CYCLOSTOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lamproie : squelette de la région céphalique

Lamproie : squelette de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Développement de la région céphalique

Développement de la région céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lamproies et Myxines : phylogénie

Lamproies et Myxines : phylogénie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Dans l'embranchement des Vertébrés actuels, les cyclostomes regroupent les formes les plus primitives : animaux sans mâchoire que l'on nomme encore agnathes (on doit surtout donner à ce terme un sens phylogénétique et parler en fait de « grade » agnathe, plutôt que de classe des agnathes). Les recherches paléontologiques et anatomiques montrent en effet que les vertébrés ont dû, au cours de leur évolution, franchir l'étape agnathe avant d'arriver à l'étape gnathostome (présence des deux mâchoires). Du reste, certains vertébrés fossiles, bien que sans mâchoires, apparaissent désormais comme plus proches parents des vertébrés à mâchoires que des cyclostomes actuels (cf. ostracodermes).

Les cyclostomes actuels sont représentés par un très petit nombre de formes réparties en deux groupes, les myxines (marines) et les lamproies (marines et dulçaquicoles), reconnaissables à leur corps allongé, plus ou moins cylindrique, et à une bouche armées de denticules rétractiles formés de corne.

Un autre trait fondamental des cyclostomes est l'absence de nageoires paires et un squelette entièrement cartilagineux, formé seulement d'un crâne et d'une corde dorsale.

Le nom cyclostome fut introduit par Duméril en 1806 pour regrouper les lamproies (Petromyzontida ou Hyperotreti) et les myxines (Myxinoidea ou Hyperoartii). Ce regroupement, reposant sur des ressemblances morphologiques dont beaucoup ne sont que des caractères généraux de vertébrés primitifs, a été remis en question par S. Løvtrup (1977), en raison du grand nombre de caractères anatomiques, biochimiques et physiologiques propres uniquement aux lamproies et aux gnathostomes (vertébrés pourvus de mâchoires), et dont l'absence chez les myxines avait jusqu'alors été expliquée par la « dégénérescence » de ces animaux. Ainsi les cyclostomes actuels ne constitueraient-ils pas un groupe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYCLOSTOMES  » est également traité dans :

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Osmorégulation des Vertébrés »  : […] Les Cyclostomes et les Élasmobranches sont en équilibre isosmotique avec l'eau de mer, mais suivant des mécanismes différents. Chez les premiers, qui constituent le groupe le plus primitif, la forte concentration interne est réalisée comme chez les Invertébrés, par l'abondance des ions minéraux, surtout Na + et Cl - . Chez les seconds, ces ions ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/#i_15615

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Centres nerveux »  : […] Le système nerveux des Poissons est construit sur le plan commun à tous les Vertébrés. La moelle épinière , à la fois centre des réflexes élémentaires (substance grise centrale entourant le canal épendymaire) et voie de conduction sensorielle et motrice (substance blanche périphérique), est en relation avec la périphérie par les nerfs rachidiens dont chacun est issu de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_15615

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_15615

Voir aussi

AMMOCÈTE    BRANCHIE    CIRCULATION    CORDE ou CHORDE DORSALE    ENDOSTYLE    LAMPROIES    LARVE    MYXINOÏDES ou MYXINES    NEUROCRÂNE    PALÉOZOOLOGIE    PÉTROMYZONTIDÉS    PHYLOGÉNIE ou PHYLOGENÈSE    SPLANCHNOCRÂNE

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « CYCLOSTOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/