RAMAN EFFET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Microscopie et micro-analyse Raman

Dans les instruments d'usage courant, la masse d'échantillon nécessaire à une mesure n'est guère supérieure au milligramme.

Une étude particulièrement poussée des conditions optimales d'illumination de micro-échantillons par le faisceau laser, et de collection de la lumière diffusée sous le plus grand angle solide possible, a conduit à la réalisation d'un microscope à effet Raman. Il est capable de réaliser l'analyse locale non destructive d'un volume de matière dont les dimensions, limitées par la diffraction de la lumière, sont inférieures au micromètre. Cet instrument, décrit pour la première fois en 1974, a pris le nom de microsonde Raman, par analogie avec les microsondes électroniques ou ioniques développées par Raimond Castaing et Georges Slodzian.

Une seconde génération de microsondes Raman a bénéficié des progrès des techniques de détection photoélectrique multicanal (Microdil). Cet instrument, qui analyse une quantité de matière de moins d'un picogramme (10−12 g), évite toute dégradation thermique ou photochimique des échantillons microscopiques analysés, car la sensibilité élevée des détecteurs permet de réduire la puissance du faisceau laser excitateur à quelques centaines de microwatts.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Raman, Alder et Hahn

Raman, Alder et Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Spectre Raman : tétrachlorure de carbone

Spectre Raman : tétrachlorure de carbone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Spectre Raman : cellule sanguine isolée

Spectre Raman : cellule sanguine isolée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'institut au C.N.R.S., laboratoire de spectrochimie infrarouge et Raman (L.A.S.I.R.), professeur à l'université des sciences et techniques de Lille

Classification

Autres références

«  RAMAN EFFET  » est également traité dans :

OPTIQUE - Optique non linéaire

  • Écrit par 
  • Daniel RICARD
  •  • 4 938 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diffusions stimulées »  : […] Si, ω 1 et ω 2 étant positifs et ω 1  >  ω 2 , on a ω 1  − ω 2  ≃ ω ba , alors χ (3)  (ω 1 , − ω 1 , ω 2 ) est également complexe et sa partie imaginaire est telle, toujours dans le cas normal, qu'il y a amplification à la fréquence ω 2 et absorption à la fréquence ω 1 . Il s'agit encore d'une transition à deux photons ; mais, ici, un photon d'énergie ℏω 1 est détruit pendant qu'un photon d'én […] Lire la suite

RAMAN CHANDRASEKHARA VENKATA (1888-1970)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Né le 7 novembre 1888 à Tiruchirapalli dans l'État de Madras (aujourd'hui le Tamil Nādu, en Inde), Chandrasekhara Venkata Raman fut le premier Prix Nobel scientifique asiatique. L'absence de poste universitaire en Inde fait qu'il passe dix ans comme fonctionnaire du ministère des Finances tout en publiant de nombreux travaux scientifiques, avant de finalement devenir professeur de physique à l'un […] Lire la suite

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Méthodes histochimiques modernes, méthodes physiques »  : […] Dans le domaine de la localisation et de la caractérisation des protéines, l'immunohistochimie apporte une solution très satisfaisante : mise en évidence de la protéine par une réaction d'une très haute spécificité avec l' anticorps préalablement marqué par un atome fluorescent ou radioactif, lequel rend visible le complexe protéine-anticorps ainsi formé. La spectrophotométrie d'absorption, tout a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DELHAYE, « RAMAN EFFET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-raman/