DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Dénisoviens, ou hommes de Denisova, représentent un groupe d'homininés qui a été défini en 2010 grâce à l'étude de l'ADN d’un fragment d’une phalange de la main. Ce vestige osseux (appelé Denisova 3) avait été découvert en 2008 dans une cavité du sud de la Sibérie (Russie), en bordure des montagnes de l'Altaï, appelée grotte de Denisova. Ainsi, pour la première fois dans l'histoire de l'étude de la lignée humaine, un nouveau taxon fossile était mis en évidence à partir de l’analyse d’ADN ancien et non pas d’après des caractères morphologiques.

L’homme de Denisova, contemporain des Néandertaliens (Homo neanderthalensis ou Homo sapiens neanderthalensis) et des hommes modernes (Homo sapiens sapiens), mais différent génétiquement, aurait vécu en Eurasie depuis plusieurs centaines de milliers d’années. Peut-on pour autant affirmer que ce « troisième homme », comme on le surnomme parfois, représente une nouvelle espèce ? Son statut fait l’objet de discussions, d’autant plus que des échanges génétiques plus ou moins importants ont été prouvés entre Dénisoviens et Néandertaliens, et entre Dénisoviens et ancêtres de certaines populations humaines actuelles.

Quelques fragments fossiles attribués aux Dénisoviens

Les Dénisoviens découverts dans la grotte de Denisova, définis à partir d’un morceau de phalange distale de la main (Denisova 3), par la suite complété par l’autre extrémité de l’ossement, sont aussi connus par trois dents (Denisova 2, 4 et 8) et un fragment de voûte crânienne (pariétal) de 80 sur 50 millimètres (Denisova 13). Ce dernier fossile, présenté pour la première fois en mars 2019 lors d’un colloque international d’anthropologues à Cleveland (Ohio), provient d’une couche (n° 22) bien plus ancienne que celles (n° 11 et 12) qui ont livré les vestiges précédents. C’est sur la base de l’ADN que ce morceau de crâne, le [...]

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine

Photographie

Découverte dans la grotte de Denisova (Russie), une phalange, nommée Denisova 3, a été sectionnée en deux pour réaliser des analyses. Les fragments visibles ici (à gauche, vue de la surface articulaire ; à droite, vue du début de la diaphyse) correspondent à une des parties segmentées... 

Crédits : Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

Afficher


Médias de l’article

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine
Crédits : Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

photographie

Grotte de Denisova

Grotte de Denisova
Crédits : Jean-Guillaume Bordes

photographie

Mandibule de Xiahe (Chine)

Mandibule de Xiahe (Chine)
Crédits : Dongju Zhang, Lanzhou University

photographie

Reconstitution de la phalange complète de l’homme de Denisova

Reconstitution de la phalange complète de l’homme de Denisova
Crédits : photo de la phalange : Eva-Maria Geygl, IJM, CNRS, Université de Paris; reconstruction virtuelle : Bence Viola, Department of Anthropology, University of Toronto, Canada.

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS  » est également traité dans :

HOMO LUZONENSIS ou HOMME DE CALLAO ou HOMME DE LUÇON

  • Écrit par 
  • Dominique GRIMAUD-HERVÉ
  •  • 1 576 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle espèce ? »  : […] Selon Florent Détroit, auteur principal de l’étude de ces fossiles, « cette mosaïque de caractères primitifs et modernes n’a encore jamais été rencontrée chez aucune espèce humaine, fossile ou actuelle, connue », raison pour laquelle une nouvelle espèce, Homo luzonensis , a dû être créée. Il faut bien comprendre qu’en paléontologie la définition biologique de l’espèce, qui repose avant tout sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-luzonensis-homme-de-callao-homme-de-lucon/#i_54869

LINGJING SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

  • Écrit par 
  • Isabelle CREVECOEUR
  •  • 1 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les restes humains »  : […] Les deux crânes les plus complets, Xuchang 1 et Xuchang 2, ont été retrouvés fragmentés (respectivement en 26 et 16 morceaux) et dispersés dans une zone circonscrite au sein de la couche 11 . L’absence de distorsion postérieure au dépôt a permis une reconstruction manuelle de ces deux individus. Xuchang 1 est représenté par une grande partie de la voûte crânienne et une portion de la base du crâne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/site-archeologique-de-lingjing/#i_54869

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno MAUREILLE, « DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/denisova-denisoviens/