ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Élisabeth Ire (1533-1603)

Élisabeth Ire (1533-1603)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

L'Invincible Armada

L'Invincible Armada
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie


L'évolution de la politique extérieure

L'éviction de Marie Stuart

En fait, la politique extérieure d'Élisabeth s'inspire beaucoup plus de son intérêt particulier et des circonstances que de considérations d'ordre général. Après la promulgation des Trente-Neuf Articles, les catholiques anglais s'étaient tournés vers Marie Stuart, rentrée en Écosse après la mort de François II (1560). Mais cette reine est, elle aussi, aux prises avec de graves problèmes. John Knox vient de faire triompher en Écosse la réforme presbytérienne. Marie Stuart, restée catholique, doit gouverner un peuple turbulent et fanatisé. Frivole et imprudente, elle a épousé, en deuxièmes noces, Darnley, grand seigneur taré, bientôt assassiné dans des circonstances troubles ; puis elle s'est éprise du brutal Bothwell, principal responsable du meurtre. Son remariage avec l'aventurier soulève l'Écosse contre elle. Vaincue, elle commet l'imprudence de se réfugier en Angleterre, où elle est reçue en suspecte et bientôt traitée en prisonnière. Sa captivité dure dix-neuf ans et ne se termine que par la mort. En effet, l'existence de Marie Stuart – autour de laquelle des intrigues s'ourdissent continuellement – n'est pas sans dangers pour Élisabeth, d'autant plus que la reine d'Écosse n'a jamais renoncé à ses droits de succession. Aussi sa présence en Angleterre éveille-t-elle les espoirs des catholiques, et suscite deux complots (1569, 1572) suivis de troubles, dont le but était le renversement d'Élisabeth. Celle-ci attend l'occasion d'éliminer Marie Stuart. En 1586, un nouveau complot en fournit le prétexte. Après une parodie de procès, Marie est condamnée à mort et décapitée (8 février 1587). Malgré ses dénégations, Élisabeth a bien été l'instigatrice de la disparition de sa rivale.

La lutte contre l'Espagne

L'épisode dramatique de la lutte contre l'Espagne doit être replacé dans le contexte de la lutte acharnée entre catholiques et protestants qui ensanglante alors toute l'Europe. En face de Philippe II, champion du catholicisme, la reine d'Angleterre apparaît comme le champion du protestantisme. En fait, s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Provence, directeur de l'Institut d'art

Classification


Autres références

«  ÉLISABETH I re (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)  » est également traité dans :

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Réforme en Angleterre »  : […] Pour expliquer l'irruption de la Réforme en Angleterre, on a invoqué des causes économiques (la volonté d'indépendance financière à l'égard de Rome), culturelles (le progrès de l'humanisme), ecclésiastiques (l'insuffisance et les tares du clergé). Aucun de ces motifs n'est suffisant. La Réforme ne prit jamais en Angleterre une tournure révolutionnaire et dogmatique comme là où l'ont propagée Luthe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglicanisme/#i_12584

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 632 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lutte pour la maîtrise des routes de l'Atlantique »  : […] Pour les Portugais, la principale route transatlantique est celle qui longe les côtes d'Afrique et qui, par le cap de Bonne-Espérance, mène aux Indes. La route du Brésil n'est pour eux qu'un embranchement. Les Portugais n'établirent que tardivement la distinction entre vaisseaux de guerre et navires de commerce. Ils armèrent de canons leurs caraques et leurs galions afin que ces bâtiments pussen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-atlantique/#i_12584

CAMBRIDGE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 652 mots
  •  • 1 média

En 1209, des étudiants et des maîtres d'Oxford, fuyant la colère de la populace, s'installent sur les bords de la rivière Cam à quatre-vingt kilomètres au nord de Londres. Le roi Henri III octroie d'importants privilèges à la jeune université. Le premier collège, Peterhouse, est fondé par Hugo de Balsham en 1284. Cambridge est officiellement sacrée Studium generale par le pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-cambridge/#i_12584

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son principal secrétaire ; jusqu'à sa mort il joua le rôle d'un véritable inspi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-cecil/#i_12584

COKE sir EDWARD (1552-1634)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 333 mots
  •  • 1 média

L'un des plus célèbres juristes anglais du xvii e siècle. Nombre des jugements de sir Edward Coke ont fait jurisprudence. Sa vie publique a été marquée par la difficile recherche d'une conciliation entre les exigences du droit et la loyauté envers le monarque. Appelé aux plus hautes fonctions judiciaires sous Élisabeth I re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coke-sir-edward/#i_12584

DÉFAITE DE L'INVICIBLE ARMADA

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Dans la seconde moitié du xvi e  siècle, les visées anglaises sur l'Amérique espagnole et le conflit religieux entre l'Espagne de Philippe II, champion du catholicisme, et l'Angleterre protestante d'Élisabeth I re , créent une tension entre les deux puissances qu'avive, à partir de 1572, la révolte antiespagnole aux Pays-B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/defaite-de-l-invicible-armada/#i_12584

DRAKE sir FRANCIS (1545-1596)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 715 mots

Navigateur anglais, né en 1545 près de Tavistock, dans le Devonshire, et mort en 1596 au large de Portobelo (Panamá). Francis Drake grandit dans un milieu de navigateurs. Enfant, il travaille comme mousse. À 20 ans, il navigue avec le pirate anglais John Hawkins, jusqu'en Guinée, sur la côte ouest de l'Afrique, pour y chercher des esclaves. Capitaine de vaisseau sous le commandement d'Hawkins, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drake-sir-francis/#i_12584

FERRABOSCO I ALFONSO (1543 env.-1588)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 271 mots

Compositeur italien, baptisé le 18 janvier 1543, à Bologne, alors dans les États pontificaux, mort le 12 août 1588, à Bologne, Alfonso Ferrabosco I, ou l'Ancien, pour le distinguer de son fils Alfonso Ferrabosco II, doit sa réputation à ses nombreux madrigaux et motets, à ses pièces pour luth et à ses œuvres sacrées. Fils aîné du maître de chapelle, chantre et compositeur Domenico Maria Ferrabosco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfonso-ferrabosco-i/#i_12584

FERRABOSCO II ALFONSO (1575 env.-1628)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 252 mots

Compositeur, violiste et luthiste anglais, Alfonso  II doit sa renommée à ses pièces pour viole. Fils naturel du compositeur italien Alfonso Ferrabosco, Alfonso Ferrabosco II, ou le Jeune, naît vers 1575, probablement à Greenwich, peut-être à Londres. La reine Élisabeth I re prend en charge son éducation musicale et il demeurera au service de la famille royale jusqu'à sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfonso-ferrabosco-ii/#i_12584

HAKLUYT RICHARD (1553-1616)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 325 mots

Élevé à Oxford, entré dans les ordres, archidoyen de Westminster en 1603, Richard Hakluyt est surtout connu comme le héraut enthousiaste de l'évangile du « grand large » au temps d'Élisabeth. Avide de connaissances géographiques, il cherche à faire partager son savoir, publie, en 1582, Divers Voyages Touching the Discoveries of America , traduit, après un séjour à Paris, le j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-hakluyt/#i_12584

HILLIARD NICHOLAS (1547-1619)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 420 mots

Premier grand peintre anglais de la Renaissance, Nicholas Hilliard porta, durant la période élisabéthaine, l'art de la miniature à son plus haut degré d'épanouissement. Ses petites effigies lyriques jouèrent en outre un rôle important dans la conception du portrait telle qu'elle fut élaborée outre-Manche, de la fin du xvi e au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicholas-hilliard/#i_12584

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 174 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Conquête sous les Tudors »  : […] La colonie n'était pas seulement menacée de l'extérieur. Elle était rongée de l'intérieur. À l'instar des Danois qui les avaient précédés, un grand nombre de seigneurs normands s'assimilèrent, devenant Hibernis ipsis Hiberniores , plus irlandais que les Irlandais eux-mêmes : ils se soumettaient au code Brehon, parlaient le gaëlique à la place du français, se laissaient pousse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irlande/#i_12584

MARIE DE GUISE (1515-1560) reine d'Écosse

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 349 mots

Sœur d'Henri de Guise et du cardinal de Lorraine, veuve de Louis II d'Orléans, duc de Longueville, Marie de Guise épouse en 1538 Jacques V d'Écosse qui meurt quatre ans plus tard. Mère de l'héritière légitime, la princesse Marie, qu'elle envoie en France en 1548 et dont elle favorise, en 1558, le mariage avec le dauphin François, le futur François II, elle assume la régence du royaume. Pour dévelo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-de-guise/#i_12584

MARIE Ire STUART (1542-1587) reine d'Écosse (1542-1567) et de France (1559-1560)

  • Écrit par 
  • Antonia FRASER
  • , Universalis
  •  • 820 mots

Reine d'Écosse (1542-1567) et de France (1559-1560), née le 8 décembre 1542 au palais de Linlithgow (Écosse), morte le 8 février 1587 au château de Fotheringhay (Northamptonshire, Angleterre). Fille unique de Jacques V d'Écosse et de Marie de Guise, Marie Stuart devient reine d'Écosse sous la régence de sa mère six jours après sa naissance. Afin d'échapper à l'emprise d'Henri VIII d'Angleterre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-ire-stuart/#i_12584

MURRAY JAMES STUART 1er comte de (1531 env.-1570)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 295 mots

Demi-frère de Marie Stuart et fils naturel de Jacques V d'Écosse, il a représenté, en face de la souveraine catholique, le parti protestant et a été, à ce titre, le chef de file des grands seigneurs du royaume. Ambitieux, il est un moment satisfait par sa participation au gouvernement, mais il se brouille rapidement avec la reine dont il devient dès lors l'adversaire le plus dangereux. En 1567, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-murray/#i_12584

RALEIGH sir WALTER (1552-1618)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Soldat, courtisan, explorateur, colonisateur, homme d'État, poète, historien et par-dessus tout un des esprits les plus distingués d'une période éminente de l'histoire d'Angleterre, sir Walter Raleigh (ou Ralegh) fut un personnage considérable des règnes d'Élisabeth I re et de Jacques I er . Il offrit sa tête au bourreau, après treize ans de capti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raleigh-sir-walter/#i_12584

RÉFORME

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 8 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Réforme anglicane »  : […] À la différence des autres Réformes entreprises par des hommes d'Église et des théologiens de large envergure, la Réforme anglicane fut préparée, instaurée et rétablie, en trois temps, sous les auspices de la monarchie. L'œuvre des souverains, inspirée par le désir de subordonner la vie ecclésiastique aux intérêts de l'État, n'aurait d'ailleurs pas survécu si la papauté n'avait été auparavant pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme/#i_12584

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'âge des réformes »  : […] Rien n'annonce l'âge des réformes sous Henri VII ou dans les premières décennies du règne de Henri VIII , monté sur le trône en 1509. Au contraire, ces souverains ont lutté contre les héritiers des lollards et contre les thèses luthériennes, au moment où elles se sont propagées en provenance du continent : Henri VIII les a personnellement réfutées dans un écrit qui lui vaut en 1521, du pape Léon  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_12584

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Explorations et découvertes »  : […] L'ère de l'expansion est relativement tardive. L'Angleterre a été devancée par les royaumes ibériques – Espagnols et Portugais visant même, à la fin du xv e  siècle, à un partage du monde après l'arbitrage pontifical de 1493. Les Tudors, pas plus que les Valois français, n'ont jamais souscrit à cette prétention. Mais la prétendue vocation maritim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_12584

STERLING LIVRE

  • Écrit par 
  • Sophie BRANA, 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 7 210 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le monométallisme argent »  : […] Au viii e  siècle, dans les royaumes saxons des îles Britanniques, circulent des pièces d'argent sceatta , sterra ou steorling , comportant la marque d'une étoile ( star ). Les ateliers monétaires, placés sous l'autorité royale, taillent 240 de ces pièces dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-sterling/#i_12584

WYATT sir THOMAS, dit LE JEUNE (1521-1554)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 331 mots

Fils du poète et homme d'État, héritier d'une belle fortune, ami du comte de Surrey, mêlé de loin seulement et par moments aux affaires publiques, Wyatt a connu la célébrité en dirigeant la plus dangereuse des rébellions contre Marie Tudor. Outré par le projet de mariage espagnol de la reine, peut-être poussé par Edward Courtenay, comte de Devonshire, et par les partisans de la princesse Élisabeth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wyatt-sir-thomas-dit-le-jeune/#i_12584

YATES FRANCES AMELIA (1899-1981)

  • Écrit par 
  • Margaret LLASERA
  •  • 676 mots

Après des études de français à l'université de Londres (B.A. 1924, M.A. 1926), Frances Yates, spécialiste britannique de l'histoire des idées, poursuit d'abord ses recherches en dehors du contexte universitaire. Entrée en 1941 au Warburg Institute, institut d'études de la Renaissance, elle y est nommée professeur en 1956. Elle estimait devoir à l'esprit encyclopédique du Warburg l'élaboration de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frances-amelia-yates/#i_12584

Voir aussi

Pour citer l’article

André BOURDE, « ÉLISABETH Ire (1533-1603) - reine d'Angleterre (1558-1603) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/