NOVARINA VALÈRE (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le théâtre témoigne de la vérité et non du mensonge, il n'est pas le lieu du simulacre mais le lieu de l'accord juste entre l'acteur, le texte et l'endroit de la représentation.[...] Il n'y a qu'un seul endroit où le croisement est juste entre le corps de l'acteur et le texte qui est dit. Il n'y a qu'une façon d'être vrai quand il y a cet accord entre les éléments qui constituent la représentation théâtrale. L'incarnation par l'acteur ne suffit pas, il est indispensable qu'il y ait accord avec le lieu où se déroule la représentation. » Ces quelques lignes suffisent à montrer l'exigence qui anime l'œuvre de Valère Novarina, qui semble s'ingénier à repousser les limites convenues du théâtre.

Une gestuelle de la langue

Né en 1947 à Chêne-Bougeries, canton de Genève, Valère Novarina, fils de l'architecte Maurice Novarina et de la comédienne Manon Trolliet, échoue au concours du Conservatoire national d'art dramatique, côtoie au tournant de 1968 le metteur en scène et universitaire Jean-Marie Villégier avant de s'initier à l'écriture dramatique, encouragé par son premier lecteur, Bernard Dort. L'Atelier volant (1971), à la dramaturgie plutôt traditionnelle, est mis en scène par Jean-Pierre Sarrazac en 1974.

Dans son journal Le Drame de la langue française (1973-1974), Novarina annonce un revirement : il n'écrit plus « pour le théâtre mais vers le théâtre – avec l'acteur comme objet de désir ». Profession de foi digne d'Artaud, et coupant le texte des catégories canoniques de la dramaturgie (personnage, psychologie, déroulement logique du récit et toute forme d'imitation). Si une incarnation doit avoir lieu, ce sera celle du mot par le corps de l'acteur, et peu importe que le texte original en sorte malmené, déformé. Ne contenant ni véritable dialogue ni action dramatique, les pièces de Novarina semblent jouer un drame des origines, celui de la langue. « J'écris des livres dont l'action est de parler », dit-il. Si la parole est généralement précédée d'un nom en charge de la pronon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  NOVARINA VALÈRE (1947- )  » est également traité dans :

L'ORIGINE ROUGE (V. Novarina)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 908 mots

L'œuvre de Valère Novarina se signale par son inventivité. L'écrivain possède une langue débordante de sève, fluide mais musclée, ressassante mais protéiforme, obsessionnelle mais inlassablement réinventée. On peut y entendre l'écho des créations verbales chères à Artaud, Tardieu ou Joyce, et de vertigineuses généalogies de la Bible. Cette langue, ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-origine-rouge/#i_98588

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un être métamorphique »  : […] Malgré des essais de théorisation, l'art de l'acteur reste profondément empirique. Et pour cause, puisque le matériau et l'outil de son art ne sont autres que sa propre chair. Si la tradition parle d'incarnation – faire rentrer dans sa chair un être de mots, le personnage –, elle semble plus proche de la vérité que celle qui inciterait à croire que l'acteur doit rentrer dans la peau du personnage. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_98588

Pour citer l’article

David LESCOT, « NOVARINA VALÈRE (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valere-novarina/