Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CORPS Les usages sociaux du corps

Parler d'usages sociaux du corps c'est poser l'existence d'une correspondance globale entre, d'une part, l'utilisation que les individus font de leur corps, la relation qu'ils entretiennent avec le corps propre et même certaines de leurs propriétés somatiques (par exemple, le rapport entre taille et poids ou le type de morbidité) et, d'autre part, leur appartenance sociale, la place qu'ils occupent dans la division du travail, la culture (au sens anthropologique) du groupe auquel ils appartiennent. C'est, par là, contester le pouvoir, souvent exorbitant, accordé par le sens commun aux « déterminismes » biologiques et, plus profondément, mettre en question l'opposition de la nature et de la culture, forme moderne du dualisme corps-âme.

Corps et culture

La diversité des pratiques corporelles entre les sociétés et, à l'intérieur d'une même société, entre les différents groupes sociaux (entre les sexes, les générations, les classes sociales, etc.) n'est ni « conditionnée » par des mécanismes héréditaires et fatals (que suppose l'explication par la « race » ou, aujourd'hui, par le « patrimoine génétique ») ni même « déterminée » de façon directe, par l'action des conditions physiques d'existence (climat, alimentation, etc.). Elle est une expression parmi d'autres de la diversité des pratiques culturelles (ce qui n'est pas incompatible avec l'hypothèse selon laquelle il existerait des universaux sous-jacents à leur mise en œuvre, par exemple dans le domaine de l'expression faciale des émotions, auquel l'éthologie s'est particulièrement attachée).

Chaque culture comporte un ensemble systématique de techniques du corps, dont l'unité profonde dépend de l'existence de schèmes culturels intériorisés par tous les individus d'un même groupe au cours de leur prime éducation. C'est Marcel Mauss qui, le premier en France, a parlé de « techniques du corps » dans une communication présentée à la Société de psychologie le 17 mai 1934. Il pénétrait, par là même, dans un domaine aux limites incertaines déjà occupé par la biologie et par la psychologie, deux sciences contre lesquelles son oncle, Émile Durkheim, le fondateur de l'École française de sociologie, avait dû, précisément, lutter pour faire reconnaître l'existence de faits sociaux « irréductibles aux faits purement psychiques » ou, plus encore, aux faits « d'ordre organico-psychique » ; et l'on sait que, par ces derniers termes, il visait les théories raciales élaborées, en France, dans la seconde moitié du xixe siècle. Mauss, délibérément, s'aventurait ainsi dans une de ces zones frontalières et fertiles où plusieurs sciences se trouvent en contact.

La constitution du corps en objet de l'analyse sociologique suppose cependant que soit surmonté le morcellement des approches et des techniques d'investigation issu des divisions traditionnelles entre disciplines différentes dont les intérêts sont subordonnés aux demandes sociales auxquelles elles sont sommées de répondre. Que l'on songe, par exemple, aux sciences de l'alimentation chargées de définir des « rations alimentaires », à l'analyse mécanique du mouvement dont les progrès sont liés à ceux de la division du travail, à la sexologie, domaine longtemps partagé entre la morale et la médecine, à l'étude de la communication gestuelle et des expressions faciales, qui trouve son origine, notamment, dans l'analyse psychiatrique des signes cliniques. D'autres approches se rattachent, de près ou de loin, à l'« hygiène sociale » – hygiène du travail ou puériculture, par exemple – dont l'apparition et le développement, à la fin du xixe siècle, sont liés à l'entreprise politique de moralisation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CORPS (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 102 mots

    Durant plus de deux millénaires, dans le monde occidental, le corps n’a guère fait l’objet de réflexions philosophiques si ce n’est de façon négative, en tant qu’entité faisant obstacle aux intentions de l’âme. La religion orphique (liée au culte ésotérique d’Orphée), très présente dans la Grèce...

  • ABRAMOVIC MARINA (1946- )

    • Écrit par Bénédicte RAMADE
    • 634 mots

    Marina Abramovic née à Belgrade (Serbie) s'est imposée depuis les années 1970 comme l'une des références du body art aux côtés des américains Vito Acconci et Chris Burden. Ses performances parfois extrêmes, documentées par des photographies en noir et blanc commentées, sont restées...

  • ABSALON ESHER MEIR dit (1964-1993)

    • Écrit par Jean-Marc HUITOREL
    • 1 017 mots

    L'artiste Esher Meir, dit Absalon, est né en 1964 à Ashdod en Israël. Il est mort à Paris en 1993. Sa carrière fulgurante aura duré à peine six années. Très vite connu et reconnu, il a produit une œuvre homogène et d'emblée identifiable, à la fois représentative de l'art au tournant des années...

  • ACCONCI VITO (1940-2017)

    • Écrit par Jacinto LAGEIRA
    • 1 073 mots

    Artiste protéiforme, Vito Acconci s'est d'abord consacré à la « poésie concrète », à la photographie et aux performances pour se tourner ensuite vers la vidéo. Chez lui, cette dernière est essentiellement constituée par la mise en scène du corps, tant dans le rapport au langage que dans le rapport...

  • ÂME

    • Écrit par Pierre CLAIR, Henri Dominique SAFFREY
    • 6 020 mots
    ...montrent clairement qu'aux vie et ve siècles avant notre ère une véritable révolution s'est opérée dans l'anthropologie depuis Homère : corps et âme sont corrélatifs dans l'homme vivant et, pour le temps de la vie mortelle, l'âme est chez elle dans le corps. Pourtant, une autre révolution...
  • Afficher les 98 références

Voir aussi