REICHSTAG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Diète d'Empire, ou Reichstag, est la continuation de la tradition franque des assemblées populaires auxquelles participaient les hommes libres de la tribu pour régler tous les problèmes importants. Le roi était acclamé au cours d'assemblées de ce type. Elles se sont transformées à l'époque carolingienne en assemblées de nobles et d'ecclésiastiques de haut rang, qui venaient sur ordre de l'empereur.

Dès le xe siècle, en Germanie, le roi est régulièrement élu par de tels rassemblements (grands de chaque tribu ou nation et prélats), que convoquent alors soit l'archevêque de Mayence soit un autre dignitaire de l'Église germanique. Les lois y sont régulièrement promulguées, quand l'empereur veut leur donner valeur générale ; certaines y ont d'ailleurs donné matière à longues discussions, tels les textes qui sont à l'origine de la Bulle d'or (1356), par laquelle le régime électoral est fixé et la paix établie dans l'Empire. Les institutions impériales (tribunaux, comme le Reichskammergericht, les impôts, les armées) sont élaborées dans les Reichstage, qui se réunissent, après 1356, une fois par an, pour un mois dans les semaines qui suivent la fête de Pâques. On y discute des problèmes de politique générale, les électeurs doivent d'autre part conseiller l'empereur, avec lequel les relations n'ont pas toujours été des meilleures.

La Diète d'Empire comporte trois collèges ou curies : celui des Électeurs qui, depuis la Bulle d'or de 1356, ont mission d'élire l'empereur ; celui des princes, des comtes, des chevaliers d'Empire immédiats (relevant directement de l'empereur) ; enfin celui des villes d'Empire, puissantes surtout au xvie siècle. Le clergé ne forme pas un ordre à part et se partage entre les deux premiers collèges. Longtemps nomade entre Augsbourg, Mayence, Spire, Worms, Francfort, la Diète fixe son siège, en 1663, à Ratisbonne. Les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  REICHSTAG  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le règne de Maximilien (1493-1519) »  : […] Devenu empereur sans nulle difficulté, Maximilien se montra un grand prince, cultivé, appliqué, réfléchi. Il devait renforcer puissamment la position des Habsbourg dans l'Empire et en Europe, plus d'ailleurs par des alliances matrimoniales que par des conquêtes, de sorte que déjà l'on pouvait dire : Tu, felix Austria, nube . L'année même de son avènement, Maximilien se trouva reconstituer presque […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'hostilité à l'Empire »  : […] Distinguons d'abord ceux qui critiquent ou contestent l'œuvre accomplie en 1871. Certains sont surtout sensibles aux dangers d'une victoire trop rapide et trop complète. Nietzsche, ici, est souvent cité : « Je considère la Prusse actuelle comme très dangereuse pour la civilisation », mais aussi Gustav Freytag, dès 1872 : « De grands maux sont nés de la victoire ; l'honneur, la loyauté de la capita […] Lire la suite

BERLIN

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT, 
  • François REITEL
  •  • 5 909 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La métropole inachevée »  : […] Depuis 1990, les grands chantiers du « nouveau Berlin » donnent à la ville un caractère de métropole. La réduction de la périphérie intérieure s’effectue sur la base de périmètres de reconversion urbaine et s’incarne dans des opérations de prestige. La réhabilitation du Reichstag (coupole de verre dessinée par l’architecte Norman Foster) ou des immeubles du quartier de la Leipzigerstrasse où sont […] Lire la suite

BERLIN (foyer culturel)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 4 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Après le Mur »  : […] Une fois restaurées la porte de Brandebourg, jusque-là symbole physique de la division, et la place de Paris adjacente, les deux parties de la ville se remettent à communiquer. Pour l’Ouest comme pour l’Est, tant pour les chantiers gouvernementaux que pour les projets privés, le principe adopté par le collectif d’architectes et d’urbanistes en charge de la refondation de Berlin est celui d'une « r […] Lire la suite

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La consolidation du Reich »  : […] Dans la Constitution impériale du 16 avril 1871, le Bundesrat semble, à première vue, un rouage au moins aussi essentiel que le Reichstag. Pourtant, l'assemblée élue ne tarde pas à prendre une importance qui en fera le véritable centre de la vie politique du pays. Bien qu'il ne soit pas responsable devant le Reichstag et qu'il possède même le droit de le dissoudre, Bismarck prête attention à l'op […] Lire la suite

CHRISTO ET JEANNE-CLAUDE CHRISTO JAVACHEFF (1935-2020) et JEANNE-CLAUDE DENAT DE GUILLEBON (1935-2009), dits

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 661 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art, patrimoine et politique »  : […] Hors des musées et des galeries, l'espace public s'impose rapidement comme le lieu le plus propice à l'expérimentation artistique de Christo. Dès 1962, l'installation d'un empilement de barils bloquant pendant huit heures la rue Visconti, dans le VI e  arrondissement de Paris, souligne son insertion dans le tissu culturel d'une capitale marquée par la valeur de son patrimoine artistique. Le titre […] Lire la suite

LANDTAG

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 729 mots

On appelle Landtag une assemblée réunissant des ordres (ou états) dans les collectivités territoriales allemandes à la fin du Moyen Âge. Les Landtage sont issus dans certains territoires de la volonté des princes, dans d'autres de l'initiative des ordres eux-mêmes ; leur composition, leur compétence, la procédure de leurs délibérations, calquée sur celle des Reichstage , présentent de grandes res […] Lire la suite

MAYENCE ÉLECTORAT DE

  • Écrit par 
  • Peter Claus HARTMANN
  •  • 536 mots

Territoire, dont l'archevêque de Mayence, premier Électeur du Saint Empire depuis le xiii e siècle, possède la souveraineté territoriale ( Landeshoheit ) comme prince de cet Empire (à ne pas confondre avec son diocèse, beaucoup plus étendu). Les Électeurs successifs élargissent leur territoire avec des centres sur le Rhin moyen (Bingen), dans la Franconie (Aschaffenburg), en Hesse (Fritzlar-Amöne […] Lire la suite

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 3 817 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Empire aux mains des Habsbourg »  : […] Sous le couvert de cette division et de l'indifférence à l'institution, les princes de la maison d'Autriche, ou Habsbourg, réussirent à accaparer la couronne à partir de 1438 et surent profiter de celle-ci pour poursuivre inlassablement un programme tendant à accroître leurs propres États. Ils menèrent particulièrement à bien une politique matrimoniale systématique en se servant au mieux du presti […] Lire la suite

TRÈVES ÉLECTORAT DE

  • Écrit par 
  • Peter Claus HARTMANN
  •  • 614 mots

Territoire sur lequel l'archevêque de Trèves exerce la souveraineté territoriale (Landeshoheit). L'électorat de Trèves se présente comme une bande allongée qui épouse d'abord le cours de la Moselle et s'étend ensuite au-delà du Rhin. Au xviii e siècle, l'ensemble est peuplé d'environ 280 000 habitants. Depuis le xiv e siècle, l'électorat est divisé en deux circonscriptions administratives : l'Ob […] Lire la suite

Les derniers événements

Allemagne. Inauguration du nouveau Reichstag. 19 avril 1999

Marquant la fin de la réunification allemande, la session inaugurale du Reichstag rénové, à Berlin, constitue la première étape du déménagement du siège de la capitale fédérale, installé à Bonn, vers Berlin, ancienne capitale du Reich. À cette occasion, le chancelier Gerhard Schrôder, conscient […] Lire la suite

Allemagne. Désignation de Berlin comme future capitale du pays unifié. 20 juin 1991

Au terme de douze heures de débats ininterrompus, les députés décident, par trois cent trente-six voix contre trois cent vingt et une, le transfert à Berlin du gouvernement et du Bundestag, qui occupera, dans un délai de quatre ans, les bâtiments de l'ancien Reichstag. En revanche, le Bundesrat, seconde chambre de Parlement où sont représentés les Länder, devrait rester à Bonn. […] Lire la suite

Allemagne. Le chancelier Helmut Kohl bénéficiaire de l'unification. 3-14 octobre 1990

dans le bâtiment historique du Reichstag de Berlin, est l'occasion pour le chancelier Helmut Kohl de rappeler aux Allemands de ne « jamais oublier les crimes commis », tandis que le président Richard von Weizsäcker rassure les pays voisins contre tout risque d'hégémonie. Le 14, des élections […] Lire la suite

Pour citer l’article

François IGERSHEIM, « REICHSTAG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reichstag/