ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement économique, social et culturel

Dans l'histoire du règne d'Élisabeth, il n'y a pas de fait plus remarquable et de plus grand avenir que le développement de la marine britannique. À cet essor, encouragé par la législation, qui lance les vaisseaux anglais sur toutes les mers du globe en quête d'aventures commerciales ou de butins, contribua toute une génération de marins intrépides : Drake, le plus protestant, le plus audacieux ; Hawkins, qui inaugure la traite des Noirs, dont les Anglais se firent un quasimonopole ; Walter Raleigh, qui installe la colonisation anglaise en Virginie et dans les Antilles (Trinidad, 1595) ; Frobisher et Davis qui, en tentant de rejoindre l'Asie par un passage au nord-ouest de l'Amérique, commencent la fortune de Terre-Neuve, grand centre de pêche et école formatrice de marins aguerris. À la fin du règne d'Élisabeth, les Anglais se sont immiscés partout ; leur réputation méritée de pirates insolents et de commerçants astucieux les remplit de fierté et de détermination. L'aventure maritime a renforcé chez eux le sentiment orgueilleux de leur identité nationale et religieuse. Peu à peu s'est forgé alors un état d'esprit impérialiste.

En même temps que la marine, l'industrie et le commerce continuent leur développement, fondé sur la ruine des Pays-Bas dont les réfugiés trouvent place dans les manufactures – draperies notamment – et les comptoirs commerciaux. C'est alors l'essor de l'industrie lainière et celui de l'élevage du mouton. Si l'élevage se développe aux dépens de l'agriculture, refoulant, paupérisant les paysans évincés par les grands propriétaires, de nouvelles méthodes agronomiques sont soigneusement mises en œuvre par les squires et les bourgeois qui achètent des terres, contribuant à l'agrandissement de leurs propriétés aux dépens des petites tenures, à l'accroissement et à la diversification de la production. Mais cette spécialisation dans les activités de production (surtout à l'est et au centre de l'Angleterre, le reste demeurant traditionnel) n'exclut pas la multiplication et la diversification des autres industries : la métallurgie, maintenant grosse consommatrice de charbon ; l'industrie extractive ; la construction navale ; la fabrication des pacotilles qui alimentent le « commerce triangulaire ». Le fameux Statut des apprentis et artisans (1563) réglemente la production, favorise surtout les fils de maîtres des corporations et permet le développement de compagnies industrielles capitalistes.

Héritière du commerce flamand, l'Angleterre, et surtout Londres – devenue à la suite de l'afflux des négociants d'Anvers l'entrepôt de l'Europe –, affirme sa suprématie commerciale. Thomas Gresham, négociant et banquier qui conseille une réforme monétaire réussie, fonde à Londres en 1570 le Royal Exchange (la Bourse) qui devint bientôt le lieu de rendez-vous des marchands européens. Les négociants anglais, rivalisant avec les courtisans pour l'obtention de fructueux monopoles, de chartes à privilèges, remplacent et dépassent sur leurs circuits de naguère Hanséates et Vénitiens. Groupés en compagnies privées par actions, ils exploitent les marches de la Baltique, du Levant (où leur protestantisme anti-espagnol les sert auprès des Ottomans) et de la Moscovie, alors presque inconnue. En 1600 est fondée la Compagnie des Indes orientales, appelée à un grand avenir. À toutes ces entreprises, la reine et son secrétaire, William Cecil, devenu lord Burghley (une des rares pairies créées par la reine), l'un et l'autre férus de mercantilisme agressif, collaborent passionnément. Élisabeth en tire volontiers des bénéfices personnels ou des prêts d'État. Ainsi est-elle moins dépendante du Parlement, qui en est réduit à constater (mais les membres des Communes et même les Lords bénéficient des privilèges accordés par la Couronne) cet affermissement de la prérogative lié au développement de la prospérité commerciale.

La reine joue admirablement des sentiments si divers de ses sujets : intraitable quant à son autorité, elle use, pour séduire ses derniers Parlements – où s'agitent puritains et adversaires des monopoles –, de méthodes toutes féminines ; elle exalte le nationalisme des Anglais et fonde son absolutisme, toujours contesté mais toujours triomphant, sur cet extraordinaire mélange d'appétits matériels et de sentiment de supériorité, religieuse et nationale.

Ce développement économique accroît enco [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Élisabeth Ire (1533-1603)

Élisabeth Ire (1533-1603)
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

L'Invincible Armada

L'Invincible Armada
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Provence, directeur de l'Institut d'art

Classification

Autres références

«  ÉLISABETH I re (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)  » est également traité dans :

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Réforme en Angleterre »  : […] Pour expliquer l'irruption de la Réforme en Angleterre, on a invoqué des causes économiques (la volonté d'indépendance financière à l'égard de Rome), culturelles (le progrès de l'humanisme), ecclésiastiques (l'insuffisance et les tares du clergé). Aucun de ces motifs n'est suffisant. La Réforme ne prit jamais en Angleterre une tournure révolutionnaire et dogmatique comme là où l'ont propagée Luthe […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lutte pour la maîtrise des routes de l'Atlantique »  : […] Pour les Portugais, la principale route transatlantique est celle qui longe les côtes d'Afrique et qui, par le cap de Bonne-Espérance, mène aux Indes. La route du Brésil n'est pour eux qu'un embranchement. Les Portugais n'établirent que tardivement la distinction entre vaisseaux de guerre et navires de commerce. Ils armèrent de canons leurs caraques et leurs galions afin que ces bâtiments pussen […] Lire la suite

CAMBRIDGE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 653 mots
  •  • 1 média

En 1209, des étudiants et des maîtres d'Oxford, fuyant la colère de la populace, s'installent sur les bords de la rivière Cam à quatre-vingt kilomètres au nord de Londres. Le roi Henri III octroie d'importants privilèges à la jeune université. Le premier collège, Peterhouse, est fondé par Hugo de Balsham en 1284. Cambridge est officiellement sacrée Studium generale par le pape Jean XXII en 1318. […] Lire la suite

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son principal secrétaire ; jusqu'à sa mort il joua le rôle d'un véritable inspi […] Lire la suite

COKE sir EDWARD (1552-1634)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 333 mots
  •  • 1 média

L'un des plus célèbres juristes anglais du xvii e siècle. Nombre des jugements de sir Edward Coke ont fait jurisprudence. Sa vie publique a été marquée par la difficile recherche d'une conciliation entre les exigences du droit et la loyauté envers le monarque. Appelé aux plus hautes fonctions judiciaires sous Élisabeth I re et sous Jacques I er , il est attorney général en 1593, président de la […] Lire la suite

DÉFAITE DE L'INVINCIBLE ARMADA

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Dans la seconde moitié du xvi e  siècle, les visées anglaises sur l'Amérique espagnole et le conflit religieux entre l'Espagne de Philippe II, champion du catholicisme, et l'Angleterre protestante d'Élisabeth I re , créent une tension entre les deux puissances qu'avive, à partir de 1572, la révolte antiespagnole aux Pays-Bas. Pour éviter l'hégémonie des Habsbourg en Europe et contrer la menace cat […] Lire la suite

DRAKE sir FRANCIS (1545-1596)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 715 mots

Navigateur anglais, né en 1545 près de Tavistock, dans le Devonshire, et mort en 1596 au large de Portobelo (Panamá). Francis Drake grandit dans un milieu de navigateurs. Enfant, il travaille comme mousse. À 20 ans, il navigue avec le pirate anglais John Hawkins, jusqu'en Guinée, sur la côte ouest de l'Afrique, pour y chercher des esclaves. Capitaine de vaisseau sous le commandement d'Hawkins, il […] Lire la suite

FERRABOSCO I ALFONSO (1543 env.-1588)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 271 mots

Compositeur italien, baptisé le 18 janvier 1543, à Bologne, alors dans les États pontificaux, mort le 12 août 1588, à Bologne, Alfonso Ferrabosco I, ou l'Ancien, pour le distinguer de son fils Alfonso Ferrabosco II, doit sa réputation à ses nombreux madrigaux et motets, à ses pièces pour luth et à ses œuvres sacrées. Fils aîné du maître de chapelle, chantre et compositeur Domenico Maria Ferrabosco […] Lire la suite

FERRABOSCO II ALFONSO (1575 env.-1628)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 252 mots

Compositeur, violiste et luthiste anglais, Alfonso  II doit sa renommée à ses pièces pour viole. Fils naturel du compositeur italien Alfonso Ferrabosco, Alfonso Ferrabosco II, ou le Jeune, naît vers 1575, probablement à Greenwich, peut-être à Londres. La reine Élisabeth I re prend en charge son éducation musicale et il demeurera au service de la famille royale jusqu'à sa mort, en mars 1628 (il e […] Lire la suite

HAKLUYT RICHARD (1553-1616)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 325 mots

Élevé à Oxford, entré dans les ordres, archidoyen de Westminster en 1603, Richard Hakluyt est surtout connu comme le héraut enthousiaste de l'évangile du « grand large » au temps d'Élisabeth. Avide de connaissances géographiques, il cherche à faire partager son savoir, publie, en 1582, Divers Voyages Touching the Discoveries of America , traduit, après un séjour à Paris, le journal de Laudonnière […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André BOURDE, « ÉLISABETH Ire (1533-1603) - reine d'Angleterre (1558-1603) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/