Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

Les Dénisoviens, ou hommes de Denisova, représentent un groupe d'homininés qui a été défini en 2010 grâce à l'étude de l'ADN d’un fragment d’une phalange de la main. Ce vestige osseux (appelé Denisova 3) avait été découvert en 2008 dans une cavité du sud de la Sibérie (Russie), en bordure des montagnes de l'Altaï, appelée grotte de Denisova. Ainsi, pour la première fois dans l'histoire de l'étude de la lignée humaine, un nouveau taxon fossile était mis en évidence à partir de l’analyse d’ADN ancien et non pas d’après des caractères morphologiques.

L’homme de Denisova, contemporain des Néandertaliens(Homo neanderthalensisou Homo sapiensneanderthalensis) et des hommes modernes (Homo sapiens sapiens), mais différent génétiquement, aurait vécu en Eurasie depuis plusieurs centaines de milliers d’années. Peut-on pour autant affirmer que ce « troisième homme », comme on le surnomme parfois, représente une nouvelle espèce ? Son statut fait l’objet de discussions, d’autant plus que des échanges génétiques plus ou moins importants ont été prouvés entre Dénisoviens et Néandertaliens, et entre Dénisoviens et ancêtres de certaines populations humaines actuelles.

Quelques fragments fossiles attribués aux Dénisoviens

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine - crédits : Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine

Les Dénisoviens découverts dans la grotte de Denisova, définis à partir d’un morceau de phalange distale de la main (Denisova 3), par la suite complété par l’autre extrémité de l’ossement, sont aussi connus par trois dents (Denisova 2, 4 et 8) et un fragment de voûte crânienne (pariétal) de 80 sur 50 millimètres (Denisova 13). Ce dernier fossile, présenté pour la première fois en mars 2019 lors d’un colloque international d’anthropologues à Cleveland (Ohio), provient d’une couche (n° 22) bien plus ancienne que celles (n° 11 et 12) qui ont livré les vestiges précédents. C’est sur la base de l’ADN que ce morceau de crâne, le premier à être découvert dans la grotte de Denisova, a été attribué aux Dénisoviens. À ces cinq vestiges, il faut ajouter un fragment d’os long (Denisova 11), de 24,5 millimètres de longueur et moins de 10 millimètres de largeur, qui serait – toujours selon son ADN – celui d’un métis issu d’un Dénisovien et d’une Néandertalienne. Il s’agit là d’une découverte spectaculaire pour les paléoanthropologues car « identifier » un tel métis était supposé statistiquement presque impossible.

Rappelons que la grotte de Denisova a également livré trois vestiges de Néandertaliens provenant des couches 11 et 12 : une phalange proximale de pied (Denisova 5), une phalange distale de la main (Denisova 9) et un fragment d’os long (Denisova 15).

En 2019, une nouvelle pièce fossile, une hémi-mandibule droite incomplète dénommée Xiahe, provenant de Chine (bordure nord-orientale du plateau tibétain), a été rapportée aux Dénisoviens. Ce serait le premier fossile de ce groupe découvert hors de la grotte de Denisova.

La grotte de Denisova

Grotte de Denisova - crédits : Jean-Guillaume Bordes, Université de Bordeaux

Grotte de Denisova

Située en Russie, à 150 kilomètres au sud de la ville de Barnaul, la grotte de Denisova (ayant pris le nom d’un ermite qui y aurait vécu) est connue depuis les années 1970. Elle a livré, dans trois zones différentes (partie centrale, chambre est et chambre ouest), outre les rares fossiles d’homininés, de nombreuses traces d'occupations historique (outils en bronze et en fer, bijoux, fosse d'entreposage de grains...) et préhistorique (objets archéologiques, vestiges fauniques chassés) remontant à près de 300 000 ans.

Étudiée par une équipe scientifique internationale et fouillée sous l'autorité de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, cette grotte présente, avec ses vingt-deux couches, une stratigraphie complexe. En 2019, deux articles importants ont été publiés par des équipes internationales dans la revue britannique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au CNRS, directeur du département de sciences archéologiques de l'université de Bordeaux

Classification

Pour citer cet article

Bruno MAUREILLE. DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 24/07/2019

Médias

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine - crédits : Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

Fragments de la phalange distale de l’homme de Denisova ayant permis de définir cette lignée humaine

Grotte de Denisova - crédits : Jean-Guillaume Bordes, Université de Bordeaux

Grotte de Denisova

Mandibule de Xiahe (Chine) - crédits : Dongju Zhang, Lanzhou University

Mandibule de Xiahe (Chine)

Autres références

  • CHASSEURS-CUEILLEURS (archéologie)

    • Écrit par
    • 4 727 mots
    • 3 médias
    ...erectusont débouché, il y a environ 300 000 ans, sur au moins trois principales espèces, les hommes de Neandertal en Europe et Asie occidentale, les hommes de Denisova en Asie centrale et orientale, et les premiers Homo sapiens en divers points d’Afrique, notamment au Maroc et en Afrique du Sud. À...
  • HOMO LUZONENSIS ou HOMME DE CALLAO ou HOMME DE LUÇON

    • Écrit par
    • 1 555 mots
    • 2 médias
    ...2002 ; Homo floresiensis, découvert l’année suivante sur l’île de Flores, en Indonésie, et ayant vécu il y a 60 000 à 100 000 ans. Quant à l’homme de Denisova (ou Dénisovien), il a été défini en 2010 non à partir de critères morphologiques, mais grâce à l'étude de l’ADN d’un fragment de phalange...
  • LINGJING SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

    • Écrit par
    • 1 407 mots
    • 1 média
    Dans le débat actuel sur l’origine et l’évolution des populations humaines en Asie, on ne peut ignorer la présence en Sibérie, dans la grotte de Denisova, de quatre séquences d’ADN ancien extraites sur des fossiles humains très fragmentaires, datés du Pléistocène supérieur, qui identifient...
  • PALÉOGÉNOMIQUE

    • Écrit par
    • 4 106 mots
    • 3 médias
    Ainsi, la découverte de la branche des Dénisoviens – une lignée d’humains fossiles génétiquement proche des Néandertaliens – en 2010 figure en bonne place parmi les résultats les plus marquants de la paléogénétique (Reich et al., 2010). De façon plus générale, cette discipline participe à la réécriture...