ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous Élisabeth Ire, le petit royaume d'Angleterre, cerné au nord par une Écosse indépendante et hostile, à l'ouest par une Irlande incontrôlée, sur le continent par l'essor des grandes monarchies absolutistes d'Espagne et de France, se révèle, au cours de péripéties dramatiques, un partenaire majeur de l'aventure européenne et mondiale. L'Angleterre affirme alors une personnalité mûrie au cours de la guerre de Cent Ans, puis forgée de main de maître par les premiers rois Tudors. Modelée tour à tour par la ténacité rusée d'Henri VII, puis par les emportements calculés d'Henri VIII, elle développe les bases sociales et économiques de sa jeune puissance. Le déclin de la féodalité, accéléré par l'action gouvernementale, fait apparaître sur la scène nationale des acteurs nouveaux : les industriels, les commerçants et les « aventuriers » qui se sont renforcés aux dépens des anciens meneurs du jeu politique et économique, la noblesse et l'Église. En même temps, la physionomie spirituelle s'adapte aux structures sociales en pleine évolution ; Henri VIII utilise ses aventures matrimoniales pour rompre avec Rome et se placer à la tête de l'Église d'Angleterre, dont il contrôle le corps épiscopal et sécularise les monastères. Encouragées par la « réforme henricienne », les tendances protestantes, luthériennes, puis bientôt calvinistes supplantent, dans les milieux gouvernementaux, les villes d'université ou de négoce, et surtout Londres, le vieux catholicisme resté ailleurs vivace. Sous le règne du successeur d'Henri, Édouard VI, l'Angleterre s'oriente décidément vers la Réforme, non sans parfois de vives résistances. Ainsi se cherchent les formules originales qui doivent fournir à l'Angleterre une religion adaptée aux nécessités de son évolution. La Couronne entend se libérer des ingérences romaines ; mais, malgré leur autoritarisme absolutiste, les gouvernants sont attentifs aux tendances socio-économiques et à leurs corollaires spirituels. Le Parlement conquiert une influence inégalée en assumant la responsabilité suprême des initiatives religieuses d'Henri VIII et d'Édouard VI. Une politique extérieure, nouvelle elle aussi, reconnaît dans l'équilibre des forces en Europe le meilleur moyen pour l'Angleterre de participer en arbitre aux affaires du continent, et surtout à l'exploitation accrue des grands secteurs du commerce européen. La société, en profonde mutation, où les valeurs du « système manorial » sont déjà concurrencées par celles du capitalisme urbain, industriel et commercial, allie à la quête frénétique de l'argent le goût de l'aventure spirituelle manifesté depuis longtemps par tant d'esprits savants et hardis.

Élisabeth Ire (1533-1603)

Photographie : Élisabeth Ire (1533-1603)

Nicholas Hilliard, Élisabeth Ire (1533-1603), reine d'Angleterre. Kunsthistorisches Museum, Vienne. 

Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

C'est dans ce climat de changements, de véhémence, d'équivoques politiques et religieuses, mais aussi d'énergies déchaînées, de culture à la fois brutale et raffinée, que grandit la personnalité énigmatique d'Élisabeth. Incertaine de la légitimité de sa naissance, tour à tour confinée, menacée, puis rendue aux honneurs, elle a souffert de l'ambiguïté de sa situation, de la méfiance de son aînée (issue, elle, d'un légitime mariage), des ambitions qui, tôt, ont essayé de l'utiliser. Nul doute que son apprentissage de la vie ne l'ait marquée profondément, ne l'ait contrainte à ne se fier qu'à son instinct politique, utilisant pour survivre – mais aussi pour dominer – tous les prestiges d'une instruction brillante, d'un esprit subtil et impérieux, d'une féminité dont elle use avec un brio déconcertant.

Ce qui fait la grandeur et le caractère du règne d'Élisabeth (à une époque où s'est amorcé sans se résoudre le débat sur la supériorité de la Couronne ou du Parlement), c'est, dans le pragmatisme de l'exercice du pouvoir, la connivence presque constante que la souveraine sut établir entre ses propres aspirations et celles de la majorité de ses sujets.

Les premières années

De son mariage avec Catherine d'Aragon, Henri VIII n'avait qu'une fille, Marie, et pas de fils. Grave problème que celui du défaut d'héritier mâle pour le représentant d'une dynastie aussi nouvelle que celle des Tudors, ces usurpateurs heureux. Ainsi, c'est l'impératif dynastique, outre sa neuve passion pour Anne Boleyn, qui pousse Henri VIII à divorcer (1527). Mais Catherine est la tante de Charles Quint, monarque entre tous redoutable, et qui vie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Élisabeth Ire (1533-1603)

Élisabeth Ire (1533-1603)
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

L'Invincible Armada

L'Invincible Armada
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Provence, directeur de l'Institut d'art

Classification

Autres références

«  ÉLISABETH I re (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)  » est également traité dans :

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Réforme en Angleterre »  : […] Pour expliquer l'irruption de la Réforme en Angleterre, on a invoqué des causes économiques (la volonté d'indépendance financière à l'égard de Rome), culturelles (le progrès de l'humanisme), ecclésiastiques (l'insuffisance et les tares du clergé). Aucun de ces motifs n'est suffisant. La Réforme ne prit jamais en Angleterre une tournure révolutionnaire et dogmatique comme là où l'ont propagée Luthe […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lutte pour la maîtrise des routes de l'Atlantique »  : […] Pour les Portugais, la principale route transatlantique est celle qui longe les côtes d'Afrique et qui, par le cap de Bonne-Espérance, mène aux Indes. La route du Brésil n'est pour eux qu'un embranchement. Les Portugais n'établirent que tardivement la distinction entre vaisseaux de guerre et navires de commerce. Ils armèrent de canons leurs caraques et leurs galions afin que ces bâtiments pussen […] Lire la suite

CAMBRIDGE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 653 mots
  •  • 1 média

En 1209, des étudiants et des maîtres d'Oxford, fuyant la colère de la populace, s'installent sur les bords de la rivière Cam à quatre-vingt kilomètres au nord de Londres. Le roi Henri III octroie d'importants privilèges à la jeune université. Le premier collège, Peterhouse, est fondé par Hugo de Balsham en 1284. Cambridge est officiellement sacrée Studium generale par le pape Jean XXII en 1318. […] Lire la suite

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son principal secrétaire ; jusqu'à sa mort il joua le rôle d'un véritable inspi […] Lire la suite

COKE sir EDWARD (1552-1634)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 333 mots
  •  • 1 média

L'un des plus célèbres juristes anglais du xvii e siècle. Nombre des jugements de sir Edward Coke ont fait jurisprudence. Sa vie publique a été marquée par la difficile recherche d'une conciliation entre les exigences du droit et la loyauté envers le monarque. Appelé aux plus hautes fonctions judiciaires sous Élisabeth I re et sous Jacques I er , il est attorney général en 1593, président de la […] Lire la suite

DÉFAITE DE L'INVINCIBLE ARMADA

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Dans la seconde moitié du xvi e  siècle, les visées anglaises sur l'Amérique espagnole et le conflit religieux entre l'Espagne de Philippe II, champion du catholicisme, et l'Angleterre protestante d'Élisabeth I re , créent une tension entre les deux puissances qu'avive, à partir de 1572, la révolte antiespagnole aux Pays-Bas. Pour éviter l'hégémonie des Habsbourg en Europe et contrer la menace cat […] Lire la suite

DRAKE sir FRANCIS (1545-1596)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 715 mots

Navigateur anglais, né en 1545 près de Tavistock, dans le Devonshire, et mort en 1596 au large de Portobelo (Panamá). Francis Drake grandit dans un milieu de navigateurs. Enfant, il travaille comme mousse. À 20 ans, il navigue avec le pirate anglais John Hawkins, jusqu'en Guinée, sur la côte ouest de l'Afrique, pour y chercher des esclaves. Capitaine de vaisseau sous le commandement d'Hawkins, il […] Lire la suite

FERRABOSCO I ALFONSO (1543 env.-1588)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 271 mots

Compositeur italien, baptisé le 18 janvier 1543, à Bologne, alors dans les États pontificaux, mort le 12 août 1588, à Bologne, Alfonso Ferrabosco I, ou l'Ancien, pour le distinguer de son fils Alfonso Ferrabosco II, doit sa réputation à ses nombreux madrigaux et motets, à ses pièces pour luth et à ses œuvres sacrées. Fils aîné du maître de chapelle, chantre et compositeur Domenico Maria Ferrabosco […] Lire la suite

FERRABOSCO II ALFONSO (1575 env.-1628)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 252 mots

Compositeur, violiste et luthiste anglais, Alfonso  II doit sa renommée à ses pièces pour viole. Fils naturel du compositeur italien Alfonso Ferrabosco, Alfonso Ferrabosco II, ou le Jeune, naît vers 1575, probablement à Greenwich, peut-être à Londres. La reine Élisabeth I re prend en charge son éducation musicale et il demeurera au service de la famille royale jusqu'à sa mort, en mars 1628 (il e […] Lire la suite

HAKLUYT RICHARD (1553-1616)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 325 mots

Élevé à Oxford, entré dans les ordres, archidoyen de Westminster en 1603, Richard Hakluyt est surtout connu comme le héraut enthousiaste de l'évangile du « grand large » au temps d'Élisabeth. Avide de connaissances géographiques, il cherche à faire partager son savoir, publie, en 1582, Divers Voyages Touching the Discoveries of America , traduit, après un séjour à Paris, le journal de Laudonnière […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André BOURDE, « ÉLISABETH Ire (1533-1603) - reine d'Angleterre (1558-1603) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/