PAVIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale d'une province de Lombardie, située sur le Tessin, près de son confluent avec le Pô. La cité de Ticinum (devenue Pavie au haut Moyen Âge), d'origine ligure, soumise à Rome au début du ~ iie siècle, devient un municipe important sur la voie Émilienne. Sa position centrale la fait choisir comme capitale secondaire par Théodoric, qui y bâtit un palais. Les rois lombards s'y installent dès 572 et en font, au viie siècle, leur unique capitale ; à la fin de ce siècle, le pape fait de l'évêque de Pavie, soustrait à l'obédience de l'archevêque de Milan, le chef des missionnaires qui évangélisent les Lombards. Prise par Charlemagne en 774, Pavie reste capitale du royaume d'Italie jusqu'au xie siècle : les rois y reçoivent la couronne de fer ; le palais, centre de l'administration royale, abrite en particulier le maître de la Chambre de qui dépendent les corporations d'artisans de la ville ; dès le viiie siècle, celle-ci est, en effet, le siège d'un important commerce qui la met en rapport, par le Pô, avec la Vénétie et Byzance et, par les cols des Alpes, avec le monde franc et germanique. Le palais, incendié par les Hongrois en 924, est reconstruit, et l'école juridique créée à l'usage des agents royaux se développe aux xe et xie siècles. Le peuple se soulève et incendie le palais en 1004, puis, de nouveau, en 1024 à la mort de Henri II. Le rôle politique de Pavie décroît, mais la ville garde une solide tradition gibeline. En 1106 paraissent les premières institutions communales ; en 1147-1148, le comte du palais passe sous le contrôle des citoyens. La ville reste peu de temps dans la Ligue lombarde ; aussi Frédéric Barberousse lui accorde-t-il en 1164 une large autonomie : Pavie est désormais une commune semblable aux autres. Cependant, elle souffre de l'écrasement des gibelins à la fin du xiiie siècle et tombe en 1359 sous la dépendance des Visconti de Milan, qui y font construire un château et y créent une université. Lors des guerres d'Italie, François Ier est fait prisonnier en 1525 devant Pavie, qui sera saccagée par le maréchal de Lautrec en 1527. Au xviiie siècle, la domination autrichienne lui vaut des embellissements. Après l'occupation française (1796-1814), elle devient un foyer de libéralisme jusqu'à la guerre de 1859, à l'issue de laquelle elle est rattachée au Piémont. C'est aujourd'hui un centre industriel et commercial important, très proche de Milan. Pavie a conservé plusieurs églises romanes (S. Michele, S. Pietro in Ciel d'Oro), une cathédrale des xve et xvie siècles, le château des Visconti et, hors les murs, une chartreuse richement décorée (xve-xvie s.).

Italie : carte administrative

Carte : Italie : carte administrative

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PAVIE  » est également traité dans :

BRAMANTE (1444-1514)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 2 204 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du sacré au profane »  : […] L'activité de Bramante s'exerça également dans le domaine de l'architecture civile. Nous ne savons pas avec précision à quel moment Ludovic le More lui confie la résidence de Vigenano, sans doute assez tôt, peut-être même vers 1480. Malheureusement, il ne reste que peu de chose des travaux que fit exécuter Bramante (et qui durèrent jusqu'en 1495) ; mais l'aménagement de la grande place qui sert d' […] Lire la suite

LOMBARDS

  • Écrit par 
  • Lucien MUSSET, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 6 920 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le décor sculpté et peint »  : […] De nombreux témoins des arts lapidaires de l'époque lombarde sont encore conservés aujourd'hui en Italie : chapiteaux, ciboriums, plaques de chancel, ambons, dalles tumulaires, sarcophages, etc. Certains de ces monuments sculptés, ainsi qu'en font foi des inscriptions (ou les textes), ont été exécutés pour le compte de souverains lombards ou de grands personnages de leur cour, sans qu'il soit touj […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture monumentale »  : […] À la fin du xi e  siècle, c'est-à-dire au moment où apparaît l'église romane pleinement constituée, la sculpture met au point ses programmes iconographiques, ses formes et ses principes de composition. Cette coïncidence chronologique n'est pas fortuite : elle exprime l'interdépendance entre l'architecture et la sculpture, qui tient aux caractères mêmes du style. Les chapiteaux continuent à retenir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie MARTIN, « PAVIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pavie/