RAMAN EFFET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spectre Raman

En portant sur un diagramme l'intensité du rayonnement diffusé en fonction de la fréquence, on obtient, de part et d'autre d'un maximum très intense correspondant à la diffusion Rayleigh de fréquence ν0, des pics ou « raies spectrales » de faible intensité, dus à l'effet Raman : les mesures en lumière polarisée montrent que certaines raies sont fortement polarisées, tandis que d'autres sont dépolarisées, ce qui permet de les classer en fonction des symétries moléculaires.

Les vibrations moléculaires s'effectuant vers 1012 ou 1013 hertz, et la radiation excitatrice étant le plus souvent choisie dans le spectre visible, soit vers 1015 hertz, il serait peu commode de graduer l'échelle horizontale en fréquences. On lui préfère une grandeur proportionnelle, le nombre d'ondes ν− (souvent noté k par les opticiens) :

qui est l'inverse de la longueur d'onde exprimée en centimètres. Le zéro de l'échelle des nombres d'ondes relatifs coïncide avec la radiation excitatrice.

L'ordre de grandeur des énergies mises en jeu dans les vibrations de molécules ou de réseaux cristallins situe les spectres Raman entre quelques cm−1 et 4 000 cm−1 environ.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Raman, Alder et Hahn

Raman, Alder et Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Spectre Raman : tétrachlorure de carbone

Spectre Raman : tétrachlorure de carbone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Spectre Raman : cellule sanguine isolée

Spectre Raman : cellule sanguine isolée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'institut au C.N.R.S., laboratoire de spectrochimie infrarouge et Raman (L.A.S.I.R.), professeur à l'université des sciences et techniques de Lille

Classification

Autres références

«  RAMAN EFFET  » est également traité dans :

OPTIQUE - Optique non linéaire

  • Écrit par 
  • Daniel RICARD
  •  • 4 938 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diffusions stimulées »  : […] Si, ω 1 et ω 2 étant positifs et ω 1  >  ω 2 , on a ω 1  − ω 2  ≃ ω ba , alors χ (3)  (ω 1 , − ω 1 , ω 2 ) est également complexe et sa partie imaginaire est telle, toujours dans le cas normal, qu'il y a amplification à la fréquence ω 2 et absorption à la fréquence ω 1 . Il s'agit encore d'une transition à deux photons ; mais, ici, un photon d'énergie ℏω 1 est détruit pendant qu'un photon d'én […] Lire la suite

RAMAN CHANDRASEKHARA VENKATA (1888-1970)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Né le 7 novembre 1888 à Tiruchirapalli dans l'État de Madras (aujourd'hui le Tamil Nādu, en Inde), Chandrasekhara Venkata Raman fut le premier Prix Nobel scientifique asiatique. L'absence de poste universitaire en Inde fait qu'il passe dix ans comme fonctionnaire du ministère des Finances tout en publiant de nombreux travaux scientifiques, avant de finalement devenir professeur de physique à l'un […] Lire la suite

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Méthodes histochimiques modernes, méthodes physiques »  : […] Dans le domaine de la localisation et de la caractérisation des protéines, l'immunohistochimie apporte une solution très satisfaisante : mise en évidence de la protéine par une réaction d'une très haute spécificité avec l' anticorps préalablement marqué par un atome fluorescent ou radioactif, lequel rend visible le complexe protéine-anticorps ainsi formé. La spectrophotométrie d'absorption, tout a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELHAYE, « RAMAN EFFET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-raman/