont possessionnés près du lac de Bolsena, autour du Castrum Farneti. Jusqu'au xv e  siècle, ils guerroient pour les villes guelfes de Toscane et d'Italie centrale, restant toujours fidèles à la papauté, qui leur accorde fiefs et dignités. Avec […] Lire la suite

MALATESTA LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 571 mots

Famille italienne qui domina, du xii e au xiv e  siècle, Rimini, puis une partie de la Marche d'Ancône et de la Romagne. Au xii e siècle, selon le premier document qui les mentionne, les Malatesta sont des propriétaires fonciers établis près du Rubicon. Au début du xiii e  siècle, ils sont citoyens de Rimini : l'un d'eux, Malatesta da Verucchio, cité par Dante, y est le chef du parti guelfe ; p […] Lire la suite

NICCOLO MAÎTRE (1re moitié XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 332 mots

Trois séries d'inscriptions conçues dans des termes sensiblement identiques, l'une à la façade du dôme de Ferrare, la deuxième à celle du dôme de Vérone et la troisième à celle de l'église Saint-Zénon de Vérone, nous font connaître le nom d'un sculpteur nommé Nicolaus, que des annalistes tardifs croient pouvoir appeler Niccolo da Ficcarolo. La critique moderne s'est efforcée de reconstituer sa car […] Lire la suite

PARMESAN (1503-1540)

  • Écrit par 
  • Augusta G. QUINTAVALLE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts de Parmesan »  : […] Francesco Mazzola ou Mazzuoli est né à Parme, comme l'indique son surnom de Parmesan ; il doit son éducation artistique à ses oncles paternels, « petits maîtres » encore à l'école de l'art de Venise et de Ferrare de la fin du xv e  siècle. Les œuvres qu'il exécute à Parme et dans les environs, entre seize et vingt ans, témoignent d'une maturité instinctive, que l'artiste consolide par l'étude des […] Lire la suite

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La quadrature »  : […] S'ils refusent l'ordre et la mesure du code spatial de la Renaissance, le maniérisme et le baroque suscitent un regain d'intérêt pour la perspective avec la mode de la quadrature, genre décoratif qui connut un grand succès en Europe entre le xvi e et le xviii e  siècle, et qui consiste dans la peinture à fresque de structures architecturales qui élargissent et compliquent de façon illusionniste l […] Lire la suite

ROSSETTI BIAGIO (1447 env.-1516)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 424 mots

Bolonais d'origine, Biagio Rossetti travaille essentiellement à Ferrare, au service de la famille d'Este. De 1466 à 1493, il édifie pour le duc Borso le palais Schifanoia, spécialement conçu pour servir aux fêtes et aux réceptions ; l'élément essentiel de cette construction est la salle des Mois, décorée de fresques où se mêlent symbolisme astrologique et allusions politiques ; les proportions de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 février 2014 • France • Procès en appel de l'Arche de Zoé.

La cour d'appel de Paris allège la peine prononcée en première instance, en février 2013, à l'encontre du président de l'association l'Arche de Zoé, Éric Breteau, et de sa compagne Émilie Lelouch, en ramenant celle-ci à deux ans de prison avec sursis. En 2007, l'association avait tenté d'exfiltrer [...] Lire la suite

12 février 2013 • France • Procès de L'Arche de Zoé.

Le 12, le tribunal correctionnel de Paris condamne le président de l'association L'Arche de Zoé, Éric Breteau, et sa compagne Émilie Lelouch à trois ans de prison, dont deux ferme, et 50 000 euros d'amende pour escroquerie, exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue d'adoption et aide à [...] Lire la suite

20-29 mai 2012 • Italie • Séismes meurtriers.

Le 20, un séisme de magnitude 6 sur l'échelle de Richter secoue la région de Ferrare, en Émilie-Romagne, causant la mort d'au moins huit personnes et endommageant sévèrement le patrimoine architectural local. Le 29, un nouveau tremblement de terre, de magnitude 5,8, fait au moins seize morts dans la région de Modène, dans la même province.  [...] Lire la suite

31 mars 2008 • France • Grâce présidentielle tchadienne pour les condamnés de l'Arche de Zoé.

Le président tchadien Idriss Déby gracie les six Français membres de l'association l'Arche de Zoé, condamnés en décembre 2007 au Tchad pour tentative d'enlèvement d'enfants, et qui purgeaient leur peine en France. Ceux-ci sont aussitôt libérés. Quatre d'entre eux, Éric Breteau, Émilie Lelouch [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE, « ÉMILIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/