BOLOGNE UNIVERSITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début du xiie siècle se produisit en Italie une renaissance des études juridiques dont Bologne fut le foyer principal. Les luttes politiques (papes contre empereurs, communes contre empereurs) poussaient les partis en présence à appuyer leur propagande sur des arguments de droit ; on rechercha de bons manuscrits du Code de Justinien et on se mit à les commenter selon les méthodes de la dialectique pour en résoudre les difficultés et les contradictions apparentes ; parmi les premiers professeurs de droit connus, il faut citer Pepo et Irnerius (vers 1100-1130). En matière de droit canonique, un effort analogue fut le fait d'un moine camaldule, Gratien, qui composa vers 1140 le Décret, recueil cohérent de toutes les décisions pontificales et conciliaires antérieures. Les premières écoles de droit bolonaises semblent avoir été tout à fait autonomes ; elles prirent la suite d'écoles privées de notariat qui existaient dès le xie siècle. En 1158, l'empereur Frédéric Ier Barberousse octroya certains privilèges aux maîtres et étudiants de Bologne (constitution Habita).

L'université de Bologne atteignit son plein développement au début du xiiie siècle. En 1219, l'Église lui imposa un certain contrôle : désormais ce serait l'archidiacre de Bologne qui conférerait la licence. D'autre part, les professeurs avaient accepté à la fin du xiie siècle de se soumettre à l'autorité de la Commune ; ils perdirent par suite la direction de l'université ; celle-ci passa aux étudiants. Ces derniers élisaient parmi eux les deux recteurs, pris l'un parmi les « citramontains », c'est-à-dire les Italiens, l'autre parmi les « ultramontains », c'est-à-dire les étrangers (les Allemands étant les plus nombreux) ; ces recteurs dirigeaient l'université, défendaient ses privilèges, jugeaient eux-mêmes les étudiants au civil. D'autre part, c'étaient aussi les étudiants qui choisissaient les professeurs et surveillaient leur enseignement ; ces professeurs vivaient des honoraires que leur versaient les étudiants. L'enseignement des deux droits, civil et canonique, était l'activité essentielle. Comme les étudiants affluaient de toutes parts à Bologne, cela a permis au droit romain de faire sentir son influence dans une grande partie de l'Europe. Jusque vers 1250, les juristes bolonais (Azzon, François Accurse) se rattachent à l'école dite des « glossateurs », qui s'attachèrent avant tout à expliquer les textes du Corpus juris civilis et du Décret ; puis vinrent les « commentateurs » (Cino da Pistoia), plus soucieux de déterminer les applications pratiques, contemporaines, des principes généraux du droit romain.

Au xiiie siècle se développa aussi à Bologne une « université » d'arts et de médecine, organisée, comme celle de droit, sous la direction des étudiants répartis en « nations » ultramontaines et citramontaines ; mais sa réputation resta très inférieure à celle de l'université de droit. Dans la première moitié du xiiie siècle, des conflits graves éclatèrent entre les étudiants et la commune, ce qui entraîna des départs volontaires (dont naquirent plusieurs universités comme celle de Padoue) ; par la suite, la situation se stabilisa. Au xive siècle, la primauté de Bologne dans le domaine juridique s'atténua quelque peu avec le développement de nouvelles universités italiennes (Pérouse, Pavie) et surtout de celle d'Orléans. Il y eut cependant encore de grands juristes à Bologne, comme Bartole et Baldo degli Ubaldi, et les canonistes bolonais jouèrent un rôle important aux conciles de Constance et de Bâle. En 1364, Bologne eut une faculté de théologie. En 1368, fut ouvert le riche collège des Espagnols fondé par le cardinal Albornoz pour trente de ses compatriotes.

À partir du xive siècle, les professeurs reçurent des salaires de la commune, ce qui permit à celle-ci de se substituer peu à peu aux étudiants dans la direction de l'université. Bologne accueillit favorablement l'humanisme ; des chaires furent créées pour l'enseignement de la rhétorique (1439), du grec (1455), des langues orientales (1464), des mathématiques (1545), etc.

Vers 1560 furent construits les nouveaux bâtiments universitaires, encore visibles aujourd'hui, de l'Archiginnasio. Jusqu'à nos jours Bologne est restée une des principales villes universitaires d'Italie. L'origine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Nancy-II

Classification

Autres références

«  BOLOGNE UNIVERSITÉ DE  » est également traité dans :

NAISSANCE DE L'UNIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

La première université, celle qu'on appelle la « mère nourricière des études », Alma Mater studiorum, naît à Bologne au xie siècle. Certains maîtres de grammaire, de rhétorique et de dialectique (les arts […] Lire la suite

ALDROVANDI ULISSE (1522-1605)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Après avoir été page puis pèlerin, Aldrovandi étudia à Padoue et à Bologne, en 1545, d'abord le droit, puis la médecine. En 1549, il fut arrêté, accusé d'hérésie et envoyé à Rome où il put se disculper, probablement en partie grâce à sa naissance noble. De retour à Bologne, il obtint son diplôme de médecine en 1553 et s'intéressa à la botanique. Il fut nommé professeur en titre d'histoire naturell […] Lire la suite

BOLOGNE ÉCOLE JURIDIQUE DE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 810 mots

Le centre d'enseignement juridique le plus illustre du Moyen Âge. Les débuts de l'université de Bologne restent mal connus : Ravenne et Pavie avaient sans doute pendant le haut Moyen Âge tenu la première place en Italie pour un enseignement du droit, d'ailleurs assez modeste ; l'étude du droit est attestée à Bologne dans les dernières décennies du xi e siècle, après la découverte du Digeste , qui […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - Les universités médiévales

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation »  : […] L'université médiévale est organisée en établissements qui se gouvernent eux-mêmes. Les facultés des « arts », que l'on rencontre partout, ont pour fonction l'enseignement secondaire, celui des « arts libéraux ». Les étudiants, jeunes (de 14 à 20 ans environ) et nombreux (plusieurs milliers dans les grandes universités du xv e  siècle), sont souvent répartis en groupes linguistiques et nationaux. […] Lire la suite

Les derniers événements

25 août 2002 France. Extradition d'un ancien activiste italien

Réfugié en France depuis la fin de 1991, Paolo Persichetti était chargé de cours à l'université de Paris-VIII et possédait un titre de séjour régulier. Il se trouvait toutefois sous le coup d'un décret d'extradition, signé en septembre 1994 par le Premier ministre de l'époque, Édouard Balladur. Il s'agit de la première extradition d'un activiste italien par la France depuis les « années de plomb » des décennies de 1970 et de 1980, marquées dans la péninsule par de nombreux attentats terroristes. […] Lire la suite

11-16 avril 1988 Italie. Installation du gouvernement De Mita dans un climat de violence

Le 16, un des principaux conseillers du nouveau Premier ministre, Roberto Ruffilli, professeur à l'université de Bologne, est tué de plusieurs coups de feu à son domicile de Forli par un commando du Parti communiste combattant, groupe se réclamant des Brigades rouges. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques VERGER, « BOLOGNE UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-bologne/