TISSUS ANIMAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les caractéristiques de la vie, telles l'irritabilité, la motilité, les capacités de nutrition et de reproduction, se rencontrent aussi bien chez un Protozoaire, organisme unicellulaire autonome, que chez les organismes pluricellulaires (Métazoaires) les plus complexes. Dans le premier cas, ces propriétés appartiennent toutes à une seule cellule. Dans le second, elles se trouvent réparties dans des cellules qui se distinguent les unes des autres en se spécialisant dans un type d'activité donné et que l'on dit différenciées. Leur morphologie se transforme en conséquence. Les autres fonctions peuvent se maintenir, se réduire, éventuellement disparaître (la cellule nerveuse normale ne peut plus se reproduire).

Chez les Métazoaires d'une certaine complexité, des cellules présentant un même type de différenciation sont souvent regroupées de telle sorte que leurs propriétés individuelles sont amplifiées grâce à leur nombre : des ensembles fonctionnels pluricellulaires sont ainsi individualisés, leurs caractères morphologiques sont très typiques : ils sont désignés sous le nom de tissus. Ce ne sont pas toujours des regroupements de cellules semblables ; si certains représentent bien des dispositifs permettant de rendre efficace à l'échelle anatomique une propriété cellulaire (cas du tissu musculaire, où le nombre et l'organisation des cellules réalisent ce changement d'échelle), il n'en est pas toujours ainsi. D'autres tissus, constitués de plusieurs types cellulaires, voient ceux-ci coopérer pour faire naître un dispositif nouveau : cellules ciliées et cellules à mucus des revêtements respiratoires combinent leur action. Il en résulte un dispositif intégré, le « tapis roulant » du film de mucus, efficace pour le transport des poussières vers l'orifice laryngé. On pourrait multiplier les exemples.

Enfin, les tissus s'associent pour former des ensembles fonctionnels où leurs propriétés s'intègrent de manières diverses, constituant les « tuniques » des organes creux ou le « parenchyme » des organes pleins. Ces complexes pluritissulai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-Marie-Curie
  • : professeur émérite à la faculté de médecine Pitié-Salpêtrière, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  TISSUS ANIMAUX  » est également traité dans :

APONÉVROTIQUE TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 271 mots

Tissu conjonctif fibreux constitué de plusieurs plans de fibres collagènes. Celles-ci sont parallèles entre elles dans un plan donné, mais d'un plan à un autre l'orientation des fibres est entrecroisée. Ainsi se constitue une trame jouant un rôle mécanique d'enveloppe souple et élastique. Cette enveloppe existe notamment autour d'organes tels que les muscles, dont les dimensions peuvent changer sa […] Lire la suite

BICHAT MARIE FRANÇOIS XAVIER (1771-1802)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 310 mots

Après avoir étudié l'anatomie et la chirurgie sous la direction de M. A. Petit, chirurgien en chef à l'hôtel-Dieu de Lyon, Bichat n'obtint pas le titre de docteur en médecine ; il exerça cependant, de 1791 à 1793, les fonctions de chirurgien militaire. Redevenu civil, il se rendit à Paris en 1793 et devint l'élève puis l'assistant du chirurgien et anatomiste P. J. Desault. Après la mort de celui-c […] Lire la suite

CARTILAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 395 mots

Tissu de soutien d'origine mésenchymateuse dont la différenciation dépend étroitement de la mise en jeu de facteurs mécaniques (pressions et frottements), le cartilage comprend des cellules appelées chondrocytes, de forme arrondie. Leur multiplication par mitose correspond à la croissance interstitielle du tissu. Les chondrocytes, dont la dimension est de 25 μm environ, ont un noyau arrondi centra […] Lire la suite

CHALONES

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 251 mots

Les chalones (de la racine grecque évoquant l'idée de frein) sont des substances naturelles mises en évidence dans de nombreux tissus animaux et ayant pour fonction le contrôle de la multiplication cellulaire. En fait, leur rôle serait de ralentir, au moment opportun, la cadence des divisions cellulaires (mitoses) de telle sorte que le tissu en cours de développement atteigne sa taille optimale. C […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Tissu nodal et automatisme cardiaque »  : […] L'automatisme et la rythmicité de la contraction cardiaque sont assurés par un tissu musculaire particulier, le tissu nodal, situé au sein du muscle cardiaque et comportant plusieurs formations anatomiquement définies (fig. 3) . Le nœud sinusal de Keith et Flack est situé dans la paroi de l'oreillette droite entre l'abouchement des deux veines caves. Le nœud auriculo-ventriculaire de Tawara est […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 514 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés des vaisseaux »  : […] Les parois vasculaires comportent généralement trois couches de tissus. De l'intérieur vers l'extérieur, on y trouve : un endothélium constitué d'une seule couche de cellules aplaties ; une media comportant des fibres élastiques (élastine) et du tissu musculaire lisse ; une adventice externe conjonctive contenant des fibres de collagène. L'élastine des vertébrés (ou les substances elastin-lik […] Lire la suite

COLLAGÈNE

  • Écrit par 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 3 423 mots
  •  • 4 médias

De nature glycoprotidique, le collagène est une macromolécule fibreuse, très répandue dans le règne animal et qui, chez l'homme, représente approximativement un tiers des protéines de l'organisme. Il est plus exact de parler des collagènes, car il y a plusieurs sortes de collagènes qui diffèrent dans leur structure, dans leur composition et dans leur distribution au sein des tissus et des organ […] Lire la suite

CONJONCTIF TISSU

  • Écrit par 
  • Albert POLICARD
  •  • 3 015 mots

Entre les divers organes d'un animal se trouvent des matériaux organiques, les substances conjonctives. Ce sont soit des lamelles, soit des fibres ou des substances homogènes plus ou moins visqueuses. Bichat (1772-1802) en décrivit le premier les caractères macroscopiques. Plus tard, avec les microscopes optiquement satisfaisants, on put voir que ces sortes de « tissus conjonctifs » étaient const […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Modalités spatiales »  : […] Dans l'organisme animal, les activités de croissance sont réparties inégalement. Il y a des zones de croissance bien localisées, qui sont en fait le siège d'une multiplication cellulaire, le plus souvent orientée. Les zones de croissance jouent un rôle majeur dans la réalisation de la forme, surtout à la fin de la vie embryonnaire. Leur localisation est très variable. Les unes sont terminales ou s […] Lire la suite

CUIR

  • Écrit par 
  • Laurent VILLA
  •  • 11 128 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] L'examen histologique au microscope ordinaire de coupes de peau convenablement colorées montre trois zones assez distinctes : l'épiderme, le derme, le tissu sous-cutané (fig. 2) . L' épiderme situé côté poil comprend plusieurs couches de cellules superposées. Il est formé principalement d'une protéine, la kératine, riche en soufre, insoluble dans l'eau, les solvants organiques et dans les soluti […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Fonctions des gènes homéotiques »  : […] L' identité de chaque segment de l'animal est contrôlée par une série de gènes appelés gènes homéotiques. Ces gènes ont été découverts par E. Lewis, qui a commencé l'étude des mutants dans les années 1950. Le mot homéotique signifie « substitution d'une partie du corps par une autre normalement située ailleurs ». Ainsi, un mutant homéotique entraîne une transformation d'une partie du corps vers d […] Lire la suite

ÉLASTINE

  • Écrit par 
  • William HORNEBECK, 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 1 935 mots
  •  • 2 médias

Un tissu animal élastique est défini comme un tissu riche en élastine , possédant de ce fait des propriétés physiques similaires à celles du caoutchouc. Le ligament large de la nuque des ongulés et leurs cordes vocales, l'aorte et les artères pulmonaires de tous les primates sont considérés comme des tissus élastiques. Les tissus élastiques du cartilage de l'oreille et de l'épiglotte sont des fo […] Lire la suite

FIBRES MUSCULAIRE & NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 605 mots
  •  • 3 médias

Malgré leurs surprenantes dimensions (quelques centimètres de longueur pour une fibre musculaire et plusieurs décimètres pour une fibre nerveuse), ces structures filamenteuses, étroites et allongées, ont une constitution cellulaire. Elles renferment un cytoplasme riche en organites (ribosomes, réticulum endoplasmique, mitochondries) délimité par une membrane cytoplasmique. Dans les deux cas, le mé […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Anatomie et histologie »  : […] Le foie est un organe thoraco-abdominal : la majeure partie de cette glande est logée sous la très profonde coupole diaphragmatique droite qui le sépare du poumon droit et d'une partie du cœur ; il surplombe (fig. 1) la partie droite des viscères abdominaux, auxquels le relient d'une part des vaisseaux (veine porte et artère hépatique qui lui apportent le sang ; veines sus-hépatiques qui en assur […] Lire la suite

FRACTURE, médecine

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 767 mots

Rupture de la continuité normale d'un os causée par un traumatisme. Certaines conditions peuvent prédisposer aux fractures : la calcification incomplète des os chez les enfants, l'ostéoporose chez les sujets âgés ; les états pathologiques (endocriniens, carentiels, infectieux) qui touchent le squelette peuvent aussi fragiliser les os. Une fracture est appelée simple (fermée) quand l'os n'est pas e […] Lire la suite

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Un tissu (ou un organe) détaché d'un être vivant continue de vivre et souvent même de fonctionner pendant un certain temps ; en conséquence, si on le rattache à l'être dont il provient ou à un être différent, peut-il s'y intégrer et participer au fonctionnement de l'ensemble organique ? Tel est le problème de la greffe. On désigne ainsi le transfert d'un tissu ou d'un fragment d'organe d'une régi […] Lire la suite

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 320 mots
  •  • 6 médias

Bien que le mot histologie (étymologiquement, science des tissus, du grec histos  : « tissu », et logos  : « science ») n'ait été créé qu'en 1821 (par Heusinger, en Allemagne), on considère habituellement – et à juste titre – que le concept morphologique, fonctionnel et pathologique de tissu a été fondé par Bichat (1771-1802), sans le recours au microscope, grâce à l'étude anatomique précise et m […] Lire la suite

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Origine tissulaire »  : […] Chez les divers Vertébrés, les hormones sont synthétisées par des cellules très variées souvent groupées en tissus et organes spécialisés, mais des différences importantes existent selon le groupe zoologique. Elles concernent en particulier le degré d'association, en une glande endocrine bien individualisée, des cellules possédant la même spécialisation, et le degré d'association de plusieurs tis […] Lire la suite

KÉRATINE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 617 mots

Caractéristique des téguments, la kératine est une scléroprotéine largement représentée dans le règne animal, surtout chez les vertébrés, remarquable par sa grande insolubilité, sa résistance aux enzymes protéolytiques et par sa haute teneur en cystine. Les structures organiques constituées par la kératine sont, en général, des tissus morts qui conservent peu de traces de leur origine cellulaire ; […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-29 novembre 2000 • Europe • Extension de la crise de la « vache folle ».

dans l'alimentation animale. Les autres mesures concernent le renforcement des contrôles, l'étude du retrait de certains animaux ou tissus à risques de la chaîne alimentaire et le développement des programmes de recherche sur les maladies à prions. Le 21, le gouvernement annonce un plan de soutien aux [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger MARTOJA, Jean RACADOT, « TISSUS ANIMAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-animaux/