ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La cosmologie des anciens Égyptiens

Le monde des dieux antiques s’organise autour de mythes de la création du monde (cosmogonies) et de grands cycles mythologiques qui exaltent l’ordre des choses, constamment menacé par le chaos. Dans ce cadre général, la religion égyptienne exprime une conception caractérisée par une très grande propension à associer entre elles les divinités et leur culte.

Le panthéon égyptien

Depuis les hiéroglyphes des premières dynasties jusqu’à la domination romaine, la religion égyptienne offre sur plus de trois millénaires une remarquable continuité. Elle repose sur la croyance en un ordre universel, fruit de la volonté du démiurge lors de la création. Un ordre constamment menacé par le chaos dont il faut se prémunir en pratiquant la piété envers les dieux et en faisant régner justice et bonté entre les hommes. En dépendent la course ininterrompue du Soleil et la crue bienfaisante du Nil.

Le monde religieux des anciens Égyptiens est ainsi fondé sur une conception magique du sacré où les puissances de l’Univers sont symbolisées et incarnées par des éléments de la nature : animaux ou végétaux. Ces divinités primitives, s’humanisent progressivement et sont à l’origine d’un panthéon constitué d’êtres hybrides anthropomorphes.

Elles sont le plus souvent figurées par une tête animale sur un corps humain, masculin ou féminin. Si la tête humaine est conservée, le chef peut être surmonté d’un symbole caractéristique. Enfin, la déité peut arborer un ou plusieurs attributs. Ce panthéon complexe est le fruit des multiples cultes locaux pratiqués dans les provinces (nomes) du royaume. À partir du Nouvel Empire, chaque nome possède son couple divin accompagné de leur enfant, sans oublier ceux des nombreux sanctuaires.

D’un nome à l’autre, des dieux identiques peuvent être connus sous des noms et aspects différents. Ces appellations et figures variées ont donné naissance à des centaines de divinités. Le recours aux cosmogonies et aux mythes permet alors d’ordonner la conception du monde des dieux.

Principales divinités de la cosmologie égyptienne

Diaporama : Principales divinités de la cosmologie égyptienne

Principales divinités de l'Égypte antique, avec leurs fonctions et leurs attributs distinctifs. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les cosmogonies

La richesse et la complexité du panthéon égyptien amène les théologiens à opérer des regroupements généalogiques. Les ennéades (du grec enneas, le chiffre « neuf », traduction de l’égyptien pesedjet, qui signifiait le « pluriel des pluriels », la totalité parfaite) relient un groupe de dieux à un dieu créateur (démiurge), exprimant le monde comme une totalité organisée. L’ennéade la plus ancienne, celle d’Héliopolis, dont dérive la « petite ennéade » de Karnak, propose une cosmogonie fondée sur Atoum-Rê, le dieu Soleil.

Démiurge auto-engendré, il crée l’Univers à partir de la pierre sacrée Benben émergeant du chaos, le Noun. Par son souffle et sa semence, il engendre le couple Air-Humidité (Shou et Tefnout) qui enfante à son tour le Ciel Nout et la Terre Geb.

Ces derniers procréent deux nouveaux couples : Osiris et Isis, Seth et Nephtys. Moins ambitieuses, les triades permettent de fusionner des cultes à l’origine disparates livrés dans un même lieu en constituant une famille simple, à l’exemple de la triade thébaine, formée par le père Amon, la mère Mout et leur fils Khonsou.

Pendentif au nom du roi Osorkon II : la famille du dieu Osiris

Photographie : Pendentif au nom du roi Osorkon II : la famille du dieu Osiris

Cette triade regroupe Osiris, au centre, flanqué de son épouse Isis et de son fils Horus. Osiris est représenté accroupi, comme un signe hiéroglyphique. Il est au sommet d'un pilier, et l'aspect général de l'ensemble n'est pas sans rappeler celui du jeune soleil sortant du lotus... 

Crédits : Erich Lessing / AKG

Afficher

Les grands cycles mythiques

Le monde des dieux est également organisé par des récits mythiques. Ce sont les grands cycles mettant en scène Rê, Osiris et Horus. Le cycle solaire décrit les démêlés d’un Rê vieillissant confronté à la révolte des hommes. Conseillé par son ennéade, il décide de diriger contre ces derniers son « œil » qui, se transformant tantôt en déesse lionne, tantôt en cobra féminin au souffle incendiaire, massacre les hommes repoussés dans le désert.

Dans sa mansuétude, Rê empêche la destruction totale de l’humanité infidèle, avant de se retirer dans le ciel. Le cycle du roi Osiris, quant à lui, relate son assassinat par son frère Seth, qui usurpe son trône. Son épouse, la reine vierge et magicienne Isis, conçoit alors un fils divin, nommé Horus. Ce dernier combat son oncle et reconquiert le pouvoir sur l’Égypte. Le cycle d’Horus décrit les péripéties de cette lutte et complète les deux cycles précédents.

Les pharaons historiques se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Pharaon, « roi de Haute et Basse-Égypte »

Pharaon, « roi de Haute et Basse-Égypte »
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Le monde des morts

Le monde des morts
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

La magie des hiéroglyphes

La magie des hiéroglyphes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Principales divinités de la cosmologie égyptienne

Principales divinités de la cosmologie égyptienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 11 médias de l'article


Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

« ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-des-pharaons/