Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

Le développement économique, social et culturel

Dans l'histoire du règne d'Élisabeth, il n'y a pas de fait plus remarquable et de plus grand avenir que le développement de la marine britannique. À cet essor, encouragé par la législation, qui lance les vaisseaux anglais sur toutes les mers du globe en quête d'aventures commerciales ou de butins, contribua toute une génération de marins intrépides : Drake, le plus protestant, le plus audacieux ; Hawkins, qui inaugure la traite des Noirs, dont les Anglais se firent un quasimonopole ; Walter Raleigh, qui installe la colonisation anglaise en Virginie et dans les Antilles (Trinidad, 1595) ; Frobisher et Davis qui, en tentant de rejoindre l'Asie par un passage au nord-ouest de l'Amérique, commencent la fortune de Terre-Neuve, grand centre de pêche et école formatrice de marins aguerris. À la fin du règne d'Élisabeth, les Anglais se sont immiscés partout ; leur réputation méritée de pirates insolents et de commerçants astucieux les remplit de fierté et de détermination. L'aventure maritime a renforcé chez eux le sentiment orgueilleux de leur identité nationale et religieuse. Peu à peu s'est forgé alors un état d'esprit impérialiste.

En même temps que la marine, l'industrie et le commerce continuent leur développement, fondé sur la ruine des Pays-Bas dont les réfugiés trouvent place dans les manufactures – draperies notamment – et les comptoirs commerciaux. C'est alors l'essor de l'industrie lainière et celui de l'élevage du mouton. Si l'élevage se développe aux dépens de l'agriculture, refoulant, paupérisant les paysans évincés par les grands propriétaires, de nouvelles méthodes agronomiques sont soigneusement mises en œuvre par les squires et les bourgeois qui achètent des terres, contribuant à l'agrandissement de leurs propriétés aux dépens des petites tenures, à l'accroissement et à la diversification de la production. Mais cette spécialisation dans les activités de production (surtout à l'est et au centre de l'Angleterre, le reste demeurant traditionnel) n'exclut pas la multiplication et la diversification des autres industries : la métallurgie, maintenant grosse consommatrice de charbon ; l'industrie extractive ; la construction navale ; la fabrication des pacotilles qui alimentent le « commerce triangulaire ». Le fameux Statut des apprentis et artisans (1563) réglemente la production, favorise surtout les fils de maîtres des corporations et permet le développement de compagnies industrielles capitalistes.

Héritière du commerce flamand, l'Angleterre, et surtout Londres – devenue à la suite de l'afflux des négociants d'Anvers l'entrepôt de l'Europe –, affirme sa suprématie commerciale. Thomas  Gresham, négociant et banquier qui conseille une réforme monétaire réussie, fonde à Londres en 1570 le Royal Exchange (la Bourse) qui devint bientôt le lieu de rendez-vous des marchands européens. Les négociants anglais, rivalisant avec les courtisans pour l'obtention de fructueux monopoles, de chartes à privilèges, remplacent et dépassent sur leurs circuits de naguère Hanséates et Vénitiens. Groupés en compagnies privées par actions, ils exploitent les marches de la Baltique, du Levant (où leur protestantisme anti-espagnol les sert auprès des Ottomans) et de la Moscovie, alors presque inconnue. En 1600 est fondée la Compagnie des Indes orientales, appelée à un grand avenir. À toutes ces entreprises, la reine et son secrétaire, William  Cecil, devenu lord Burghley (une des rares pairies créées par la reine), l'un et l'autre férus de mercantilisme agressif, collaborent passionnément. Élisabeth en tire volontiers des bénéfices personnels ou des prêts d'État. Ainsi est-elle moins dépendante du Parlement, qui en est réduit à constater[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Provence, directeur de l'Institut d'art

Classification

Pour citer cet article

André BOURDE. ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Élisabeth I<sup>re</sup> (1533-1603) - crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

Élisabeth Ire (1533-1603)

L'Invincible Armada - crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

L'Invincible Armada

Autres références

  • ANGLICANISME

    • Écrit par
    • 4 370 mots
    • 2 médias
    C'est sous Élisabeth Ire (1558-1603) que l'anglicanisme s'établit comme une via media entre le protestantisme et le catholicisme, ou plus exactement entre la tendance réformatrice d'un Cranmer et la tendance novatrice mais traditionnelle des « henriciens » (comme Gardiner, Tunstall). Seuls...
  • ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

    • Écrit par et
    • 13 670 mots
    • 12 médias
    ...d'installation en Amérique tropicale échouaient. C'est, en effet, en 1565 que le pirate anglais John Hawkins pille les Antilles – avec l'aide secrète de la reine Elizabeth. En 1567, accompagné du jeune fils d'un chapelain de la marine, Francis Drake, il échoue dans une tentative pour s'emparer du trésor...
  • CAMBRIDGE UNIVERSITÉ DE

    • Écrit par
    • 654 mots
    • 1 média

    En 1209, des étudiants et des maîtres d'Oxford, fuyant la colère de la populace, s'installent sur les bords de la rivière Cam à quatre-vingt kilomètres au nord de Londres.

    Le roi Henri III octroie d'importants privilèges à la jeune université. Le premier collège, Peterhouse,...

  • CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

    • Écrit par
    • 453 mots

    Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth...

  • Afficher les 22 références