ÉLECTEURS D'EMPIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la tradition franque, le roi est acclamé par le peuple, en réalité par les hommes libres en état de porter les armes : les Freiherrn, qui sont les barons de l'époque féodale. Ils sont regroupés en nations dans la partie germanique de l'Empire carolingien : Bavarois, Souabes et Saxons (peuples soumis par les Francs à l'époque des Mérovingiens et de leurs successeurs), et Franconiens, descendants des Francs. À la tête de chaque nation se trouve un duc, nommé par le roi de Germanie. D'autre part, dans le système carolingien, les prélats, en particulier les archevêques de Mayence (en Franconie), de Cologne et de Trèves (dont dépend l'évêché d'Aix-la-Chapelle, la capitale impériale), exercent de hautes fonctions politiques. Du fait de leur puissance et de leur rôle de conseil à la Cour, ducs et archevêques exercent une influence prépondérante quand il s'agit de choisir un souverain, c'est-à-dire à la mort du dernier descendant en ligne directe des Carolingiens d'Allemagne, Louis III l'Enfant (911). Le duc de Franconie est alors choisi par l'assemblée des nobles ; à l'assemblée des Fritzlar (919), c'est le duc de Saxe, comme il était entendu entre les Conradins de Franconie et les Liudolfinger saxons. En 936, à Aix-la-Chapelle, les grands élisent Othon que Henri Ier avait désigné. Celui-ci se fait sacrer ensuite (7 août). Désormais, le roi de Germanie est élu par les grands, rassemblés par nation et représentés par leur duc et par le haut clergé, avant d'être sacré. Il devient empereur quand il est couronné à Rome par le pape (962, pour Othon Ier), mais il n'y a alors aucune intervention des Électeurs. Les Électeurs font le roi, le pape fait l'empereur. Ainsi s'explique la prétention de certains pontifes à vouloir choisir l'empereur, ce que les Électeurs refusent dans la mesure où ils considèrent que celui-ci est leur souverain et qu'ils n'ont à en recevoir de personne sinon d'eux-mêmes.

A priori, le fils aîné du roi ou de l'empereur régnant est élu de préférence à un autre, mais il lui faut parfois monnayer son élection. Dès le règne des Ottoniens se prend l'habitude de le faire élire du vivant de son père afin de lui assurer une succession plus facile. Le rôle des Électeurs, quand il n'y a pas d'héritiers directs, est déterminant : l'intérêt des nobles étant de préserver leurs avantages, ils veillent à choisir celui des candidats qui n'est pas le plus puissant.

En 1038, une assemblée de princes et d'archevêques se réunit avant le Reichstag (diète d'Empire ou assemblée des nobles) et lui propose son candidat. Le collège des Électeurs s'est créé pour l'élection du premier Hohenstaufen. Il est constitué des ducs de Franconie, de Saxe, de Souabe et de Bavière et des trois archevêques de Mayence, de Cologne et de Trèves. La Franconie est ensuite remplacée par le comte palatin du Rhin, celui de Bavière sous Frédéric Barberousse par celui de la Bohême, celui du duché de Souabe qui disparaît avec les Hohenstaufen par celui de Brandebourg. Les sept Électeurs assument les fonctions d'officiers de la Couronne.

Sous le règne de Louis IV de Bavière, devant la volonté de Jean XXII de choisir le roi de Germanie ou roi des Romains, les Électeurs rédigent à Rhens une loi électorale (juin 1338) où ils affirment que seul le collège électoral est apte à élire le roi, qui est automatiquement empereur d'Occident. Ce texte devient à la diète de Francfort le code Licet juri, promulgué devant les représentants des villes et de la petite et de la moyenne noblesse.

Charles IV de Luxembourg complète ce document et le fait accepter aux diètes de Nuremberg et de Metz (1355-1356) : c'est la Bulle d'or datée du 25 décembre 1356. Désormais est roi celui qui a la majorité des voix. Les Électeurs ont le statut de conseillers permanents du royaume. Le comte palatin du Rhin et l'Électeur de Saxe sont régents en cas de vacance du trône.

À partir de 1438, l'Empire reste dans la famille des Habsbourg et le problème du choix disparaît : être Électeur est une dignité qui permet en cas d'élection de toucher éventuellement de forts subsides du roi de France s'il se mêle de vouloir intervenir. Par contre, la politique des empereurs catholiques sera de veiller à mainten [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification

Autres références

«  ÉLECTEURS D'EMPIRE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne des principautés »  : […] Avec la fin des Hohenstaufen, l'idée d'empire universel cessa d'apparaître comme projet réalisable, et l'Empire se restreignit territorialement à l'Allemagne. En effet, à la fin du xiii e  siècle, la plupart des territoires liés à l'Allemagne à l'ouest (royaume de Bourgogne-Provence) et au sud (royaume d'Italie) avaient cessé d'en dépendre. Seuls lui étaient demeurés les pays colonisés, à l'est ju […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La situation du clergé »  : […] Par suite de la division en plusieurs confessions et de l'émiettement territorial, les clergés ne constituent pas, en Allemagne, un ordre aussi solidement organisé qu'en France. Les Églises protestantes sont établies sur la base des possessions des princes luthériens ou calvinistes. Le principe Cujus regio, ejus religio souffre peu d'exceptions, la plus notable étant celle des électeurs de Saxe, […] Lire la suite

BAVIÈRE (histoire)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  • , Universalis
  •  • 3 153 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La dignité électorale »  : […] La guerre de Trente Ans marque une étape majeure dans les progrès de l'État bavarois. Après son équipée malheureuse en Bohême, le Palatin Frédéric V se voit dépouillé par l'empereur Ferdinand II à la fois de la dignité électorale et de ses possessions territoriales, qui sont attribuées à Maximilien de Bavière (1623). Lors du règlement de 1648, le fils de Frédéric V recouvre le titre d'Électeur et […] Lire la suite

COLOGNE ÉLECTORAT DE

  • Écrit par 
  • Peter Claus HARTMANN
  •  • 847 mots

L'archevêque de Cologne, qui est depuis le xiii e siècle électeur du Saint Empire romain germanique, cumule depuis le Moyen Âge les pouvoirs temporel (territoire) et spirituel (diocèse). Le territoire, sur lequel il exerce la souveraineté territoriale ( Landeshoheit ), est l'électorat. Il se développe surtout sous le règne de Konrad de Hochstaden (1238-1261), mais son étendue varie au cours de so […] Lire la suite

MAYENCE ÉLECTORAT DE

  • Écrit par 
  • Peter Claus HARTMANN
  •  • 536 mots

Territoire, dont l'archevêque de Mayence, premier Électeur du Saint Empire depuis le xiii e siècle, possède la souveraineté territoriale ( Landeshoheit ) comme prince de cet Empire (à ne pas confondre avec son diocèse, beaucoup plus étendu). Les Électeurs successifs élargissent leur territoire avec des centres sur le Rhin moyen (Bingen), dans la Franconie (Aschaffenburg), en Hesse (Fritzlar-Amöne […] Lire la suite

REICHSTAG

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 894 mots

La Diète d'Empire, ou Reichstag, est la continuation de la tradition franque des assemblées populaires auxquelles participaient les hommes libres de la tribu pour régler tous les problèmes importants. Le roi était acclamé au cours d'assemblées de ce type. Elles se sont transformées à l'époque carolingienne en assemblées de nobles et d'ecclésiastiques de haut rang, qui venaient sur ordre de l'emper […] Lire la suite

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 472 mots

962 Otton I er , vainqueur des Hongrois en 955, reçoit du pape Jean XII la couronne impériale à Rome (2 février). 972 Mariage de Théophano de Byzance et du futur Otton II (973-983), fils d'Otton I er . 1024 Mort d'Henri II (1002-1024). Succession difficile de Conrad II le Salique (1024-1039), qui inaugure la dynastie des empereurs franconiens. 1032 Le royaume de Bourgogne est rattaché à l'Empi […] Lire la suite

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 3 819 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le repli de l'Allemagne »  : […] Pendant le Grand Interrègne (1250-1273), la papauté s'obstina à empêcher l'accès au pouvoir des descendants des Staufen. Après cette période de vingt-trois années, les princes promus à la dignité impériale prirent conscience, malgré les ambitions irréalistes de certains d'entre eux, notamment Henri VII de Luxembourg (1308-1313), de l'impossibilité de maintenir leur autorité dans la Péninsule, d'a […] Lire la suite

TRÈVES ÉLECTORAT DE

  • Écrit par 
  • Peter Claus HARTMANN
  •  • 614 mots

Territoire sur lequel l'archevêque de Trèves exerce la souveraineté territoriale (Landeshoheit). L'électorat de Trèves se présente comme une bande allongée qui épouse d'abord le cours de la Moselle et s'étend ensuite au-delà du Rhin. Au xviii e siècle, l'ensemble est peuplé d'environ 280 000 habitants. Depuis le xiv e siècle, l'électorat est divisé en deux circonscriptions administratives : l'Ob […] Lire la suite

Les derniers événements

11 juin 1995 Italie. Victoire de Silvio Berlusconi aux référendums sur l'audiovisuel

Une majorité d'électeurs se déclarent opposés à l'abolition du droit pour une personne privée de détenir plus d'une chaîne de télévision, à l'abolition du droit pour une régie publicitaire de travailler pour plus de deux chaînes et à la suppression des coupures publicitaires dans les émissions télévisées. Ces projets de mesures menaçaient directement la Fininvest, l'empire audiovisuel de Silvio Berlusconi. […] Lire la suite

27 février - 6 mars 1994 Moldavie. Victoire des indépendantistes aux élections législatives et au référendum

100 des électeurs participent au référendum sur l'indépendance que les partisans du rattachement à la Roumanie avaient demandé de boycotter. 95,4 p. 100 des votants se prononcent pour l'indépendance de la Moldavie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « ÉLECTEURS D'EMPIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/electeurs-d-empire/