AMON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine obscure — hermopolitaine ou thébaine —, le dieu égyptien Amon n'est d'abord qu'une divinité tout à fait secondaire, à la fonction mal définie. Son extraordinaire faveur fut liée à l'ascension des princes thébains. Dieu dynastique sous la XIIe dynastie, il connut la gloire lorsque les princes thébains eurent chassé les Hyksos au début du Nouvel Empire. Il devint dieu suprême de l'Égypte libérée. Désormais le nom d'Amon, qui signifie « le (dieu) caché » et que l'on retrouve dans de nombreux noms royaux comme Aménophis ou Toutankhamon, est indissolublement attaché au Nouvel Empire égyptien. Cependant, son caractère guerrier, emprunté à Montou, le dieu faucon, s'efface au profit d'aspects plus universels. Avec sa parèdre Amonet, il est associé à la notion d'espace. Dieu dynastique, il assimile les caractères de nombreuses divinités : ceux du dieu , qui n'est autre que le Soleil, ceux du dieu Min, maître générateur dont la procession ouvrait l'époque des moissons, ou encore ceux du dieu guerrier Montou. Il devient ainsi le « roi des dieux » (nesou netjerou en égyptien).

Amon protégeant Ramsès II

Photographie : Amon protégeant Ramsès II

Détail d'un bas-relief représenant le dieu Amon protégeant Ramsès II. Grès. XIXe dynastie. Vers 1290-1224 avant J.-C. Il provient du temple d'Amon à Karnak. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

Son grand temple, situé à Karnak, est le plus gigantesque ensemble de ce genre en Égypte. Chaque souverain désormais, jusqu'à l'époque romaine, allait y laisser son souvenir avec des constructions grandioses. Tous les temples thébains sont plus ou moins rattachés au centre de Karnak. Celui de Louxor, au sud de Thèbes, n'est en fait qu'un reposoir du dieu lors de sa fête annuelle. Les temples funéraires de la zone occidentale de Thèbes sont consacrés chacun à un aspect particulier du dieu « dans sa demeure de milliers d'années ».

Le pharaon Thoutmosis III

Diaporama : Le pharaon Thoutmosis III

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, Le pharaon Thoutmosis III - Statue provenant du temple d'Amon à Karnak, greywacke (roche cristalline). Musée de Louxor. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Du point de vue religieux, Amon, « le caché », est un dieu cosmique. À Karnak, il forme une triade avec Mout, son épouse, et Khonsou, le dieu fils. Au sud du grand temple d'Amon à Karnak se trouvait le lac Isherou, où l'on vénérait la déesse Mout sous forme de vautour, le nom de la déesse vautour étant aussi en égyptien celui de la mère. Déesse du Ciel, Mout est, par ailleurs, assimilée à Sekhmet, la déesse dangereuse. Khonsou, petit dieu qui possède un temple à Karnak, est un dieu lunaire, souvent représenté sous la forme d'un enfant porteur d'un croissant de lune.

Amon est le démiurge qui se manifeste dans tous les aspects de la création. La ville de Thèbes, qui, après l'expulsion des Hyksôs au Moyen Empire, devint la grande capitale politique et religieuse de l'Empire alors qu'Amon devenait dieu dynastique, est assimilée à la butte primordiale issue du chaos au début des temps. Amon avait pour animal sacré le bélier aux cornes recourbées en spirales et était, en effet, souvent figuré sous l'aspect d'un personnage criocéphale. La puissance de son clergé fut considérable et était concrétisée dans les immenses possessions du temple d'Amon réparties dans toute l'Égypte. Sous Ramsès III, pharaon fondateur de la XXe dynastie (- 1198 env. à - 1168), 81 322 personnes servaient le dieu, qui possédait 2 393 kilomètres carrés de champs. Les prêtres d'Amon utilisèrent leur puissance économique et sociale notamment en rendant des oracles par la barque du dieu. À partir de la troisième Période Intermédiaire qui débute en - 1085, date de l'avènement de la XXIe dynastie tanite) et jusqu'à la période gréco-romaine, ces oracles connurent une très grande faveur. Alexandre le Grand (mort en - 356) consulta lui-même l'oracle d'Amon à Siwa. Le clergé d'Amon comprenait le haut clergé, qui joua un rôle important dans l'État, les premiers prophètes d'Amon revêtant parfois la dignité royale (les rois-prêtres), et le bas clergé, réparti en diverses catégories de prêtres (par exemple les ritualistes, les écrivains, les astronomes, les porteurs) et divisé en équipes servant à tour de rôle. Cependant, même si le dieu Amon reste très en faveur à l'époque tardive où Darius construisit le grand temple de Khargeh, il eut tendance à s'effacer au profit de divinités qui assuraient avec plus de certitude la résurrection dans l'au-delà. La destruction de Thèbes par les Assyriens, en - 664, annonce le déclin irréversible du dieu national Amon, mais les Grecs l'assimilent au dieu le plus important de leur panthéon : Ze [...]

Tête de bélier, animal sacré du dieu Amon de Karnak

Diaporama : Tête de bélier, animal sacré du dieu Amon de Karnak

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XIXe dynastie, Tête de bélier, animal sacré du dieu Amon de Karnak, serpentine. Kunsthistorisches Museum, Vienne. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Amon protégeant Ramsès II

Amon protégeant Ramsès II
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Le pharaon Thoutmosis III

Le pharaon Thoutmosis III
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Tête de bélier, animal sacré du dieu Amon de Karnak

Tête de bélier, animal sacré du dieu Amon de Karnak
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S, professeur à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  AMON  » est également traité dans :

AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Christiane DESROCHES-NOBLECOURT
  •  • 1 701 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les débuts du règne »  : […] Quoi qu'il en soit, les premières années d'Aménophis IV-Akhenaton , corégent, se déroulent à Thèbes. Au palais de Malgatta, son père, Aménophis III, vit avec la reine Tiyi, mère d'Aménophis IV. Le jeune souverain est marié avec une princesse d'une extrême beauté, Nofretiti (ou Nefertiti), dont certains historiens ont voulu faire, sans raison valable, une princesse mitanienne. Comme pour presque […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Menaces extérieures et intérieures »  : […] Durant les deux dynasties suivantes ( xiii e et xii e s. av. J.-C.), le niveau de la culture demeure élevé et l'art produit toujours des chefs-d'œuvre ; l'Empire, partiellement reconstitué, demeure puissant ; les pharaons guerroient et se font creuser de somptueux tombeaux dans la vallée des Rois. Mais deux faits importants demeurent des signes avant-coureurs de l'orage. L'un est d'ordre extérie […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Hors des cosmogonies et des mythes »  : […] Cosmogonies et mythes mettent en scène les principaux dieux de l'Égypte et cherchent, souvent de façon arbitraire, à les grouper et à les unir par des liens familiaux. Toutefois, certaines divinités, même parmi les plus importantes, n'apparaissent pas ou ne jouent qu'un rôle secondaire dans ces récits. Tel notamment Amon, dont le temple de Karnak est pourtant le plus grand sanctuaire de l'Égypte […] Lire la suite

KARNAK

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 536 mots
  •  • 6 médias

Derrière leurs hautes enceintes de brique crue, les monuments de Karnak, qui couvrent plus de 100 hectares sur la rive orientale du Nil, constituent encore l'ensemble monumental le plus imposant d'Égypte . Pourtant, jusqu'au milieu du xix e  siècle, le site était la proie des carriers, des chaufourniers et des pillards ; bon nombre de ses constructions ont totalement disparu. Des vestiges du Moyen […] Lire la suite

LOUXOR

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 531 mots
  •  • 5 médias

Sur la rive droite du Nil, les ruines du temple de Louxor se dressent aujourd'hui au cœur d'une petite ville de Haute-Égypte. Le temple de Louxor était relié aux sanctuaires de Karnak, plus au nord, par une voie bordée de sphinx , de deux kilomètres environ. Le dieu Amon gagnait par ce chemin, en une procession solennelle, « son harem du Sud », au cours de la belle fête d'Opet, dont les différents […] Lire la suite

MONTOU, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Florence GOMBERT
  •  • 142 mots

Dieu anthropomorphe à tête de faucon coiffé de deux uræi (cobras en fureur) et d’un disque solaire surmonté de deux hautes plumes, Montou est armé d’une lance et d’une harpée. Le culte de Montou apparaît en Thébaïde à Ermant (Hermonthis). Les souverains de la XI e  dynastie font de lui un dieu dynastique. Dieu guerrier, il assure la défense de la région thébaine où plusieurs temples lui sont cons […] Lire la suite

OASIS ÉGYPTIENNES, archéologie

  • Écrit par 
  • Christiane M. ZIVIE-COCHE
  •  • 5 652 mots

Dans le chapitre « L'oasis de Siouah »  : […] Toute proche de l'actuelle frontière entre l'Égypte et la Libye, l'oasis de Siouah est différente par ses paysages et surtout par ses traditions culturelles, des autres oasis. On y accède aujourd'hui assez facilement par une route asphaltée qui permet de franchir les 300 kilomètres qui la séparent de Mersa Matrouh. L'influence berbère y est plus marquée que dans les autres oasis et ses habitants, […] Lire la suite

PHARAON

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 2 590 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une nature divine et humaine »  : […] Pharaon est à la fois dieu et roi humain . Ces deux aspects de sa personnalité sont inextricablement mêlés. Dieu, souvent désigné par l'expression neter nefer , le « dieu parfait », est le fils charnel d'une divinité : à haute époque, du dieu-soleil Rê, d'Héliopolis, la plus ancienne capitale d'Égypte, et, à partir de la XVIII e  dynastie, du dieu Amon de Thèbes. À l'Ancien Empire, la filiation d […] Lire la suite

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 895 mots

Dans la mythologie de l’Égypte ancienne, Rê est le dieu-Soleil. Anthropomorphe ou avec une tête de faucon, il est coiffé du disque solaire autour duquel s’enroule un serpent (uræus). Dans sa forme naissante, il peut être représenté par un veau, un enfant, ou un scarabée. Ses aspects nocturnes lui valent d’être doté d’une tête de bélier. En tant qu’ennemi d’Apopis, il peut se manifester sous la for […] Lire la suite

THÉBAINE TRIADE

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  •  • 193 mots
  •  • 1 média

Dans la religion égyptienne, on appelle triade thébaine le groupe divin que forme Amon de Karnak avec Mout et Khonsou. Amon avait généralement un double aspect : soit l'aspect humain ordinaire, soit l'aspect ithyphallique de Min, dieu de la fertilité . Il porte fréquemment l'ancienne coiffure du dieu Min, et un mortier surmonté de deux hautes plumes. Il est le roi des dieux et est accompagné de la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yvan KOENIG, « AMON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amon/