RAMAN EFFET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Raman, Alder et Hahn

Raman, Alder et Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Spectre Raman : tétrachlorure de carbone

Spectre Raman : tétrachlorure de carbone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Spectre Raman : cellule sanguine isolée

Spectre Raman : cellule sanguine isolée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


Applications de l'effet Raman

L'effet Raman a donné naissance à une méthode d'analyse essentiellement non destructive, rapide, et qui n'exige qu'une quantité très faible d'échantillon. Longtemps cantonnée à des études structurales de caractère académique, la spectrométrie Raman a ouvert, grâce au développement d'instruments très performants, de nouveaux domaines d'applications analytiques fondées sur l'identification des espèces moléculaires à partir des spectres vibrationnels. Les applications les plus courantes concernent l'analyse physico-chimique et la détermination des structures et des conformations de molécules polyatomiques en phase liquide ou solide.

La présence de certains groupes d'atomes (C = 0, C = C, etc.) se manifeste dans le spectre Raman par des modes de vibration dont les fréquences caractéristiques sont bien connues et permettent de les identifier sans ambiguïté. La détermination des conformères (isomères conformationnels) et des isomères tire bénéfice de la spectrométrie de vibration, pour orienter le choix entre plusieurs hypothèses structurales.

La comparaison des spectres observés, pour des substances inconnues, avec des résultats publiés ou des catalogues de spectres suffit presque toujours à les identifier. Une étude approfondie et une attribution complète des fréquences observées aux modes de vibration nécessitent cependant l'intervention de spécialistes. Le développement des méthodes de calcul sur ordinateur permet, dans un nombre encore limité de cas, une interprétation beaucoup plus poussée des vibrations moléculaires, mettant en particulier en évidence l'amplitude des mouvements de certains atomes au cours d'un mode normal déterminé.

La mesure, ne faisant intervenir que des techniques optiques, peut être considérée comme non perturbatrice pour le matériau étudié. Cela conduit à l'observation d'espèces moléculaires ou ioniques, apparaissant au cours de réactions chimiques, et qu'il n'est pas possible d'isoler. C'est le cas d'équilibres, de changement de conformation, de réactions d'échanges ou de réarrangements moléculaires.

Des expériences [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : directeur d'institut au C.N.R.S., laboratoire de spectrochimie infrarouge et Raman (L.A.S.I.R.), professeur à l'université des sciences et techniques de Lille

Classification


Autres références

«  RAMAN EFFET  » est également traité dans :

OPTIQUE - Optique non linéaire

  • Écrit par 
  • Daniel RICARD
  •  • 4 938 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diffusions stimulées »  : […] Si, ω 1 et ω 2 étant positifs et ω 1  >  ω 2 , on a ω 1  − ω 2  ≃ ω ba , alors χ (3)  (ω 1 , − ω 1 , ω 2 ) est également complexe et sa partie imaginaire est telle, toujours dans le cas normal, qu'il y a amplification à la fréquence ω 2 et absorption à la fréquence ω 1 . Il s'agit encore d'une transition à deux photons ; mais, ici, un photon d'éner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-optique-non-lineaire/#i_24437

RAMAN CHANDRASEKHARA VENKATA (1888-1970)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Né le 7 novembre 1888 à Tiruchirapalli dans l'État de Madras (aujourd'hui le Tamil Nādu, en Inde), Chandrasekhara Venkata Raman fut le premier Prix Nobel scientifique asiatique. L'absence de poste universitaire en Inde fait qu'il passe dix ans comme fonctionnaire du ministère des Finances tout en publiant de nombreux travaux scientifiques, avant de finalement devenir professeur de physique à l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chandrasekhara-venkata-raman/#i_24437

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Méthodes histochimiques modernes, méthodes physiques »  : […] Dans le domaine de la localisation et de la caractérisation des protéines, l'immunohistochimie apporte une solution très satisfaisante : mise en évidence de la protéine par une réaction d'une très haute spécificité avec l' anticorps préalablement marqué par un atome fluorescent ou radioactif, lequel rend visible le complexe protéine-anticorps ainsi formé. La spectrophotométrie d'absorption, tout a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-animaux/#i_24437

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELHAYE, « RAMAN EFFET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-raman/