Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Histoire

Le terme développement n'est employé dans son acception économique que depuis les années 1950. Mais l'idée est plus ancienne. Elle constitue le thème central du livre d'Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), qui marque les débuts de l'économie politique moderne. La révolution industrielle qui s'étend à cette époque en Angleterre pose deux questions : celle d'une césure majeure dans le rythme de développement du monde occidental et celle des conséquences qu'elle a produites sur l'évolution économique et sociale du reste de l'humanité. Jusqu'au xviiie siècle, en effet, il n'existait pas de grande différence de niveau de vie entre les divers continents. La révolution industrielle va créer des écarts considérables en la matière. Le développement économique est devenu ainsi un défi pour la partie de l'humanité qu'Alfred Sauvy qualifia, en 1952, de Tiers Monde. Plus d'un milliard d'êtres humains, soit le cinquième de la population mondiale, ne disposent pas d'un dollar par jour pour vivre, chiffre qui correspond au niveau de vie de l'Europe de l'Ouest et des États-Unis à l'aube de la révolution industrielle.

Développement et sous-développement sont donc deux notions complémentaires qui doivent être définies conjointement. La première décrit un processus historique, qui permet de sortir de l'état de sous-développement. La seconde est souvent mal interprétée. Elle n'est pas réductible à un retard par rapport à la situation des pays industrialisés. Le sous-développement est une situation où les besoins économiques fondamentaux de l'homme (alimentation, santé, éducation) ne sont pas satisfaits. A contrario, on peut affirmer, comme François Perroux, que le développement revient à « nourrir les hommes, soigner les hommes, instruire les hommes ».

De façon plus savante, on considère que le développement est le processus par lequel un pays devient capable d'accroître sa richesse de façon durable et autonome, et de la répartir équitablement entre les individus. La notion de développement relève de la dynamique économique. Étudiée par les auteurs classiques anglais (Adam Smith, David Ricardo, Robert Malthus), puis par Karl Marx, elle connut un renouveau dans l'œuvre de Joseph Schumpeter, qui publia en 1912 une Théorie du développement économique. Elle a été progressivement distinguée des notions voisines telles que la croissance économique. Par contraste avec celle-ci, le développement s'accompagne nécessairement d'un changement des techniques de production et d'une transformation des structures politiques, sociales et institutionnelles. C'est un processus qualitatif qui crée plus d'interdépendance entre les secteurs économiques et les catégories sociales.

Le développement, définition et finalité

Jusqu'à la fin des années 1950, les auteurs ont eu tendance à assimiler accroissement du revenu par tête et développement. Significatif à cet égard est l'intitulé des ouvrages de l'époque. Il fait référence à la seule croissance économique, comme le livre de Lewis, Theory of Economic Growth (1955) ou celui de Walt Whitman Rostow, The Stages of Economic Growth (1958). Selon cette approche, les économies sous-développées ne se distinguent des économies développées que par leur incapacité à produire un revenu suffisant. Pour passer au stade supérieur, elles devraient imiter les pays occidentaux et connaître des étapes prédéterminées, en particulier le stade du décollage où le taux d'investissement (part de l'investissement brut dans le revenu national) devrait être supérieur à un certain pourcentage.

L'assimilation du développement à la croissance économique s'est heurtée à deux types de critiques. Les premières ont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Europe : données socio-économiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Europe : données socio-économiques

Gunnar Myrdal - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Gunnar Myrdal

Lumières des villes sur la Terre et inégalités de développement - crédits : GSFC-NASA

Lumières des villes sur la Terre et inégalités de développement

Autres références

  • DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

    • Écrit par Emmanuelle BÉNICOURT
    • 1 648 mots

    La notion de développement économique a pris de l'importance au tournant de la Seconde Guerre mondiale, avec l'émergence de nouvelles nations issues de la décolonisation et la mise en place d'institutions multilatérales, comme l'O.N.U. et ses agences, le Fonds monétaire international...

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 9 998 mots
    • 2 médias
    ...hydraulique, à passer à deux, trois ou même quatre récoltes par an. La productivité de la terre (production à l'hectare) a ainsi été décuplée en certains lieux. Les techniques de la révolution verte étant intensives en travail, les emplois et les revenus agricoles ont beaucoup augmenté, créant un pouvoir d'achat...
  • AMÉRIQUE LATINE, économie et société

    • Écrit par Jacques BRASSEUL
    • 13 724 mots
    • 22 médias
    ...comme Douglass North (Prix Nobel en 1993) d'expliquer l'évolution divergente de l'Amérique latine et de l'Amérique anglo-saxonne depuis leur découverte. Pourquoi ces deux parties du continent qui ont une histoire proche, découvertes et peuplées par des Européens à partir de 1492, sont-elles si différentes,...
  • ANDES CORDILLÈRE DES

    • Écrit par Jean-Paul DELER, Olivier DOLLFUS
    • 10 963 mots
    • 5 médias
    ...andins étant parmi les plus inégalitaires du monde, la comparaison des quotients annuels du P.I.B. par habitant n'est qu'un indicateur relatif du degré de développement global des pays. Pour la période 2000-2005, ce quotient moyen, en dollars, varie pratiquement de un à cinq : Bolivie (2 540), Équateur (3 380),...
  • ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par Maurice GODELIER
    • 5 153 mots
    Cependant, à un niveau pratique immédiat, l'anthropologie économique, en mettant en évidence la logique originale des structures et comportements économiques au sein de nombreuses sociétés d'Afrique, d'Asie, d'Amérique et d'Océanie, pourrait contribuer au développement économique et social de ces régions...
  • Afficher les 81 références

Voir aussi