SIENNOISE ÉCOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sienne fut le foyer d'une tradition picturale qui atteignit sa plus haute splendeur dans la première moitié du xive siècle, mais qui s'étendit sur près de trois siècles, du milieu du xiiie au commencement du xvie, ses caractéristiques propres et la continuité de son développement faisant d'elle une véritable « école ». Cette école se distingua principalement par un goût raffiné pour la couleur, qu'elle avait hérité de Byzance, et par un souci précoce d'assimiler des modes d'expression gothiques, qui se manifestèrent surtout dans l'élégance et l'exquise valeur décorative de la ligne et qui se maintinrent de façon autonome en des formes et selon des significations différentes de celles que la Renaissance inaugura.

La tradition byzantine et gothique

Les débuts

La peinture connut dans la région siennoise des débuts modestes, entre la fin du xiie siècle et les premières années du xiiie, avec des œuvres d'origine monastique (crucifix du musée d'Art sacré de Montalcino et de San Giovanni d'Asso ; devant l'autel de la Badia Ardenga, conservé aujourd'hui à la pinacothèque de Sienne et daté de 1215) dont le style se rapproche plutôt des modes d'expression de l'Italie centrale, surtout de l'école de Spolète, que de ceux des écoles, déjà affirmées, de la Toscane. Certaines influences de la peinture contemporaine de Florence et de Lucques – par exemple, celle du Maître du Bigallo – apparaissent ensuite chez le Maître de Tressa, qui travailla à Sienne entre 1220 et 1250 environ. Peu après le milieu du xiiie siècle, une aire de culture qui s'inspire beaucoup de l'art byzantin se forme autour de Guido da Siena, dont le nom revient sous le tableau monumental de la Maestà (ou la Vierge en majesté), jadis à San Domenico de Sienne, aujourd'hui au Palais public : il porte la date de 1221, laquelle est toutefois tenue pour inexacte par l'ensemble des spécialistes ; ces derniers situent l'exécution de l'œuvre entre 1270 et 1280. On attribue à Guido, ou à son entourage immédiat, de nombreuses peintures sur bois, parmi lesquelles le très beau devant d'autel de Saint-Pierre (no 15 de la pinacothèque de Sienne) ; cette œuvre correspond à la période de plus grande maturité de Guido, qui est alors sensible à l'ascendant de Cimabue, tandis que le devant d'autel de saint Jean-Baptiste (no 14 de la pinacothèque) révèle, tant dans l'iconographie du saint et des douze épisodes de sa vie qui l'entourent que dans la qualité de la couleur, dense et pure comme celle de l'émail ou du vitrail, à quelle profondeur avait pénétré, à Sienne, un certain goût byzantin qui se rattachait nettement à la miniature.

Duccio di Buoninsegna

Le catalyseur des différents courants culturels qui se regroupèrent à Sienne dans le dernier tiers du xiiie siècle fut Duccio di Buoninsegna (on suit sa trace de 1278 à 1317), héritier de la tradition byzantine la plus rare et la plus élevée, en même temps que parfait connaisseur de la finesse de l'art gothique occidental. Duccio eut d'innombrables disciples, dont quelques-uns, anonymes, possèdent toutefois une personnalité artistique bien définie, tels le Maître de Badia à Isola et le Maître de Città di Castello ; d'autres sont connus par leur nom, tels Ugolino di Nerio, le fin et tragique auteur du polyptyque qui était jadis à Santa Croce de Florence et se trouve maintenant dispersé dans plusieurs musées, Segna di Bonaventura, artiste délicat quoiqu'un peu académique, et son fils, Niccolò di Segna. Avec ces peintres, et avec d'autres de moindre envergure, l'influence de Duccio demeura vivante jusque vers le milieu du xive siècle, bien qu'entre-temps se fussent affirmés de puissants créateurs comme Simone Martini et les frères Lorenzetti.

Madone Rucellai, Duccio di Buoninsegna

Photographie : Madone Rucellai, Duccio di Buoninsegna

Duccio di Buoninsegna (1255 env.-env. 1318), La Madone Rucellai, 1285. Peinture sur bois, 450 cm X 290 cm. Musée des Offices, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Crucifixion, Duccio di Buoninsegna

Photographie : La Crucifixion, Duccio di Buoninsegna

Duccio di Buoninsegna, La Crucifixion, 1315. Huile sur bois, 59,7 cm × 38 cm. Musée de Manchester, Grande-Bretagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Simone Martini

La première œuvre qui nous est restée de Simone Martini est la célèbre Maestà peinte à fresque en 1315 (mais en partie refaite par l'auteur en 1321) sur le mur d'honneur de la grande salle du Palais public de Sienne. Elle reprend le thème du chef-d'œuvre de Duccio, mais dans un esprit totalement nouveau et avec un goût déjà pleinement gothique, comme en témoignent, d'une part, l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Madone Rucellai, Duccio di Buoninsegna

Madone Rucellai, Duccio di Buoninsegna
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Crucifixion, Duccio di Buoninsegna

La Crucifixion, Duccio di Buoninsegna
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Guidoriccio da Fogliano, S. Martini

Guidoriccio da Fogliano, S. Martini
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

L'Annonciation, A. Lorenzetti

L'Annonciation, A. Lorenzetti
Crédits : Mondadori Portfolio/ Archivio Lensini/ Fabio e Andrea Lensini/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Sienne, ancien surintendant aux Beaux-Arts de Sienne et Grosseto

Classification

Autres références

«  SIENNOISE ÉCOLE  » est également traité dans :

BECCAFUMI DOMENICO (1486 env.-1551)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Peintre et sculpteur italien né vers 1486 à Montaperti, mort en mai 1551 à Sienne. De son vrai nom Domenico di Pace, Beccafumi est le fils de Giacomo di Pace, paysan installé près de Sienne. Il prend le nom de son protecteur Lorenzo Beccafumi, propriétaire des terres où vit sa famille. Vers 1510, il se rend à Rome pour étudier l'œuvre de Raphaël et de Michel-Ange. De retour à Sienne en 1512, Becca […] Lire la suite

DUCCIO DI BUONINSEGNA (1255 env.-env. 1318)

  • Écrit par 
  • Gabriella RÈPACI-COURTOIS
  •  • 1 377 mots
  •  • 4 médias

Le Siennois Duccio di Buoninsegna fut, avec Giotto son contemporain, l'un de ces esprits novateurs à qui la peinture italienne doit son affranchissement de la tradition byzantine alors décadente. Héritier conscient d'une civilisation figurative que l'usure des siècles lui transmettait sous la forme d'un répertoire iconographique et expressif figé, il effectua sa révolution dans les limites mêmes […] Lire la suite

FRANCESCO DI GIORGIO MARTINI (1439-1502)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 420 mots
  •  • 1 média

Près de son maître Vecchietta, Francesco di Giorgio apprit la peinture et la sculpture, qu'il pratiqua surtout au début de sa carrière, avant de se consacrer à l'architecture civile et militaire. Jusqu'en 1475, il dirigea un atelier de peinture, à Sienne, avec Neroccio di Bartolomeo. Il fut alors chargé de l'agrandissement de la basilique Saint-François. En 1477, il est à Urbino, au service de Fré […] Lire la suite

GIOVANNI DI PAOLO (1399 env.-1482)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 451 mots

Peintre italien né vers 1399 à Sienne, mort en 1482 à Sienne, Giovanni di Paolo exprime dans ses peintures religieuses l'intensité mystique et le style conservateur caractéristiques de la peinture décorative gothique, en dépit de la tendance au naturalisme scientifique et à l'humanisme classique qui s'impose progressivement dans l'art toscan du xv e  siècle. Il est l'un des derniers représentan […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'Italie gothique »  : […] L'Italie des xiii e et xiv e  siècles soulève le délicat problème de ses choix stylistiques. Au xiii e  siècle, comme on l'a récemment mis en lumière, des références nordiques se font jour ; au xiv e  siècle, la tendance sera inversée, les artistes nordiques s'ouvrent à l'esthétique nouvelle venue de la Péninsule. L'épisode d'Avignon qui fait appel à Simone Martini apparaît comme l'aboutissement […] Lire la suite

MAESTÀ

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 239 mots
  •  • 1 média

Terme italien désignant, en Toscane et plus particulièrement à Sienne, les représentations de la Vierge en Majesté. Les plus anciens exemples conservés sont conçus sur le type des madones byzantines dites Hodigitria (Vierges en trône, soutenant l'Enfant sur le bras gauche, la main droite ramenée devant le buste) : celle de Guido da Siena, par exemple (pinacothèque de Sienne), dont l'inscription a […] Lire la suite

SASSETTA STEFANO DI GIOVANNI dit (1390 env.-1450)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 324 mots
  •  • 1 média

Formé à Sienne, Sassetta, dès sa première œuvre connue — le retable peint entre 1423 et 1426 pour L'Arte della lana (aujourd'hui dispersé) —, montre un style déjà affirmé dont les sources ne sont pas seulement siennoises : les leçons de son maître présumé, Giovanni Fei, l'exemple des peintres qui faisaient survivre, sans la renouveler, la grande tradition du xiv e siècle (Andrea Vanni, Martino di […] Lire la suite

SODOMA GIOVANNI ANTONIO BAZZI dit (1477-1549)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 374 mots

Formé en Lombardie, dans le milieu marqué par Léonard de Vinci, le peintre Sodoma se fixe ensuite à Sienne, s'entourant de beaux jeunes gens et d'une véritable ménagerie : singes, écureuils, ânes nains, geais, chiens et chats ; il en fait d'ailleurs figurer quelques-uns près de lui sur la fresque où il s'est représenté à Monteolivetto Maggiore : il y complète, en effet, de 1505 à 1508, les neuf sc […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 564 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

TRAINI FRANCESCO (mort apr. 1347)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 236 mots

Les seules peintures qu'on puisse attribuer à Francesco Traini avec certitude sont le Retable de saint Dominique (1344-1345, musée et séminaire de Pise) et l'Apothéose de saint Thomas d'Aquin (1363, église Sainte-Catherine, Pise). On en a rapproché, entre autres, des panneaux comme le Saint Paul du musée de Nancy (son pendant, Saint Ambroise , a été détruit dans un incendie). Mais, à vrai dire, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Enzo CARLI, « SIENNOISE ÉCOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-siennoise/