LUCQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville de Lucques (en latin Luca) est le chef-lieu de la province du même nom, en Toscane (centre-nord de Italie). Elle est située dans la vallée du Serchio et presque entièrement cernée de hauteurs, dont celles des Alpes Apuanes, au nord et à l'est.

Lucques fut d'abord une cité ligure, puis étrusque. Les Romains y implantèrent probablement une colonie en 180 avant J.-C. Celle-ci est mentionnée par Tite-Live. Le plan romain rectangulaire a été conservé dans le tracé des rues du centre-ville. De cette période, on a également retrouvé les vestiges de remparts, d'un forum et d'un amphithéâtre. Située à la croisée des routes de Parme, Florence, Rome, Pise et Luni, la ville était apparemment plutôt prospère et fut très tôt dotée d'un siège épiscopal. À partir de 476 après J.-C., la ville fut dirigée successivement par les Goths, les Byzantins et les Lombards et devint la résidence d'un des trois ducs lombards de Toscane. Des comtes francs remplacèrent les ducs à partir de 774, mais la population semble être restée largement lombarde. Lucques fut la ville la plus importante de Toscane aux ixe et xe siècles. Ses comtes devinrent margraves de Toscane, et la cité commandait l'une des principales routes reliant Rome à la Lombardie, la via Francigena. À la fin du xe siècle, Lucques commença à perdre de son importance au profit de Florence, qui devint la nouvelle capitale toscane quand la maison de Canossa succéda au margraviat. En 1118, la ville obtint une charte de libertés, surtout économiques, et la commune de Lucques fut sans doute établie peu après. En dépit de nombreux conflits tant avec ses puissants voisins que de familles nobles ambitieuses, Lucques conserva pour l'essentiel son indépendance, jusqu'à ce qu'elle tombe aux mains des Français, en 1799. De 1805 à 1814, la ville fut gouvernée comme une principauté par Elisa Baciocchi, sœur de Napoléon Ier. Elle fut ensuite attribuée, lors du congrès de Vienne (1815), à l'infante espagnole María Luisa, veuve du roi Louis d'Étrurie, puis passa en 1824 aux mains de son fils, Charles Louis, qui la céda à la Toscane en 1847. Lucques fut rattachée au royaume d'Italie en 1860.

Une grande partie des nombreuses églises de la cité archiépiscopale ont adopté, avec certaines caractéristiques locales, un style spécifique élaboré dans la ville proche de Pise. De structure souvent basilicale ou romane, beaucoup sont ornées à l'extérieur de riches décorations de style gothique et certaines sont dotées de campaniles quadrangulaires. Les édifices les plus remarquables sont la cathédrale San Martino (probablement fondée au vie s., reconstruite en 1060-1070, complétée au xiiie-xive s.), San Frediano (reconstruite en 1112-1147), qui conserve les traces d'une structure du viiie siècle, San Michele in Foro (commencée en 1143) et Santa Maria Forisportam, commencée au xiiie siècle. Lucques est connue pour ses remparts bien conservés (1561-1650) et possède plusieurs beaux palais du xvie siècle, en particulier le Palazzo Pretorio et le Palazzo della Prefettura, l'ancien palais grand-ducal qui accueille à présent la Pinacothèque nationale. La ville possède plusieurs autres collections d'art, bibliothèques et archives. Lucques, centre musical important de longue date, fut la patrie des compositeurs Luigi Boccherini et Giacomo Puccini.

San Michele in Foro

Photographie : San Michele in Foro

San Michele in Foro, Lucques (Italie). Façade occidentale. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Centre routier et ferroviaire, la ville se trouve au débouché d'une riche région agricole, qui exporte une huile d'olive de grande qualité. On y produit de la soie depuis la fin du xie siècle. Les autres industries comprennent la minoterie, ainsi que la production de tabac, de papier, de textiles, d'objets en jute et de vin. Le Serchio est utilisé pour son énergie hydraulique et un aqueduc (1823-1832) amène de l'eau depuis les monts Pisans. Sa population est de 86 000 habitants (estim. 2004).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  LUCQUES  » est également traité dans :

ASPERTINI AMICO (1475 env.-1552)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 168 mots

Élève de Francia à Bologne, Amico Aspertini subit aussi l'influence de Lorenzo Costa et d'Ercole de' Roberti. Il tenta d'assimiler le style de Pérugin et de Pinturicchio durant le séjour qu'il fit à Rome de 1500 à 1503 où il étudia également les grotesques. Il a laissé plusieurs carnets de dessins qui révèlent son intérêt pour les monuments et les sculptures antiques, dont il fait des croquis très […] Lire la suite

BERLINGHIERI LES (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 419 mots

L'un des traits qui caractérisent l'éclosion de la peinture toscane au xiii e siècle est la diversité des centres qui, puisant aux mêmes sources (héritage roman, apport byzantin surtout), se développent de façon autonome dans des cités pourtant voisines (Lucques et Pise, Sienne et Florence), généralement grâce à des ateliers exploités de père en fils : parmi eux, celui des Berlinghieri à Lucques […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture sur bois »  : […] Il convient également de rattacher au décor de l'autel les sculptures sur bois, elles aussi peintes de couleurs vives, qui comprennent essentiellement les représentations de la Vierge en majesté, des saints et du Christ en croix. Cette dernière image, traditionnelle dans les églises, a pris depuis l'âge paléochrétien des aspects bien différents. À l'époque romane, il s'agit le plus communément d'u […] Lire la suite

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 661 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus européens »  : […] Malgré les travaux déjà anciens de Otto von Falke (1913), qui ont démontré le contraire, le mythe d'une production importante de tissus de soie en Sicile sous la domination arabe puis normande demeure assez répandu. Sans doute le roi Roger II (1095-1154) établit-il sur le modèle égyptien un tiraz à Palerme, pour la fabrication des étoffes de soie et d'or, la sériciculture ayant été introduite en […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LUCQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lucques/