CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Coccogonophycidées : thalles

Coccogonophycidées : thalles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Stigonématale : thalles

Stigonématale : thalles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nostocales

Nostocales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Écologie, distribution

Les Cyanobactéries sont, avec les Bactéries, les êtres les plus anciens. Dès le Dévonien moyen, on trouve des Stigonématales typiques avec une organisation complexe et des hétérocystes différenciés. Mais des formes plus simples rappelant les Oscillaires ont été signalées dans le Précambrien des États-Unis, remontant à deux milliards d'années et des filaments fossiles ont été retrouvés dans des stromatolithes en Australie, datées de 3,46 milliards d'années.

À cette ancienneté géologique s'ajoute une extrême plasticité écologique qui fait que les Cyanobactéries se rencontrent en tout lieu et en tout pays. Elles peuplent aussi bien les neiges et les glaces des pôles et des montagnes que les eaux thermales les plus chaudes. On les trouve aussi bien dans les sables des déserts que sur les parois des montagnes où elles subissent sans dommage froid extrême, insolation et sécheresse. Elles croissent en mer comme en eau douce, dans les lagunes sursalées ou les marais salants. Elles peuvent perforer les coquilles calcaires, carier les rochers (galets sculptés du lac d'Annecy) ou, au contraire, édifier des tufs. Les Cyanobactéries peuvent vivre dans les eaux polluées ou les vases riches en hydrogène sulfuré. Ainsi Oscillatoria rubescens est un excellent indicateur biologique qui apparaît et forme des fleurs d'eau de couleur rouge, très spectaculaires, dans les lacs alpins en voie de pollution.

Certaines espèces, cependant, sont confinées aux régions chaudes du globe, tandis que le plus grand nombre de Cyanobactéries est ubiquiste. De plus, elles constituent les gonidies, c'est-à-dire les cellules d'origine algale, d'un grand nombre de Lichens.

Les Cyanobactériessont un élément important du phytoplancton et certains étangs piscicoles leur doivent leur rendement exceptionnel en poissons.

Par contre, certaines espèces donnent un goût et une odeur de vase aux poissons qui les consomment. Quelques e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution des eucaryotes et la dissémination de la photosynthèse : le résultat d'emboîtements successifs d'organismes »  : […] Certaines algues unicellulaires rouges ou vertes ont elles-mêmes été à l'origine de symbioses avec des groupes appartenant à des lignées autres que celle des Plantae (fig. 3 ). Possédant un plaste dérivé d'une cyanobactérie endosymbiotique, ces algues unicellulaires rouges et vertes sont devenues à leur tour des plastes et ont ainsi apporté la photosynthèse oxygénique chez ces lignées d'organismes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algues/#i_2191

AZOTOFIXATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 183 mots

Ce terme désigne le processus d'assimilation de l'azote de l'air par divers micro-organismes : bactéries ou cyanophycées (algues bleues). Certains vivent librement dans les sols ou les eaux qu'ils enrichissent en matières organiques azotées. Ils sont ainsi éventuellement en cause dans le phénomène d'eutrophisation. D'autres ont une vie symbiotique et font bénéficier de leur assimilation azotée les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azotofixation/#i_2191

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Virginie CAVIER
  •  • 2 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Effets indirects identifiés de changement de l’environnement »  : […] Les inquiétudes et les prévisions sont ici alimentées par les nombreuses observations de situations particulières. On ne pense pas toujours au fait que nous vivons en équilibre avec de nombreux micro-organismes. Une hausse des températures moyennes favorise la multiplication desdits micro-organismes, avec parfois une amplification de leur pathogénicité qui pourrait perturber cet équilibre. En mil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique-et-sante/#i_2191

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 960 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Phosphore et eau »  : […] Le sol a une grande aptitude à fixer le phosphore. Les pertes du sol en phosphore sont donc très modestes. Dans les conditions les plus défavorables de sols sableux acides, l'Institut national de la recherche agronomique (I.N.R.A.) a mesuré une perte de l'ordre de 1 kilogramme de P 2 O 5 par hectare et par an sous une forte pluviométrie dans les Landes. Les pertes moyennes mesurées sur le bassi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engrais/#i_2191

HORLOGES BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • François ROUYER
  •  • 3 318 mots
  •  • 5 médias

Bien que l'existence de rythmes journaliers soit connue de longue date, chez les végétaux comme chez les animaux, l'idée que ceux-ci reposent sur une horloge interne est assez récente. Jean Jacques d'Ortous de Mairan rapporta à l'Académie des sciences de Paris en 1729 ses observations d'un rythme d'ouverture des feuilles de mimosa, rythme persistant lorsque les plants se trouvaient placés en obscu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horloges-biologiques/#i_2191

LACS

  • Écrit par 
  • Bernard DUSSART
  •  • 9 334 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Domaine pélagique »  : […] Comme dans la mer, le domaine pélagique est celui qui caractérise le mieux le milieu lacustre, même si, parfois, il ne joue pas le rôle essentiel dans sa physiologie. Il comporte deux importantes catégories d'organismes : ceux qui peuvent se libérer de plusieurs contraintes du milieu, tels les poissons, et constituent le necton  ; ceux qui, végétaux ou animaux, subissent plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lacs/#i_2191

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 880 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les bactéries »  : […] L' étude taxonomique des bactéries (procaryotes) montre que ces organismes forment deux ensembles phylogénétiquement très distincts, les archéobactéries et les eubactéries. Les archéobactéries vivent dans des milieux extrêmement défavorables et ont des caractéristiques si spécifiques tant au niveau de leur expression génétique que de leur métabolisme que certains biologistes considèrent que le mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_2191

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-pelagique/#i_2191

ORIGINE DE LA VIE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 11 454 mots

Dans le chapitre « Les indices géologiques »  : […] Les micro-organismes fossiles les plus anciens ont été découverts en Australie, dans les stromatolites fossiles (J. W. Schopf, 1993) ; ils datent de 3,46 milliards d'années. À cette époque, la vie microbienne était présente sous forme de cyanobactéries filamenteuses, vraisemblablement photoautotrophes, c'est-à-dire capables de fabriquer leurs constituants fondamentaux à partir du dioxyde de carbo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-de-la-vie/#i_2191

PLANCTON

  • Écrit par 
  • Stéphane GASPARINI
  •  • 3 251 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que le plancton ? »  : […] Le terme plancton trouve son origine dans l' Odyssée d'Homère où il est employé pour désigner les animaux qui « errent » ( planktós en grec ancien) à la surface des flots. En 1887, le zoologiste allemand Victor Hensen reprend ce terme pour qualifier l'ensemble des organismes qui vivent en suspension dans les eaux douces, saumâtres ou salées, et sont ina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plancton/#i_2191

PROTÉROZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Janine BERTRAND-SARFATI, 
  • Renaud CABY
  •  • 3 792 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La vie au Protérozoïque »  : […] L'existence d'une biosphère remontant à — 3,8 Ga est avérée par les preuves isotopiques. Les restes biologiques (microfossiles) datés de — 3,4 Ga sont douteux. À cette époque, les océans archéens étaient très pauvres en oxygène et très riches en fer, contrairement aux océans actuels. Dans une période de transition qui a duré de — 1,8 Ga à — 600 Ma, on peut penser que les parties superficielles de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proterozoique/#i_2191

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Introduction de souches actives »  : […] On introduit dans le sol, la rhizosphère ou la spermosphère, une ou plusieurs souches particulièrement actives. Il peut s'agir de micro-organismes fixateurs d'azote ( Rhizobium ou Frankia ), de champignons mycorhiziens, de cyanobactéries libres ou en association avec Azolla et, enfin, de micro-organismes rhizosphériques, en partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-microbiologie/#i_2191

STROMATOLITHES ou STROMATOLITES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 411 mots

De structure laminaire, avec des couches sombres et claires ondulant parallèlement, les stromatolithes ont été d'abord connus comme des fossiles généralement calcaires. La forme souvent complexe de ces édifices exclut l'hypothèse d'un simple concrétionnement. L'origine biochimique des stromatolithes a été confirmée par l'observation locale d'abondants fantômes de filaments, semblables à ceux des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stromatolithes-stromatolites/#i_2191

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comment survivre sur une Terre « boule de neige » ? »  : […] Il y a eu une vie avant et après glaciation. En effet, dans les carbonates situés au-dessus et au-dessous des dépôts glaciaires en Namibie, Hoffman trouve des anomalies importantes en un isotope du carbone, le carbone 13 ( 13 C). Au cours de la photosynthèse, les cellules photosynthétiques, comme les cyanobactéries, consomment préférentiellement le CO 2 composé de carbone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_2191

VÉGÉTAL

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 2 013 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les limites à la définition de végétal »  : […] Si la photosynthèse est une caractéristique des végétaux, celle-ci est aussi pratiquée par d’autres organismes, comme de nombreuses bactéries. Certaines d’entre elles le font à partir d’eau ou de sulfure d’hydrogène. Dans ce dernier cas, la photosynthèse est dite anoxygénique car elle rejette non pas du dioxygène mais du soufre. D’autres, appelées cyanobactéries, sont à photosynthèse oxygénique c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetal/#i_2191

Pour citer l’article

Pierre BOURRELLY, Jean Claude LEFEUVRE, « CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyanobacteries-cyanophycees-algues-bleues/