BOLOGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au contact de l'Apennin et de la plaine du Pô s'étend Bologne (374 000 hab. en 2006), chef-lieu et capitale de l'Émilie-Romagne, et septième ville d'Italie.

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville s'est développée sur la rive droite du Reno, cours d'eau issu de l'Apennin toscan, à son débouché en plaine. Sa situation est celle d'un carrefour ; la via Emilia, axe majeur de l'urbanisation régionale, y croise la route conduisant de la Vénétie à Florence et à Rome. La ville est au cœur d'une riche région agricole, grâce aux bonnes terres limoneuses et sèches des glacis qui précèdent l'Apennin.

D'une histoire complexe, on retiendra ici l'origine romaine du plan quadrillé, la prospérité marchande et la renommée universitaire, héritage médiéval, la stagnation relative des trois siècles de domination pontificale. Lors de l'unification de l'Italie, la ville n'avait pas 90 000 habitants. Son développement a été rapide au xxe siècle. L'industrie y a largement contribué ; elle consiste surtout en petites et moyennes entreprises d'origine locale, avec une prédominance des industries mécaniques. Mais s'affirme un rôle de grand centre commercial, puisque la ville abrite de nombreuses foires et expositions internationales (par exemple, la Foire du livre pour la jeunesse, créée en 1964). Son équipement de haut niveau, sa presse, ses banques, son université (près de 100 000 étudiants au début des années 2000) assignent à Bologne un rôle de capitale régionale.

Bologne est, parmi les grandes villes italiennes, celle qui est restée la plus proche du modèle traditionnel ; un centre étroit, riche en monuments, aux rues à arcades (35 km d'arcades), toujours habité par la haute société, monopolise la vie culturelle. C'est aussi la plus grande ville d'Europe occidentale qui ait été administrée par une municipalité communiste après la Libération. Le schéma défini après 1945 envisageait le contrôle de la croissance urbaine, par le refus des plans ambitieux d'extension et la proscription des « ghettos » suburbains, et la volonté de maintenir la population traditionnelle, c'est-à-dire populaire, dans un centre préservé et rénové. Après avoir connu le succès, cette ambition est, au début du xxie siècle, mise à mal par la hausse des prix de l'immobilier, qui pousse vers la banlieue les habitants d'origine, eux-mêmes remplacés dans leurs logis par des populations aisées.

—  Michel ROUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOLOGNE  » est également traité dans :

ALBANE FRANCESCO ALBANI dit L' (1578-1660)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 612 mots

Comme le Dominiquin et Guido Reni, le peintre bolonais Francesco Albani travaille chez Denis Calvaert, un maniériste anversois fixé très tôt en Italie, avant d'entrer, vers 1595, dans l'atelier des Carrache. Le plus célèbre de ceux-ci, Annibal, est déjà parti pour Rome à cette époque. C'est pourtant son influence, sans doute par l'intermédiaire des œuvres qu'il a laissées à Bologne, qui marque le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albane/#i_11797

BOLOGNE ÉCOLE JURIDIQUE DE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 810 mots

Le centre d'enseignement juridique le plus illustre du Moyen Âge. Les débuts de l'université de Bologne restent mal connus : Ravenne et Pavie avaient sans doute pendant le haut Moyen Âge tenu la première place en Italie pour un enseignement du droit, d'ailleurs assez modeste ; l'étude du droit est attestée à Bologne dans les dernières décennies du xi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-juridique-de-bologne/#i_11797

BOLOGNE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 818 mots

Au début du xii e siècle se produisit en Italie une renaissance des études juridiques dont Bologne fut le foyer principal. Les luttes politiques (papes contre empereurs, communes contre empereurs) poussaient les partis en présence à appuyer leur propagande sur des arguments de droit ; on rechercha de bons manuscrits du Code de Justinien et on se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-bologne/#i_11797

CARRACHE LES

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 1 840 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'activité bolonaise »  : […] Les Carrache sont originaires de Bologne, où Ludovic naît en 1555 et ses deux cousins germains Augustin et Annibal, respectivement en 1557 et 1560. Le milieu artistique local, si marqué qu'il fût par le maniérisme (tel est le cas de Prospero Fontana, qui aurait été le premier maître de Ludovic), n'avait jamais abandonné les références directes à la nature, comme le montre l'œuvre libre et variée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-carrache/#i_11797

COSTA LORENZO (1460-1535)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 324 mots

Élève de Francesco del Cossa et d'Ercole De' Roberti à Ferrare, Lorenzo Costa s'établit à Bologne en 1483. Sous l'influence progressive d'Antonello de Messine et de Bellini, il oriente petit à petit la rigueur implacable de l'école ferraraise vers un style plus doux, soucieux d'assouplir les formes, de tempérer la tension des compositions en intégrant les figures à des paysages sereins et lumineux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-costa/#i_11797

DE' ROBERTI ERCOLE (1450 env.-1496)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

Formé avec Francesco Del Cossa près de Cosme Tura à Ferrare, Ercole De' Roberti fait comme lui ses débuts au palais Schifanoia, dans la salle des Mois. Travaillant, dans la plupart des cas, sur des dessins de Tura, les deux disciples élaborent leur propre manière en développant, dans des directions différentes, le style de leur maître commun ; la fermeté quasi sculpturale de celui-ci, sa curiosité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ercole-de-roberti/#i_11797

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La route des pèlerinages »  : […] Au xiii e  siècle, rapporte E. Mâle, des jongleurs célébraient Olivier et Roland sur les places de Bologne. À partir du xi e  siècle, en effet, la poésie et l'art français ont pénétré en Italie avec les pèlerins, et c'est par l'antique chemin, la via Aemilia devenue « via Francigena », que se sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_11797

FONTANA LAVINIA (1552-1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 411 mots

Liée à l'école maniériste, Lavinia Fontana fut l'une des plus importantes portraitistes de Bologne à la fin du xvi e  siècle. Elle fut aussi l'une des premières femmes à exécuter de grandes commandes publiques. Née à Bologne en 1552, Lavinia Fontana étudie la peinture maniériste auprès de son père, Prospero Fontana (1512 env.-1597), représentant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lavinia-fontana/#i_11797

INCAMMINATI ACADÉMIE DES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 376 mots
  •  • 1 média

Le développement des académies en Italie dans la seconde moitié du xvi e  siècle répond au besoin de donner un encadrement, une valeur théorique, aux tendances multiples et contradictoires issues du maniérisme. L'Accademia fiorentina, établie par Cosme I er dès 1540, se préoccupait de définir les règles de la pensée, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-des-incamminati/#i_11797

ITALIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 9 054 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Deux modèles articulés l'un à l'autre »  : […] Ces deux modes de développement sont sans doute plus complémentaires que concurrents. Sur le moyen terme, c'est la grande entreprise qui a dessiné les contours majeurs du développement de l'après-guerre. L'affirmation de Rome a elle aussi indirectement servi la troisième Italie, qui se trouve en situation intermédiaire entre les pôles majeurs : Bologne, au carrefour de la via Emilia et de l'axe n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie/#i_11797

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Parme »  : […] Corrège (1489-1534) joua à Parme un rôle analogue à celui d'Andrea del Sarto à Florence. Ses grandes décorations (camera di San Paolo, 1519 ; coupole de San Giovanni Evangelista, 1520-1523 ; coupole du Dôme, 1524-1530) inspirèrent par leur illusionnisme audacieux les décorateurs maniéristes bien avant les baroques. Dans ses madones, l'élégance des gestes, la grâce sont un prélude aux recherches de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_11797

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Une vie entre la Florence de Laurent le Magnifique et la Rome de Pie IV »  : […] L'art de Michel-Ange, la hauteur de ses conceptions et l'originalité de ses œuvres apparaissent bien souvent sans commune mesure avec les données quotidiennes d'une vie retirée, frugale, plutôt sédentaire, timorée (n'a-t-il pas fui les armées étrangères ou les menaces qu'il croyait peser sur sa vie à six reprises ?), toute consacrée au travail solitaire et acharné, peuplée de rares amitiés et de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ange/#i_11797

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN ITALIE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 3 111 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les orientations de la recherche »  : […] En France, le ministère de la Culture (en Italie : Ministerio dei Beni ambientali e culturali) inscrit depuis les années 1960 dans ses missions propres l'inventaire, en préalable ou en parallèle à l'étude approfondie, selon une démarche normalisée qui se diffuse à travers ses directions régionales et tend vers l'uniformisation et la centralisation. Tel n'est guère le cas en Italie, où l'initiativ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-en-italie/#i_11797

TIBALDI PELLEGRINO (1527-1596)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 306 mots

Né à Puria in Valsolda, formé à Bologne, Pellegrino Tibaldi, artiste très précoce, travaille à Rome, dès 1545-1546, avec Perino del Vaga au château Saint-Ange (décoration de la salle du Conseil, qu'il achèvera entre 1547 et 1549 dans un style nettement michelangelesque). Ce style est celui de ses autres œuvres romaines (Belvédère ; Sant'Andrea), peut-être sous l'influence de Daniel da Volterra, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pellegrino-tibaldi/#i_11797

Pour citer l’article

Michel ROUX, « BOLOGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bologne/