CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un évêque confronté aux difficiles problèmes qui se posent à l'Église au milieu du iiie siècle, tel est Cyprien de Carthage. La persécution de Dèce a fait des martyrs, mais aussi des apostats (lapsi) : faut-il admettre ceux-ci à la pénitence et à la réconciliation ecclésiastique, et à quelles conditions ? Des divisions sont nées après la persécution : comment sauvegarder l'unité de l'Église « catholique » ? L'évêque est le centre de cette unité, signifiée et réalisée dans l'eucharistie. Quelles relations doivent s'établir entre les diverses Églises, et spécialement entre elles et l'Église de Rome ? Celle-ci a-t-elle dans l'unité catholique un rôle de prééminence et d'autorité ? À ces problèmes s'ajoutent les questions pratiques de vie chrétienne : l'aumône ou la prière, la modestie des vierges, etc. Sur tous ces points, l'évêque de Carthage, malgré les lacunes de son ecclésiologie, est un témoin privilégié de la Tradition.

Un pastorat mouvementé

Né au début du iiie siècle à Carthage, où il est un rhéteur renommé, Cyprien est choisi comme évêque de cette ville peu après sa conversion (248-249). Bientôt éclate la persécution de Dèce (fin 249). Obligé de se cacher, Cyprien soutient par ses Lettres la résistance de ses fidèles. Rentré à Carthage, il doit régler le problème de la réconciliation des lapsi (les chrétiens qui avaient « failli » durant la persécution) : en plein accord avec l'évêque de Rome Corneille, il prend à leur égard des mesures de miséricorde (concile de Carthage, 251), qui provoquent le schisme des rigoristes Felicissimus et Novat (à Rome, à la même époque, dans une situation analogue, c'est le schisme de Novatien). À partir de 255, Cyprien se trouve en conflit violent avec le successeur de Corneille, Étienne, au sujet de la validité du baptême administré par les hérétiques : trois conciles de Carthage (255, 256) maintiennent la tradition [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258)  » est également traité dans :

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Problème chronologique »  : […] On sait que le christianisme n'apparaît pas en Afrique avant la fin du ii e  siècle. Soudain, en 180, sont condamnées à Carthage douze personnes originaires d'une petite ville encore inconnue : ce sont les martyrs scillitains. L'histoire de la Carthage chrétienne commence donc pour nous lors de la persécution de Commode. À ce moment, seuls les tex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carthage/#i_1357

CARTHAGE CONCILES DE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 403 mots

Métropole de l'Afrique proconsulaire, étendant son autorité jusqu'à la Numidie et la Maurétanie, Carthage vit se réunir autour de ses évêques de nombreux conciles. Vers 220, Agrippinus réunit soixante-dix évêques qui refusent de reconnaître le baptême conféré par des hérétiques. À l'époque de Cyprien (248-258), le synode se tient régulièrement deux fois par an, au printemps et à l'automne. À l'aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-de-carthage/#i_1357

CONFESSEUR

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 216 mots

Dans l'Église primitive, le titre de confesseur était donné à des chrétiens ayant souffert dans les persécutions autrement que par le sang versé. Le mot était primitivement mal distingué de celui de martyr. Le martyr était un témoin, il avait par son attitude témoigné de sa foi devant les juges. De la même façon, un confessor avait affirmé (plus exactement professé) son appar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confesseur/#i_1357

DONATISME

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 2 036 mots

Dans le chapitre « L'enjeu théologique »  : […] En déniant toute valeur aux sacrements conférés par des ministres schismatiques ou apostats, les donatistes, loin d'innover, demeuraient fidèles à la théologie de saint Cyprien, le grand évêque martyr de Carthage. Sa position, rejetée par Rome, ne l'avait jamais été nettement en Afrique, et Cécilien lui-même la partageait. De plus, en dépit des assertions de saint Augustin, cette théologie ne lia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donatisme/#i_1357

ÉTIENNE Ier saint (mort en 257) pape (254-257)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 254 mots

Romain d'origine, Étienne était prêtre quand il fut élu pape en mai 254. Son court pontificat n'est guère connu que par ses conflits avec l'illustre évêque de Carthage, Cyprien. Contre ce dernier, le pape prit la défense de deux évêques espagnols qui furent reconnus coupables d'avoir acheté, pendant la persécution, de faux certificats de sacrifice, et que leurs collègues avaient déposés. Il fit la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-ier-saint-mort-en-257-pape-254-257/#i_1357

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-carthage/