KARNAK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Temple de Ramsès III à Karnak, Égypte

Temple de Ramsès III à Karnak, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Obélisques de Thoutmosis Ier et de Hatchepsout à Karnak, Égypte

Obélisques de Thoutmosis Ier et de Hatchepsout à Karnak, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Karnak, Égypte

Karnak, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Colonne du temple d'Amon-Rê, Karnak

Colonne du temple d'Amon-Rê, Karnak
Crédits : Renaud de Spens

photographie

Tous les médias


Derrière leurs hautes enceintes de brique crue, les monuments de Karnak, qui couvrent plus de 100 hectares sur la rive orientale du Nil, constituent encore l'ensemble monumental le plus imposant d'Égypte. Pourtant, jusqu'au milieu du xixe siècle, le site était la proie des carriers, des chaufourniers et des pillards ; bon nombre de ses constructions ont totalement disparu. Des vestiges du Moyen Empire attestent l'importance du site dès cette époque. Amon, supplantant Montou, devient le dieu principal de la région thébaine et bientôt le « roi des dieux ». Désormais, jusqu'à la fin de la civilisation égyptienne, Karnak reste le centre religieux de l'Empire ; son dieu (sous la forme solarisée d'Amon-Rê) et son clergé acquièrent une puissance prodigieuse qui menace l'institution pharaonique elle-même.

Temple de Ramsès III à Karnak, Égypte

Temple de Ramsès III à Karnak, Égypte

Photographie

Piliers dits osiriaques dans la cour du temple de Ramsès III (1198 env.-env. 1166 avant J.-C.). XXe dynastie. Première cour du grand temple d'Amon à Karnak, Égypte. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La construction la plus importante de l'ensemble de Karnak est le grand temple d'Amon-Rê. Son plan très complexe témoigne des vicissitudes nombreuses de l'histoire pharaonique. L’entrée du temple, à l’ouest, est marquée par un pylône monumental (le premier pylône) donnant accès à une vaste cour. Entre le deuxième et le troisième pylône se dresse la grande salle hypostyle qui mesure 103 mètres de largeur sur 52 mètres de profondeur et qui renferme une forêt de 134 colonnes colossales. Celles de l’allée centrale, d’une hauteur de 22,40 m, sont surmontées de chapiteaux en forme d’ombelles de papyrus épanouis, tandis que celles des bas-côtés, moins éclairés, s’ornent d’une fleur en bouton et mesurent (seulement) 14,74 m.Bien que massives, ces colonnes ne donnent aucune impression de lourdeur ; les noms de Séti Ier et Ramsès II s'y lisent, répétés indéfiniment. Au-delà du IVe pylône commence le sanctuaire proprement dit, comprenant salle hypostyle, reposoir de barque et saint des saints, où s’accomplissaient les rituels de culte.

Obélisques de Thoutmosis Ier et de Hatchepsout à Karnak, Égypte

Obélisques de Thoutmosis Ier et de Hatchepsout à Karnak, Égypte

Photographie

Obélisques de Thoutmosis Ieret de Hatchepsout dans le temple d'Amon-Rê. XVIIIe dynastie. Vers 1567-1320 avant J.-C. Karnak, Égypte. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Karnak, Égypte

Karnak, Égypte

Photographie

Kiosque de Taharqa. XXVe dynastie, vers 680 avant J.-C., devant le deuxième pylône du temple d'Amon-Rê à Karnak, XIXe dynastie. Au premier plan, à droite, la colonne campaniforme mesure 21 mètres de hauteur. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Colonne du temple d'Amon-Rê, Karnak

Colonne du temple d'Amon-Rê, Karnak

Photographie

Chapiteau d'une colonne des bas-côtés de la grande salle hypostyle du temple de Karnak, orné des cartouches de Ramsès IV. 

Crédits : Renaud de Spens

Afficher

L'axe nord-sud, quant à lui, correspond à une immense allée processionnelle faisant alterner cours et pylônes. Un vaste lac sacré corr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  KARNAK  » est également traité dans :

AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Christiane DESROCHES-NOBLECOURT
  •  • 1 700 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les débuts du règne »  : […] Quoi qu'il en soit, les premières années d'Aménophis IV-Akhenaton , corégent, se déroulent à Thèbes. Au palais de Malgatta, son père, Aménophis III, vit avec la reine Tiyi, mère d'Aménophis IV. Le jeune souverain est marié avec une princesse d'une extrême beauté, Nofretiti (ou Nefertiti), dont certains historiens ont voulu faire, sans raison valable, une princesse mitanienne. Comme pour presque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/akhenaton-amenophis-iv/#i_27577

AMON

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 754 mots
  •  • 3 médias

D'origine obscure — hermopolitaine ou thébaine —, le dieu égyptien Amon n'est d'abord qu'une divinité tout à fait secondaire, à la fonction mal définie. Son extraordinaire faveur fut liée à l'ascension des princes thébains. Dieu dynastique sous la XII e  dynastie, il connut la gloire lorsque les princes thébains eurent chassé les Hyksos au début du Nouvel Empire. Il devint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amon/#i_27577

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Empire : Thèbes et Memphis »  : […] Thèbes, en Haute Égypte, fut à son époque la plus glorieuse, celle du Nouvel Empire (vers 1550-1070 av. J.-C.), l'un des lieux majeurs de l'histoire égyptienne . À Karnak, le grand temple dynastique , avec ses annexes, mériterait à lui seul une longue étude, tant sa prospection a été l'objet de travaux – et pourtant une partie considérable des ruines demande encore à être fouillée et beaucoup des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_27577

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 439 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les temples du Ier millénaire »  : […] Fidèles épigones de leurs prédécesseurs, les souverains de la Troisième Période intermédiaire (1069-664 av. J.-C.) et de la Basse Époque (664-332 av. J.-C.) ont été d'actifs bâtisseurs. Karnak continue d'être l'objet de leurs soins (cour à portique des Bubastites à l'ouest du deuxième pylône, kiosques reposoirs aux colonnes campaniformes et petites chapelles osiriennes des pharaons nubiens de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-l-art/#i_27577

KHONSOU ou CHONSOU, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Florence GOMBERT
  •  • 161 mots

Dieu égyptien à tête de faucon portant un disque lunaire ou un crocodile à tête de faucon, Khonsou est représenté à partir du Nouvel Empire, en jeune homme, souvent momiforme, coiffé de la boucle de l’enfance et d’un bandeau. Il tient les sceptres de Ptah et d’Osiris ( ouas , djed , ankh , fouet, crosse) et porte un collier  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khonsou-chonsou/#i_27577

LAUFFRAY JEAN (1909-2000)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 811 mots

Figure protéiforme de l'archéologie française, Jean Lauffray était architecte de formation. Il avait découvert l'archéologie en participant dès 1936 à la fouille du site mésopotamien de Mari qui, sous la direction d'André Parrot, commençait à révéler toute sa richesse. Là, il contribua aux relevés – on lui doit les premiers plans du temple aux Lions – et s'initia à la fouille active en dirigeant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lauffray/#i_27577

OBÉLISQUE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 614 mots
  •  • 4 médias

Tirant son nom d'un mot grec signifiant « broche », l'obélisque est une survivance du culte préhistorique des pierres dressées (bétyles). Au cours de l'Ancien Empire égyptien, sous la V e dynastie (~ 2510-~ 2460), les temples solaires d'Abousir présentaient des dispositifs construits en blocs ajustés, se dressant, en pointe, sur un socle élevé, dans une cour à ciel ouvert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obelisque/#i_27577

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « KARNAK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karnak/