PRESLEY ELVIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Misère du génie

L'histoire, cependant, évolue rapidement : le son du rock'n'roll a considérablement vieilli sous les coups de la pop anglaise des Beatles ou des Rolling Stones, et les crooners célèbres comme Bing Crosby, Frank Sinatra ou Johnnie Ray appartiennent déjà à un autre temps. La jeunesse occidentale se mobilise contre la guerre du Vietnam, le sexe et les drogues ont imposé au marché culturel une nouvelle donne. C'est alors qu'Elvis réussit un extraordinaire « come back », à la télévision en 1968, dans les studios de Memphis, et au cours des concerts qui reprennent à cette occasion. Durant les étés de 1969 et de 1970, il donne un très grand nombre de shows à l'International Hotel de Las Vegas, accoutré de ses combinaisons blanches qui resteront célèbres dans l'imagerie du rock'n'roll. Il est en pleine possession de son magnétisme animal, de sa voix et de sa gestuelle légendaires (il suffit pour s'en convaincre de voir son interprétation de Polk Salad Annie dans le film que Denis Sanders réalise à partir de ces concerts privés, That's the Way It Is, 1970).

Cette suractivité et la reconnaissance retrouvée (un milliard de téléspectateurs pour la retransmission d'un concert à Honolulu le 14 janvier 1973) se traduisent pendant trois ou quatre ans par un nombre fabuleux de concerts, et plusieurs disques de gospel ou riches en morceaux lents. Mais le déclin physique et moral a déjà commencé. Les bouffissures de l'alcool et des drogues dures, les kilos de sucreries et de sandwiches au beurre de cacahuète sont moins dégradants peut-être que la poignée de main au président Richard Nixon qui l'engage, à sa demande, comme agent de la brigade des stupéfiants... Divorce, maladies pulmonaire et intestinale, concerts annulés, partouzes avec des mineures et sordides règlements de comptes avec les membres de ce qui depuis longtemps constitue sa mafia. Les six dernières semaines de sa vie, Elvis les passe claquemuré à Graceland, dans la désespérance et la violence paranoïaque. Il meurt le 16 août 1977, à quarante-deux ans. On trouvera dans son corps autopsié un cocktail invraisemblable de drogues prescrites par un médecin criminel. Aujourd'hui encore, Elvis est l'objet d'un culte nécrophilique puissant : visiteurs de Graceland par dizaines de milliers chaque année, innombrables rééditions de ses albums, films, ventes aux enchères de ses effets personnels, biographies innombrables... L'acteur et metteur en scène Martin Fontaine montera en 1995 au Québec la comédie musicale (reprise à Paris en 2003) Elvis Story.

Elvis Presley n'a pas créé le rock'n'roll, il en fut l'accoucheur mythique. Légende de la musique populaire américaine, sex symbol qui demeure aussi le plus gros vendeur de disques de tous les temps (entre un et deux milliards), le King étonne toujours par sa voix de baryton aux inflexions plaintives, ses timbres chauds venus du bel canto et du gospel, et qui pourtant gardent quelque chose de la rusticité de la musique country. « Elvis the pelvis » (le bassin) est le symbole le plus visible d'une révolution dans l'art populaire au xxe siècle. Il fut une icône à la tête vide sans doute. Mais il toucha au génie dans la quête maladive de l'amour et de Dieu, la grâce d'une voix alliée à de beaux yeux tristes et des sourires figés, la violence esthétisée du sexe et du cœur qui disent, dans la vanité d'un paraître baroque, l'ennui et l'absence à soi-même des idoles modernes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRESLEY ELVIS (1935-1977)  » est également traité dans :

PRESLEY ELVIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 499 mots

8 janvier 1935 Elvis Aaron (Aron) Presley naît à East Tupelo (Mississippi).1952 Jerry Leiber et Mike Stoller écrivent Hound Dog, interprété par la chanteuse et harmoniciste de blues Willie Mae « Big Mama » Thornton.12 avril 1954 […] Lire la suite

HOUND DOG (E. Presley)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 362 mots
  •  • 1 média

L'année 1956 marque un tournant dans la carrière de celui qui est probablement l'artiste le plus important de la musique populaire américaine du xxe siècle. Lorsqu'il écoute la version de Hound Dog par Freddie Bell & The Bellboys, Elvis Presley trouve le titre séduisant et se remémore l […] Lire la suite

COUNTRY, musique

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du country-blues au rock and roll »  : […] Le country se teinte de blues avec Jimmie Rodgers (1897-1933), archétype de l'artiste country and western, qui affectionne les thématiques liées aux voyages et aux trains ; ce chanteur maîtrise parfaitement le yodle, technique vocale qui consiste à passer rapidement de la voix de gorge à la voix de tête. Notons que ce mode de production sonore est aussi pratiqué chez les vachers des Alpes suisses […] Lire la suite

PHILLIPS SAM (1923-2003)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 824 mots

La création du rock’n’roll, notamment de sa forme sudiste, le rockabilly, doit beaucoup au producteur Sam Phillips, fondateur des disques Sun et découvreur d'Elvis Presley, Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Johnny Cash et bien d'autres. Cadet d'une famille très pauvre de huit enfants, Samuel Cornelius Phillips (né le 5 janvier 1923 à Florence, Alabama) passe des nuits entières à écouter les chanteurs […] Lire la suite

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 701 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'époque du rock and roll »  : […] Le rock and roll apparaît en 1956. Déjà Hollywood décline, l'âge d'or du star system est révolu. Le nouveau mal du siècle, la « fureur de vivre », a immolé sa dernière victime, James Dean. Le mythe du western est en perte de vitesse et fait place à celui, préfabriqué, des idoles du rock. L'ascension du « roi » Elvis Presley commence. Il devient le Frank Sinatra de cette génération. La chanson de […] Lire la suite

ROCKABILLY

  • Écrit par 
  • Graig MORRISON
  • , Universalis
  •  • 962 mots

Aux États-Unis, à la fin des années 1940, les stations de radio diffusent du blues, du rhythm and blues et du gospel qui enthousiasment leurs auditeurs à travers toute l'Amérique du Nord et incitent de jeunes musiciens blancs issus du milieu ouvrier du Sud des États-Unis – en particulier ceux qui côtoient la population noire américaine – à associer la musique noire aux différents types de musique […] Lire la suite

ROCK

  • Écrit par 
  • Stéphane KŒCHLIN
  •  • 547 mots

Au cours des années 1950, le rhythm 'n' blues naît des apports du blues et du rock 'n' roll. Cette musique est alors exclusivement noire . Dans le même temps, en adaptant le blues des Noirs américains, de jeunes Blancs créent deux nouveaux styles, le rockabilly puis le rock 'n' roll, et connaissent un succès considérable. Dans les années 1950, aux États-Unis, les jeunes, libérés de la guerre, veul […] Lire la suite

SUN RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 386 mots

Ancien ingénieur radio, Sam Phillips fonde en 1950 Memphis Recording Service au 706 Union Avenue, à Memphis (Tennessee). Il propose à ses premiers clients – les labels de rhythm and blues Modern Records, de Los Angeles, et Chess Records, de Chicago – de chercher et d'enregistrer pour leur compte des artistes locaux. Doté d'un talent inné pour mettre à l'aise les musiciens dans son studio, Sam Phi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « PRESLEY ELVIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elvis-presley/