SIENNOISE ÉCOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance d'un « langage » moderne

Avec Pietro et Ambrogio Lorenzetti, la peinture siennoise s'est définie par rapport à l'événement figuratif le plus révolutionnaire du xive siècle : le style réaliste et populaire (volgare) de Giotto. Il leur revient, en effet, d'avoir pris pleine conscience de la nouvelle situation historique déterminée par celui-ci et d'en avoir ressaisi les principes en dehors de tout souci d'imitation, en échappant au concept même, fût-il élargi, d'« école de Giotto », pour arriver à créer un langage « moderne » typiquement italien, c'est-à-dire qui ne fût ni byzantin ni gothique, mais largement et immédiatement accessible et capable de refléter fidèlement les goûts particuliers des deux artistes en même temps que le patrimoine moral de la cité où ils étaient nés et où ils travaillèrent le plus.

Pietro Lorenzetti

Pietro – probablement l'aîné, si c'est bien à lui que se rapporte un document de 1306 – dut se former dans l'orbite de Duccio, dont les agencements iconographiques sont repris librement dans les six Histoires de la Passion du Christ peintes à la voûte du bras gauche du transept de la basilique inférieure d'Assise ; ces fresques, ainsi qu'une Vierge entre deux saints dans la chapelle Orsini de la même basilique, sont habituellement tenues par la critique pour les témoignages les plus anciens qui soient restés de l'activité de Pietro. Quoi qu'il en soit, la première œuvre qu'on peut lui attribuer avec certitude est le grandiose polyptyque peint en 1320 pour Santa Maria della Pieve à Arezzo et dont les personnages, par leur humanité ardente, bien que retenue, comme par la plastique intense et comprimée des formes, s'apparentent à la sculpture de Giovanni Pisano. Après quelques années pour lesquelles sa présence à Sienne est attestée, l'artiste dut revenir, entre 1326 et 1329, à Assise pour y terminer le cycle de la Passion du Christ : la Déposition de la croix, l'Ensevelissement, la Résurrection, la Descente aux limbes et la monumentale Crucifixion comptent parmi les plus hautes expressions du génie dramatique du xive siècle italien, et le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Madone Rucellai, Duccio di Buoninsegna

Madone Rucellai, Duccio di Buoninsegna
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Crucifixion, Duccio di Buoninsegna

La Crucifixion, Duccio di Buoninsegna
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Guidoriccio da Fogliano, S. Martini

Guidoriccio da Fogliano, S. Martini
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

L'Annonciation, A. Lorenzetti

L'Annonciation, A. Lorenzetti
Crédits : Mondadori Portfolio/ Archivio Lensini/ Fabio e Andrea Lensini/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Sienne, ancien surintendant aux Beaux-Arts de Sienne et Grosseto

Classification

Autres références

«  SIENNOISE ÉCOLE  » est également traité dans :

BECCAFUMI DOMENICO (1486 env.-1551)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Peintre et sculpteur italien né vers 1486 à Montaperti, mort en mai 1551 à Sienne. De son vrai nom Domenico di Pace, Beccafumi est le fils de Giacomo di Pace, paysan installé près de Sienne. Il prend le nom de son protecteur Lorenzo Beccafumi, propriétaire des terres où vit sa famille. Vers 1510, il se rend à Rome pour étudier l'œuvre de Raphaël et de Michel-Ange. De retour à Sienne en 1512, Becca […] Lire la suite

DUCCIO DI BUONINSEGNA (1255 env.-env. 1318)

  • Écrit par 
  • Gabriella RÈPACI-COURTOIS
  •  • 1 376 mots
  •  • 4 médias

Le Siennois Duccio di Buoninsegna fut, avec Giotto son contemporain, l'un de ces esprits novateurs à qui la peinture italienne doit son affranchissement de la tradition byzantine alors décadente. Héritier conscient d'une civilisation figurative que l'usure des siècles lui transmettait sous la forme d'un répertoire iconographique et expressif figé, il effectua sa révolution dans les limites mêmes […] Lire la suite

FRANCESCO DI GIORGIO MARTINI (1439-1502)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 420 mots
  •  • 1 média

Près de son maître Vecchietta, Francesco di Giorgio apprit la peinture et la sculpture, qu'il pratiqua surtout au début de sa carrière, avant de se consacrer à l'architecture civile et militaire. Jusqu'en 1475, il dirigea un atelier de peinture, à Sienne, avec Neroccio di Bartolomeo. Il fut alors chargé de l'agrandissement de la basilique Saint-François. En 1477, il est à Urbino, au service de Fré […] Lire la suite

GIOVANNI DI PAOLO (1399 env.-1482)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 451 mots

Peintre italien né vers 1399 à Sienne, mort en 1482 à Sienne, Giovanni di Paolo exprime dans ses peintures religieuses l'intensité mystique et le style conservateur caractéristiques de la peinture décorative gothique, en dépit de la tendance au naturalisme scientifique et à l'humanisme classique qui s'impose progressivement dans l'art toscan du xv e  siècle. Il est l'un des derniers représentan […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'Italie gothique »  : […] L'Italie des xiii e et xiv e  siècles soulève le délicat problème de ses choix stylistiques. Au xiii e  siècle, comme on l'a récemment mis en lumière, des références nordiques se font jour ; au xiv e  siècle, la tendance sera inversée, les artistes nordiques s'ouvrent à l'esthétique nouvelle venue de la Péninsule. L'épisode d'Avignon qui fait appel à Simone Martini apparaît comme l'aboutissement […] Lire la suite

MAESTÀ

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 239 mots
  •  • 1 média

Terme italien désignant, en Toscane et plus particulièrement à Sienne, les représentations de la Vierge en Majesté. Les plus anciens exemples conservés sont conçus sur le type des madones byzantines dites Hodigitria (Vierges en trône, soutenant l'Enfant sur le bras gauche, la main droite ramenée devant le buste) : celle de Guido da Siena, par exemple (pinacothèque de Sienne), dont l'inscription a […] Lire la suite

SASSETTA STEFANO DI GIOVANNI dit (1390 env.-1450)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 324 mots
  •  • 1 média

Formé à Sienne, Sassetta, dès sa première œuvre connue — le retable peint entre 1423 et 1426 pour L'Arte della lana (aujourd'hui dispersé) —, montre un style déjà affirmé dont les sources ne sont pas seulement siennoises : les leçons de son maître présumé, Giovanni Fei, l'exemple des peintres qui faisaient survivre, sans la renouveler, la grande tradition du xiv e siècle (Andrea Vanni, Martino di […] Lire la suite

SODOMA GIOVANNI ANTONIO BAZZI dit (1477-1549)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 374 mots

Formé en Lombardie, dans le milieu marqué par Léonard de Vinci, le peintre Sodoma se fixe ensuite à Sienne, s'entourant de beaux jeunes gens et d'une véritable ménagerie : singes, écureuils, ânes nains, geais, chiens et chats ; il en fait d'ailleurs figurer quelques-uns près de lui sur la fresque où il s'est représenté à Monteolivetto Maggiore : il y complète, en effet, de 1505 à 1508, les neuf sc […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

TRAINI FRANCESCO (mort apr. 1347)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 236 mots

Les seules peintures qu'on puisse attribuer à Francesco Traini avec certitude sont le Retable de saint Dominique (1344-1345, musée et séminaire de Pise) et l'Apothéose de saint Thomas d'Aquin (1363, église Sainte-Catherine, Pise). On en a rapproché, entre autres, des panneaux comme le Saint Paul du musée de Nancy (son pendant, Saint Ambroise , a été détruit dans un incendie). Mais, à vrai dire, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Enzo CARLI, « SIENNOISE ÉCOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-siennoise/