CONNAISSEURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Amateurs et connaisseurs

Au xviie siècle, l'histoire de l'art élabore ses structures. Les ouvrages des historiens suscitent l'intérêt des gens épris de culture et celui des grands amateurs. Sans employer le terme, Carel van Mander dans son Livre de peinture (1604) évoque les connaisseurs, dont les avis font autorité et s'appliquent principalement à l'attribution des œuvres. En France, Roger de Piles publie en 1677 une Conversation sur la connaissance de la peinture et sur le jugement qu'on doit faire des tableaux. Il reprend l'idée dans son Abrégé de la vie des peintres, en 1699, distinguant nettement « le curieux, qui se fait une idée d'un maître sur trois ou quatre tableaux qu'il aurait vu » et « le connaisseur, habile par ses talents, par ses réflexions et par sa longue expérience ». Le terme est désormais consacré, la « fonction » existe. Elle s'exerce et s'épanouit dans le milieu raffiné des grands amateurs parisiens du xviiie siècle, dans le cercle privilégié du financier Crozat.

C'est là que s'affirme la personnalité de celui qui fut sans doute le type le plus accompli du connaisseur, Pierre-Jean Mariette. Dans ses lettres, dans son Abecedario, il évoque ses relations suivies avec le comte de Caylus, archéologue, graveur, expert en antiques, avec Jean de Julienne, le graveur de Watteau, éminent collectionneur de dessins et de peintures, grand amateur aussi de porcelaines de Chine, avec l'abbé de Marolles enfin, traducteur de Vasari, et qui fut, dit-il, « le connaisseur le plus judicieux et le plus éclairé de son siècle ». Cette clarté de jugement, cette intelligence intuitive ont été aussi les traits dominants de Mariette, qui allait acquérir peu à peu une autorité incontestée, non seulement dans le domaine de la gravure et du dessin – dont il réunit une admirable collection –, mais aussi « dans toutes les matières du ressort des arts ». Il entretien [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONNAISSEURS  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « connaisseur » »  : […] À quel moment l'attribution perd-elle son rôle d'auxiliaire pour devenir l'instrument par excellence de l'historien de l'art ? Au xvii e  siècle déjà, époque qui vit la fondation des grandes galeries princières, le problème du « connaisseur » est abordé en France par A. Félibien des Avaux (1619-1695) et par R. de Piles (1635-1709), en Italie par F. Baldinucci (1624-1696), et la validité des méthod […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Recrudescence des faux antiques au XVIIIe siècle »  : […] Le trafic des faux tableaux se poursuit au xviii e  siècle, mais d'une façon moins aisée, car le commerce d'art s'organise, sort des officines des peintres, et l'on voit apparaître alors le connaisseur, dont le Français Mariette est le type le plus accompli en Europe. En outre, on attribue de plus en plus de valeur à la griffe originale des maîtres ; au siècle précédent, la copie conservait au co […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel public pour l'art ? »  : […] Dans l'art occidental tel que nous le connaissons, la notion de public commence avec le mécénat, autrement dit la commande d'œuvres par des instances collectives, religieuses d'abord, princières ensuite, avec le développement de la « curialisation » analysée par Norbert Elias dans La Société de cour . Dans ce contexte cultuel ou somptuaire, les œuvres avaient deux catégories de spectateurs : d'un […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crise du marché et l'anomie esthétique »  : […] La crise de l'ensemble du marché de l'art date de 1975. Elle est liée à la conjoncture économique générale, mais n'atteint pas de la même manière les différents secteurs du marché. Moins vulnérable que celui de l'art rigoureusement contemporain, le marché des œuvres entrées dans l'histoire connaît cependant ses propres difficultés. La raréfaction de l'offre accentue la compétition interne entre le […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « L'espace mythique de l'œuvre d'art »  : […] Peu de nations ont développé aussi tôt, de façon aussi profonde et continue, la notion de « connaisseurs ». Né du respect pour l'Antiquité, de l'importance accordée à la culture littéraire et historique de l'honnête homme, le goût des œuvres d'art anciennes a favorisé en Chine non seulement la constitution de grandes collections, et cela dès les premiers siècles de notre ère, mais aussi l'apparit […] Lire la suite

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La galerie de peintures »  : […] Cette tradition de la collection de peinture s'était développée à Venise au xvi e  siècle. Dès 1520 se manifeste, à la fois chez les lettrés et le patriciat, un goût indéniable pour les tableaux de chevalet. Gabriele Vendramin évoque avec fierté dans son testament sa collection de soixante peintures « de mains d'hommes très excellents, et de grand prix » ; les Barbarigo collectionnent exclusivemen […] Lire la suite

CROZAT PIERRE (1665-1740)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 760 mots

Collectionneur français. La famille Crozat a bâti une considérable fortune, à Toulouse d'abord, puis à Paris, grâce aux bénéfices des fournitures aux armées et à ceux d'un négoce maritime reposant sur le monopole commercial (Compagnie des Indes, Louisiane) et appuyé par la haute aristocratie. Cette richesse explique l'un des cadres de vie les plus fastueux et les plus raffinés du temps, après les […] Lire la suite

CURIOSITÉ, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 290 mots

Le dictionnaire de Trévoux (1771) donne en trois mots les composantes de la curiosité, «  Curiosus, cupidus, studiosus  » : l'attention, le désir, la passion du savoir. Il est étonnant que, dès les origines, le mot désigne à la fois l'état du sujet et la nature de l'objet, et qu'il soit toujours resté attaché à l'activité artistique ou scientifique de l'amateur. « Ce mot est reçu parmi les amateur […] Lire la suite

FRIEDLÄNDER MAX (1867-1958)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 396 mots

Historien d'art allemand, Friedländer se forme auprès de grands « connaisseurs » de la peinture allemande : Bayersdorfer, Scheibler — le spécialiste de l'« école de Cologne » — et W. von Bode, dont il est l'assistant pendant de nombreuses années aux musées de Berlin. Friedländer préfère être qualifié de « connaisseur » plutôt que d'« historien d'art ». Il se défie des grandes théories artistiques […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « CONNAISSEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/connaisseurs/