CARTHAGE CONCILES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Métropole de l'Afrique proconsulaire, étendant son autorité jusqu'à la Numidie et la Maurétanie, Carthage vit se réunir autour de ses évêques de nombreux conciles. Vers 220, Agrippinus réunit soixante-dix évêques qui refusent de reconnaître le baptême conféré par des hérétiques. À l'époque de Cyprien (248-258), le synode se tient régulièrement deux fois par an, au printemps et à l'automne. À l'automne de 251, trente et un évêques de la Proconsulaire réaffirment la non-validité du baptême conféré par des hérétiques. Même position au synode d'automne de 256, dont les Actes nous ont été conservés : quatre-vingt-sept évêques répètent, après Cyprien, qu'un évêque n'est responsable de ses actes que devant Dieu seul et qu'on ne peut accepter le baptême des hérétiques. Informé de ces décisions, l'évêque de Rome, Étienne, y répondit par une lettre sévère, qui semble avoir menacé d'excommunication Cyprien ainsi que Firmilien de Césarée et qui provoqua une tension pénible entre Rome et Carthage ; la mort d'Étienne (août 257) mit fin à cette tension.

En 411, 416 et 418 se tinrent à Carthage, sous la présidence d'Aurélius et avec la participation d'Augustin, des conciles relatifs au péché originel et à la nécessité de la grâce, mise en cause par Pélage et son disciple Célestius. Celui-ci est condamné une première fois en 411, puis en 416 par soixante-sept évêques d'Afrique ; l'Église de Carthage adresse un appel pressant à Innocent Ier et « à l'autorité du Siège apostolique », pour demander confirmation de cette sentence. À la réponse d'Innocent font écho les mots célèbres d'Augustin (souvent cités sous une forme abrégée et inexacte : Roma locuta est, causa finita est) : « Deux conciles ont été communiqués au Siège apostolique ; les réponses sont revenues ; la cause est finie : puisse un jour finir l'erreur. » En 418 enfin (1er mai), deux cent quatorze évêques de toute l'Afrique (Proconsulaire et Numidie) maintiennent la condamnation de Célestius et renouvellent l'excommunication de Pélage. Le pape Zozime, qui avait d'abord réhabilité Pélage, approuva les huit canons de ce concile, qui fixent la doctrine catholique sur le péché originel, le baptême des enfants et la nécessité de la grâce.

—  Pierre Thomas CAMELOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARTHAGE CONCILES DE  » est également traité dans :

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évêque d'Hippone »  : […] Cet amour de la vie contemplative, Augustin le sacrifia très vite, en répondant à l'appel populaire des chrétiens d'Hippone qui l'élirent pour aider leur évêque Valère, déjà âgé et qui, Grec d'origine, parlait assez mal le latin. Cinq ans plus tard, Augustin était nommé évêque coadjuteur avec promesse de succession ; en 395-396, il devenait le chef de l'Église d'Hippone et allait le rester jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_39074

CÉLESTIUS (Ve s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 281 mots

Disciple de Pélage. Originaire sans doute d'Italie, Célestius rencontra celui-ci à Rome vers 405 et se mit à son école. Il le suivit en Afrique vers 410. Condamné par le concile de Carthage (411) à cause de sa position sur la baptême des enfants, il passe d'abord en Sicile, puis en Orient : à Éphèse, où il se fait ordonner prêtre ; à Constantinople, d'où il se fait expulser par l'évêque Atticus. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestius/#i_39074

CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 950 mots

Dans le chapitre « Un pastorat mouvementé »  : […] Né au début du iii e  siècle à Carthage, où il est un rhéteur renommé, Cyprien est choisi comme évêque de cette ville peu après sa conversion (248-249). Bientôt éclate la persécution de Dèce (fin 249). Obligé de se cacher, Cyprien soutient par ses Lettres la résistance de ses fidèles. Rentré à Carthage, il doit régler le pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-carthage/#i_39074

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 925 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Saint Augustin »  : […] Le premier à avoir employé l'expression, saint Augustin (354-430) a joué un rôle décisif dans la formulation classique de la doctrine du péché originel. On est allé jusqu'à le considérer comme le père de cette doctrine. Il est certain, au moins, qu'il en a donné une systématisation personnelle, qu'il en a cherché les preuves dans l'Écriture et les auteurs chrétiens antérieurs, qu'il l'a défendue v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_39074

PÉLAGIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 3 142 mots

Dans le chapitre « Histoire de la controverse »  : […] Pélage, originaire d'Irlande, est en 410 établi à Rome depuis un long moment ; il y mène, comme laïque, une vie d'ascèse et groupe autour de lui d'assez nombreux disciples, venus du milieu ecclésiastique romain et de la haute aristocratie. Il professait des idées sur la liberté et la grâce qu'alors nul ne suspectait. Fuyant l'invasion d'Alaric en 410, il se réfugie en Afrique, puis, très vite, gag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelagianisme/#i_39074

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « CARTHAGE CONCILES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-de-carthage/