CORÉE DU NORD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique populaire démocratique de Corée (KP)
Chef de l'État et du gouvernementKim Jong-un (depuis le 11 avril 2012)
CapitalePyongyang
Langue officiellecoréen
Unité monétairewon nord-coréen (KPW)
Population25 887 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)122 762

Économie et société

L'économie nord-coréenne est fondée sur la nationalisation et la collectivisation à 100 p. 100, achevées en 1958. Elle est centralisée, planifiée et dirigée par le Parti du travail.

Dans ce « paradis socialiste », l'individu est pris en charge par l'État, de la naissance à la mort. La scolarisation et les soins médicaux sont gratuits ; il n'y a pas d'impôt. L'habillement et l'alimentation sont rationnés mais à bas prix ; le logement est attribué contre un loyer modique. En revanche, les salaires sont très bas ; les produits de luxe, vendus dans les magasins, sont hors de prix ; les gens n'ont pas le droit de circuler librement et sont soumis à un endoctrinement et à un travail forcé afin de réaliser les objectifs fixés. Sous un totalitarisme anachronique, le culte des Kim père et fils est poussé à son paroxysme.

La Corée du Nord a connu une forte diminution de sa population pendant la guerre de Corée. Elle comptait 9,7 millions d'habitants en 1949, mais seulement 9 millions en 1955 puisque, en plus des morts dus à la guerre, près d'un million de personnes avaient fui le régime communiste pour aller s'installer au Sud. Depuis lors, la population s'est accrue à un rythme rapide, pour atteindre 23,3 millions d'habitants en 2008, avec un taux d'accroissement annuel de 0,85 p. 100. On estime à près d'un million et demi le nombre de personnes mortes de la famine entre 1995 et 2005.

Le Nord était favorisé, au départ, par la présence des industries lourdes que les Japonais y avaient laissées. Pyongyang bénéficia aussi de l'aide économique de ses alliés socialistes (U.R.S.S., Chine).

Avant la guerre, le pouvoir a lancé deux plans annuels de développement (1947 et 1948) et un plan biennal (1949-1950) et, après la guerre, il a mis en œuvre un plan triennal (1954-1956), un plan quinquennal (1957-1961), un plan septennal (1961-1967) prolongé jusqu'en 1970, suivi de trois autres plans septennaux (1971-1976 avec une année de réajustement, 1978-1984, 1985-1991). Depuis 1991, Pyongyang ne pratique plus le plan.

L'économie nord-coréenne, après avoir enregistré un taux de croissance remarquable avec 8,5 p. 100 en moyenne par an en 1961-1970, a subi ensuite une décélération accentuée, puis une croissance négative, entretenue par la crise financière mondiale de 2008.

La production agricole n'est plus suffisante à cause du manque d'engrais chimique et de fréquentes inondations. La quantité de céréales manquante est estimée à 2 millions de tonnes par an. Les famines ont obligé les autorités à réduire la ration de riz.

Le commerce est nationalisé, et le commerce extérieur ne joue qu'un rôle secondaire, répondant aux seuls besoins de la réalisation des plans. Concernant les exportations, les principaux partenaires sont la Chine, la Corée du Sud et l’Inde ; concernant les importations, ce sont la Chine, la Corée du Sud, la Russie et Singapour.

Le système de Daean, lancé en 1961, fait du comité du Parti du travail l'organe de gestion des entreprises. La croissance industrielle a été très forte dans les années 1950-1960, puis le rythme s'est ralenti. Elle est capable de produire des équipements lourds tels que machines-outils, presses lourdes, tracteurs, excavatrices, véhicules. Pourtant les Nord-Coréens s'aperçurent que ni l'U.R.S.S. ni les pays socialistes de l'Europe de l'Est n'étaient en mesure de lui fournir de nouvelles technologies. Alors, ils s'adressèrent au Japon et aux pays européens, ce qui entraîna un endettement. Pyongyang fut déclaré en cessation de paiement en août 1987.

La Corée du Nord souffre des conséquences de son isolement international et de la pénurie alimentaire. Aujourd'hui les usines vieillottes tournent bien au-dessous de leur capacité, faute d'énergie. L'impasse dans laquelle se trouve Pyongyang se traduit par de nombreuses défections, de simples citoyens aux plus hauts dirigeants. La plupart de ces transfuges vivent en Corée du Sud, et quelques-uns aux États-Unis.

Malgré les aides alimentaires d'organismes internationaux comme la F.A.O., l'O.M.S., l'U.N.I.C.E.F., Médecins sans frontières, et de pays comme la Corée du Sud, le Japon et les États-Unis, ou l'Union européenne, les Nord-Coréens souffrent d'une carence alimentaire aiguë, à la suite des inondations successives qui ont détr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Corée du Nord : carte physique

Corée du Nord : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Corée du Nord : drapeau

Corée du Nord : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Corée du Nord : villes et infrastructures

Corée du Nord : villes et infrastructures
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Kim Il-sung, 1958

Kim Il-sung, 1958
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • : professeur des Universités, université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  CORÉE DU NORD  » est également traité dans :

CORÉE DU NORD, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Les sociétés nord et sud-coréennes, confrontées en 2008 à la crise financière internationale comme le reste du monde, étaient déjà en proie à des incertitudes et à des difficultés économiques, politiques et sociales différentes, mais non pas moins cruciales. La crise larvée de part et d'autre du 38e parallèle n'est donc pas purement économique, mais traduit en plus, et depui […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les priorités de la diplomatie chinoise après Tiananmen (1989) »  : […] Au lendemain du massacre de Tiananmen, la Chine s'est efforcée de sortir de son isolement diplomatique et de s'associer peu à peu à un plus grand nombre d'organisations et de mécanismes multilatéraux de négociations. L'envoi de forces de maintien de la paix au Cambodge en 1991 et la signature par la Chine du traité de non-prolifération en 1992 sont les deux premiers jalons les plus caractéristique […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le rôle dirigeant du parti »  : […] Dans tous les États socialistes, l'économie a été dirigée par le parti dominant dès l'installation des communistes au pouvoir, que le parti se dénomme effectivement « communiste » ou non, qu'il soit formellement unique ou qu'il constitue l'élément moteur d'une « alliance » ou d'un « front » de partis socialistes. Il a rarement assuré la direction immédiate des activités économiques par son propr […] Lire la suite

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Paysages »  : […] Par ses paysages et son climat, le Sud s'apparente davantage au Japon, le Nord se rattachant nettement au milieu continental asiatique par son relief massif et son climat presque soustrait aux influences maritimes. Le relief de la Corée du Sud s'abaisse doucement depuis la haute chaîne côtière orientale (mont du Diamant Kŭmgang- san ) aux reliefs fantastiques et dont les forêts profondes recèlent […] Lire la suite

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 272 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « De la division à la guerre de Corée »  : […] Le communiqué commun publié à la suite de la conférence entre Roosevelt, Churchill et Chang Kaishek, qui s'est tenue au Caire en novembre 1943, comporte une clause spéciale sur la Corée : « Nous reconnaissons que le peuple coréen se trouve dans un état d'esclavage et que la Corée doit être libre et indépendante en temps opportun. » À Yalta, en février 1945, les quatre grandes puissances, lors du […] Lire la suite

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Dans le chapitre « La littérature de la Corée du Nord »  : […] « Des hommes qui créent une société progressiste en détruisant une société conservatrice, qui éliminent l'influence fasciste et qui luttent pour réaliser une société démocratique. » C'est en ces termes que Kim Ilsŏng [Kim Il-sŏng], président du comité central du Parti du travail de Corée et Premier ministre, définissait, au mois de mai 1946, les hommes de lettres et les artistes. Cette définiti […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Dans le chapitre « Le cinéma nord-coréen, de l’expansion à l’abandon »  : […] Le cinéma nord-coréen paraît suivre le destin inverse. Dès la fin de la guerre de Corée, le nouveau régime prend en main le développement du septième art et les studios de Pyongyang sont rapidement reconstruits. Le pays produit sa première fiction en 1949 : Mon pays natal , de Kang Hong-sik. De jeunes cinéastes sont envoyés à Moscou pour y étudier dans les studios russes. Des cinéastes du bloc de […] Lire la suite

CORÉE DU SUD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Stéphane THÉVENET
  • , Universalis
  •  • 11 366 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Relations extérieures »  : […] Dans le domaine des relations internationales, des Coréens ont accédé, au début du xxi e  siècle, à la plus haute fonction dans des organisations mondiales, tel Lee Jong-Wook, spécialiste de la tuberculose, qui a occupé le poste de directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, de juillet 2003 à mai 2006, ou Ban Ki-moon, ministre des Affaires étrangères, qui a été élu, le 13 octobre 200 […] Lire la suite

GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954)

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 443 mots
  •  • 2 médias

La conférence de Genève réunit du 26 avril au 21 juillet 1954 les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'U.R.S.S., de la France, de la république populaire de Chine (dont ce fut l'entrée sur la scène diplomatique), des deux Corées, du Laos, du Cambodge, du Vietnam et du Viêt-minh. La conférence s'occupa d'abord de la Corée, puis essentiellement de l'Indochine. Sur la Corée l'é […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 octobre 2021 Corée du Nord. Annonce du test d'un tir de missile balistique depuis un sous-marin.

Pyongyang affirme avoir testé avec succès, la veille, le tir d’un missile balistique depuis un sous-marin. Si elle était confirmée, cette avancée technologique conférerait au pays une capacité inédite de déploiement et de seconde frappe. Deux précédents essais de tirs sous-marins, en 2016 et 2019, avaient été effectués –mais depuis une plateforme immergée selon des experts occidentaux. […] Lire la suite

11-30 septembre 2021 Corée du Nord. Tirs de missiles.

Du 11 au 30, Pyongyang procède aux tirs de plusieurs missiles de portées et de technologies diverses, démontrant le renforcement de ses capacités offensives. Dans le même temps, le régime de Kim Jong-un fait preuve d’ouverture à l’égard de Séoul en laissant entrevoir la possibilité d’un sommet intercoréen, tout en continuant de rejeter les propositions de rencontres « sans conditions préalables » faites par Washington. […] Lire la suite

8 août - 5 septembre 2021 Japon. Jeux Olympiques de Tōkyō.

La Corée du Nord avait renoncé à participer aux Jeux pour des raisons sanitaires. Plusieurs athlètes, testés positifs au coronavirus, ont dû déclarer forfait. La quasi-totalité des épreuves se sont déroulées à huis clos en raison de la pandémie. Lors de la cérémonie de clôture, la gouverneure de Tōkyō Yuriko Koike transmet le drapeau olympique à Anne Hidalgo, maire de Paris où doivent se dérouler les Jeux d’été 2024. […] Lire la suite

27 juillet 2021 Corée du Sud – Corée du Nord. Rétablissement des canaux de communication entre Séoul et Pyongyang.

Le jour anniversaire de l’arrêt des hostilités de la guerre de Corée, en 1953, Séoul et Pyongyang annoncent le rétablissement de leurs canaux de communication, inactifs depuis la destruction par le régime de Kim Jong-un du bureau de liaison entre les deux Corées, en juin 2020. Ce geste ouvre la voie à une reprise du dialogue intercoréen qui avait conduit en 2018 à trois rencontres entre les dirigeants des deux pays et à un sommet entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump. […] Lire la suite

10 janvier 2021 Corée du Nord. Nomination de Kim Jong-un au poste de secrétaire général du Parti du travail.

Le VIIIe congrès du Parti du travail promeut Kim Jong-un au poste de secrétaire général. Ce titre symbolique le place au même niveau que son père Kim Jong-il et que son grand-père Kim Il-sung. Au pouvoir depuis décembre 2011, Kim Jong-un avait été nommé premier secrétaire en avril 2012, puis président du parti en mai 2016, le poste de secrétaire général restant vacant. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valérie GELÉZEAU, Jin-Mieung LI, « CORÉE DU NORD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-du-nord/