DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIALHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement de l'Occident, ses composantes et ses conséquences

Les premières études sur le développement économique datent de la révolution industrielle. Celle-ci constitue une rupture majeure dans l'histoire économique de l'humanité. Le niveau de vie moyen, qui avait doublé en Europe entre la période néolithique et le xviie siècle, a été multiplié par quinze entre 1700 et 1990. Cette évolution correspond à des taux de croissance moyens respectifs de 0,01 et 1 p. 100. Pour comprendre l'accélération du changement, il suffit de rapprocher quelques chiffres aux dates de 1990, 1700 et 1300, cette dernière marquant l'apogée économique du Moyen Âge.

Europe : données socio-économiques

Tableau : Europe : données socio-économiques

Données socio-économiques pour l'Europe (Russie non comprise) et l'ensemble du monde (source: P. Bairoch, «Encyclopédie économique», vol. I, Economica). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La comparaison des évolutions entre le xiiie et le xviie siècle, puis entre le xviie et la fin du xxe, prouve la rupture introduite par la révolution industrielle. Césure dans le niveau de revenu par tête, qui se traduit par une espérance moyenne de vie plus que doublée en trois siècles. Mais, également, bouleversements dans les structures sociales, qu'illustrent deux indicateurs : le pourcentage d'agriculteurs dans la population active et le taux d'urbanisation. Vers 1700, trois actifs sur quatre travaillaient dans l'agriculture en Europe, aujourd'hui moins d'un sur dix. Parallèlement, un peu plus de 10 p. 100 de la population vivait dans les villes, alors que le pourcentage approche actuellement 70.

Un processus structurel

Ces quelques données indiquent les bouleversements introduits par la révolution industrielle, et on comprend mieux, à leur lecture, en quoi le développement est un processus structurel. L'analyse des facteurs du développement des pays européens a été l'objet de controverses au sein des spécialistes des sciences sociales. Il semble qu'aujourd'hui un consensus se soit établi sur les principaux caractères de ce processus historique commencé en Angleterre. Il est utile de les énoncer, car leur méconnaissance peut provoquer une méprise quant aux conditions d'une stratégie de développement.

La première composante de la révolution industrielle a été une révolution agricole. L'Angleterre du xviiie siècle a su mettre au point une rotation des cultures, la sélection des semences et du bétail, et la complémentarité de l'élevage et des cultures céréalières. Ces progrès techniques se sont accompagnés d'une amélioration de l'outillage. Ils ont été réalisés dans le cadre d'une structure foncière de grandes exploitations aptes à dégager des surplus. La révolution agricole a favorisé la révolution industrielle proprement dite, en procurant une alimentation, une main-d'œuvre, des débouchés et un financement. Une partie des rentes dégagées dans le secteur agricole a alimenté le capital nécessaire à l'industrie, en particulier dans le secteur textile. Grâce aux transformations de l'agriculture, les pays européens ont pu surmonter la barrière alimentaire qui avait entravé leur développement dans les siècles précédents.

La deuxième composante de la révolution industrielle est une grappe d'innovations qui fut le fait d'artisans et non d'ingénieurs. Parmi ces innovations, il faut citer la mécanisation de la filature, le remplacement du charbon de bois par la houille dans la production de fonte et la machine à vapeur. Il faut noter à ce propos que le niveau des techniques utilisées n'exigeait pas de formation spécifique, d'où leur diffusion rapide à partir de l'Angleterre dans le reste de l'Europe. L'exigence de qualification de la main-d'œuvre n'apparaît que dans la seconde moitié du xixe siècle. Les États mettent alors en place un système de scolarité obligatoire.

La troisième composante de cette révolution industrielle est une profonde évolution du secteur des transports. Certains historiens ont pu affirmer que l'Angleterre connut à cette époque une révolution des canaux puis du rail, tant les deux moyens de communication ont joué un rôle important dans la constitution du marché national.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le rôle du secteur financier. En Angleterre, en France, en Allemagne, le secteur bancaire a su accompagner les mutations de l'économie réelle en créant une banque centrale, prêteur en dernier ressort qui émet la monnaie fiduciaire, en définissant les moyens de la politique monétaire et en développant l'usage du papier commercial et du crédit.

La révolution agricole a donc permis la révolution industrielle. Elle a permis également la révolution démographique en Europe. En deux siècles (1700-1900), la population du continent (moins la Russie) est passée d'environ 100 millions à 285 millions d'habitants, alors que les historiens l'estiment, pour l'an 1300, à 75 millions d'habitants. L'accroissement est le résultat d'une baisse du taux de mortalité dû, dans un premier temps, à l'amélioration des conditions de vie. Les progrès médicaux n'interviennent dans cette chute de la mortalité qu'au cours du xixe siècle. La révolution démographique a alimenté à son tour la révolution industrielle en accroissant la quantité de main-d'œuvre. Le travail des enfants et des femmes joue ici un rôle essentiel, faisant payer à ces composantes de la population active un lourd tribut jusqu'à l'application des premières lois sociales, au milieu du xixe siècle.

À partir du début du xixe siècle, la production industrielle connaît des phases d'expansion et de dépression que certains auteurs interprètent comme les prémices d'un arrêt du développement économique, soit en raison de la baisse des rendements agricoles comme dans les travaux de Ricardo, soit à cause du manque de débouchés que Malthus fut le premier à concevoir. Si la tendance cyclique des économies industrielles s'est confirmée depuis 1850, les prévisions pessimistes sur l'arrêt du développement économique en Europe ont, à ce jour, toujours été démenties. À la suite de l'Angleterre, la France, la Belgique, la Suisse et les États-Unis vont connaître un processus de développement dès le début du xixe siècle. Autour des années 1830-1880, c'est le cas de l'Allemagne et de l'Europe centrale. À la fin du siècle, la révolution industrielle s'étend au reste de l'Europe, en particulier à la Russie. Ce pays n'est pas une puissance industrielle négligeable à la veille de la Première Guerre mondiale, bien que son développement soit entravé par l'insuffisante productivité de son agriculture. Le dernier pays à prendre le train du développement au xixe siècle est le Japon, grâce à une forte intervention de l'État.

La diffusion rapide de la révolution industrielle a été favorisée par plusieurs facteurs qui n'existent plus aujourd'hui. La simplicité technique permettait la conception d'un outil industriel par l'imitation des machines [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Europe : données socio-économiques

Europe : données socio-économiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Gunnar Myrdal

Gunnar Myrdal
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Lumières des villes sur la Terre et inégalités de développement

Lumières des villes sur la Terre et inégalités de développement
Crédits : GSFC-NASA

photographie

O.C.D.E. : aide publique au développement

O.C.D.E. : aide publique au développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

La sociologie du développement est neuve, et pourtant elle subit déjà les assauts de la contestation. Un sociologue américain radical, André G. Frank, lui reproche de devenir « de plus en plus sous-développée », à l'exemple des sociétés auxquelles elle prétend s'appliquer. Il l'accuse d'être de moins en moins adéquate, « pour des raisons empiriques, théoriques et politiques ». La critique est exce […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Développement des pays du Sud

  • Écrit par 
  • Denis COGNEAU, 
  • Philippe DE VREYER, 
  • Sylvie LAMBERT
  •  • 5 718 mots
  •  • 4 médias

La question du développement des pays du Sud trouve ses origines entre le xive et le xixe siècle, avec la colonisation du monde par les États européens occidentaux, et plus particulièrement au moment de la révo […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Aide publique au développement

  • Écrit par 
  • Lisa CHAUVET, 
  • Marin FERRY
  •  • 3 700 mots
  •  • 5 médias

Pour les pays en développement, l'aide accordée par les pays donateurs et les organismes multilatéraux ne représente pas, en valeur, l'apport externe le plus important : à la fin des années 2000, selon les chiffres de la Banque mondiale, le budget de l'aide s'élevait à un peu moins de 140 milliards de dollars, contre 305 milliards de transferts privé […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

La notion de développement économique a pris de l'importance au tournant de la Seconde Guerre mondiale, avec l'émergence de nouvelles nations issues de la décolonisation et la mise en place d'institutions multilatérales, comme l'O.N.U. et ses agences, le Fonds monétaire international et la Banq […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution verte dans certains pays en développement »  : […] Dans certains pays en développement, d'Asie surtout (Inde, Pakistan, Indonésie, Philippines, Thaïlande...), la révolution verte fut lancée dans le contexte de la guerre froide, en étant largement financée par des fonds publics de pays occidentaux et des fonds privés de grandes fondations (Rockefeller, Ford, Kellogg...). Au départ, le principal objectif était d'accroître considérablement la produ […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Divergence Nord-Sud »  : […] L' approche institutionnaliste permet à un historien et économiste comme Douglass North (Prix Nobel en 1993) d'expliquer l'évolution divergente de l'Amérique latine et de l'Amérique anglo-saxonne depuis leur découverte. Pourquoi ces deux parties du continent qui ont une histoire proche, découvertes et peuplées par des Européens à partir de 1492, sont-elles si différentes, l'une faisant partie du […] Lire la suite

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 949 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Andes aujourd'hui »  : […] La grande région andine compte 150 millions d'habitants (estimation de 2006) répartis en noyaux densément peuplés qui côtoient de vastes territoires presque vides ; 80 p. 100 d'entre eux vivent dans la zone intertropicale et 57 p. 100 dans les trois États des Andes du Nord ; mais 30 p. 100 seulement habitent dans la montagne proprement dite (à plus de 1 500 mètres d'altitude) tandis que le reste o […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « Anthropologie économique et développement économique et social »  : […] Pourquoi et comment ces transformations structurales ont-elles eu lieu ? C'est une tâche théorique fondamentale de l'anthropologie économique que de contribuer à résoudre ce problème central de l'histoire universelle qui éclaire le destin singulier des sociétés occidentales : pourquoi et comment les rapports de parenté ont-ils cessé d'être dominants dans la société ? pourquoi, à partir d'une certa […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une économie émergente avant la lettre »  : […] La longue période inaugurée par l'établissement de l'unité nationale en 1860 (avec l'incorporation de la Province de Buenos Aires à la Confédération argentine) et à laquelle met fin la grande crise des années 1930 se caractérise par un processus de développement fondé sur la valorisation auprès du monde entier des ressources naturelles du pays. Alors très liée à l'économie britannique, l'économie […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les tâches extramilitaires de l'armée »  : […] Par sa hiérarchie, ses structures, ses effectifs, ses moyens, sa diversité, l'armée, en dehors de sa mission de guerre, est à même de remplir un grand nombre de tâches, subsidiaires ou essentielles, que souvent elle est seule à pouvoir assumer. Les exemples vont des soldats laboureurs fondant la Roumanie ou défrichant avec Bugeaud l'Algérie aux officiers des Affaires indigènes, administrateurs, éd […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques FRIBOULET, « DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-economique-et-social-histoire/