CONNAISSEURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connaisseurs, historiens et critiques

Hogarth dénonçait les procédés des faux connaisseurs. Leur prolifération au xixe siècle va susciter une évolution dans l'attitude des experts authentiques. « La connoisseurship en peinture est devenue une technique sérieuse et, soumettant ses verdicts à des règles intelligibles, elle s'additionne volontiers de quelque philosophie » (E. Wind). Plus que l'intuition, que la réaction spontanée, ce sont les critères codifiés qui deviennent les bases de la connaissance, en réponse aux critiques dénonçant le côté « inspiré », oraculeux, des jugements sans appel émis par les autorités plus ou moins reconnues. Cette mutation, qui devait entraîner la disparition du connaisseur à l'état pur, est l'œuvre de l'un des plus remarquables d'entre eux, l'Italien Giovanni Morelli (1816-1891). Pour démystifier le rôle de l'arbitre suprême, prononçant avec assurance des attributions devant lesquelles il faut s'incliner, Morelli met au point et publie sous forme de dialogues une méthode très précise fondant les attributions sur l'analyse des détails, des accessoires – le dessin d'une main, d'une oreille – qui semblent secondaires et pour cela échappent à l'attention des faussaires ou des imitateurs, mais révèlent directement l'« écriture » du maître. De là, pour Morelli et pour beaucoup de ceux qui l'ont suivi, l'importance attachée au dessin, à l'esquisse, à la « touche authentique », avec cette conséquence que le connaisseur, « cultivant le « fragment pur », transforme l'art tout entier en musique de chambre à usage intime ».

Au xixe siècle, morelliens ou non, les connaisseurs sont de plus en plus influencés, souvent inconsciemment, par les méthodes, les philosophies, les théories esthétiques dont la diffusion s'accélère grâce à l'édition et au développement de la critique d'art. À côté des collectionneurs et des historiens d'art, il y a, certes, d'authentiques connaisseurs. C'est le cas, pour ne citer qu'eux, des frères Goncourt. Peut-être parce qu'ils [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONNAISSEURS  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_4143

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « connaisseur » »  : […] À quel moment l'attribution perd-elle son rôle d'auxiliaire pour devenir l'instrument par excellence de l'historien de l'art ? Au xvii e  siècle déjà, époque qui vit la fondation des grandes galeries princières, le problème du « connaisseur » est abordé en France par A. Félibien des Avaux (1619-1695) et par R. de Piles (1635-1709), en Italie par F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-attribution/#i_4143

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Recrudescence des faux antiques au XVIIIe siècle »  : […] Le trafic des faux tableaux se poursuit au xviii e  siècle, mais d'une façon moins aisée, car le commerce d'art s'organise, sort des officines des peintres, et l'on voit apparaître alors le connaisseur, dont le Français Mariette est le type le plus accompli en Europe. En outre, on attribue de plus en plus de valeur à la griffe originale des maîtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/#i_4143

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel public pour l'art ? »  : […] Dans l'art occidental tel que nous le connaissons, la notion de public commence avec le mécénat, autrement dit la commande d'œuvres par des instances collectives, religieuses d'abord, princières ensuite, avec le développement de la « curialisation » analysée par Norbert Elias dans La Société de cour . Dans ce contexte cultuel ou somptuaire, les œuvres avaient deux catégories […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-public-et-art/#i_4143

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crise du marché et l'anomie esthétique »  : […] La crise de l'ensemble du marché de l'art date de 1975. Elle est liée à la conjoncture économique générale, mais n'atteint pas de la même manière les différents secteurs du marché. Moins vulnérable que celui de l'art rigoureusement contemporain, le marché des œuvres entrées dans l'histoire connaît cependant ses propres difficultés. La raréfaction de l'offre accentue la compétition interne entre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-le-marche-de-l-art/#i_4143

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « L'espace mythique de l'œuvre d'art »  : […] Peu de nations ont développé aussi tôt, de façon aussi profonde et continue, la notion de « connaisseurs ». Né du respect pour l'Antiquité, de l'importance accordée à la culture littéraire et historique de l'honnête homme, le goût des œuvres d'art anciennes a favorisé en Chine non seulement la constitution de grandes collections, et cela dès les premiers siècles de notre ère, mais aussi l'apparit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_4143

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La galerie de peintures »  : […] Cette tradition de la collection de peinture s'était développée à Venise au xvi e  siècle. Dès 1520 se manifeste, à la fois chez les lettrés et le patriciat, un goût indéniable pour les tableaux de chevalet. Gabriele Vendramin évoque avec fierté dans son testament sa collection de soixante peintures « de mains d'hommes très excellents, et de grand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_4143

CROZAT PIERRE (1665-1740)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 760 mots

Collectionneur français. La famille Crozat a bâti une considérable fortune, à Toulouse d'abord, puis à Paris, grâce aux bénéfices des fournitures aux armées et à ceux d'un négoce maritime reposant sur le monopole commercial (Compagnie des Indes, Louisiane) et appuyé par la haute aristocratie. Cette richesse explique l'un des cadres de vie les plus fastueux et les plus raffinés du temps, après les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-crozat/#i_4143

CURIOSITÉ, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 290 mots

Le dictionnaire de Trévoux (1771) donne en trois mots les composantes de la curiosité, «  Curiosus, cupidus, studiosus  » : l'attention, le désir, la passion du savoir. Il est étonnant que, dès les origines, le mot désigne à la fois l'état du sujet et la nature de l'objet, et qu'il soit toujours resté attaché à l'activité artistique ou scientifique de l'amateur. « Ce mot est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/curiosite-histoire-de-l-art/#i_4143

FRIEDLÄNDER MAX (1867-1958)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 396 mots

Historien d'art allemand, Friedländer se forme auprès de grands « connaisseurs » de la peinture allemande : Bayersdorfer, Scheibler — le spécialiste de l'« école de Cologne » — et W. von Bode, dont il est l'assistant pendant de nombreuses années aux musées de Berlin. Friedländer préfère être qualifié de « connaisseur » plutôt que d'« historien d'art ». Il se défie des grandes théories artistiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-friedlander/#i_4143

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Le connaisseur japonais »  : […] L'intérêt des Japonais pour les créations artistiques ne s'est pas manifesté aussi tôt qu'en Chine. L'élaboration de traités d'esthétique ou de commentaires sur le développement de la calligraphie ou de la peinture fut tardive en ce pays. L'approche des Japonais vis-à-vis de l'œuvre d'art est plus sensible qu'intellectuelle ; elle se base sur une observation minutieuse des moindres détails d'une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_4143

JULLIENNE JEAN DE (1686-1766)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 328 mots

Grand mécène et protecteur de Watteau, dont il posséda plus de quatre cents dessins et jusqu'à quarante tableaux, Jean de Jullienne tenait sa fortune de l'industrie teinturière : Colbert avait appelé sa famille, des marchands hollandais, à Paris où il naquit. En 1721, il prit possession des ateliers que ses parents avaient installés sur la Bièvre. Son hôtel existe encore au 3  bis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-jullienne/#i_4143

MARIETTE PIERRE JEAN (1694-1774)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 862 mots

Éditeur et collectionneur français. À l'enseigne des Colonnes d'Hercule (rue Saint-Jacques), P. J. Mariette a perpétué la tradition familiale de plusieurs générations d'éditeurs et de marchands-graveurs parisiens, avant d'être reconnu comme un exceptionnel amateur , dans un siècle qui consacre la passion de collectionner et l'érudition éclairée. Spécial […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jean-mariette/#i_4143

MARMOTTAN PAUL (1856-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 522 mots

Historien d'art et collectionneur français. Appartenant à la catégorie des amateurs d'art issus du milieu industriel et financier et à celle des grands donateurs de musées (qui portent souvent leurs noms), Paul Marmottan s'est longtemps qualifié d'« artiste sans spécialité ». C'est d'abord à la recherche historique et à la publication de travaux d'érudition qu'il s'est consacré : études sur Paris, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-marmottan/#i_4143

MUSÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • André DESVALLÉES, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 13 792 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Trésors et collections »  : […] Le goût de la collection est sans doute fort ancien : à l'âge paléolithique déjà, l'homme rassemblait des séries de coquillages, de cailloux, d'os d'animaux qui pouvaient servir d'ornements vestimentaires et qui constituèrent les premiers « trésors ». Mais cette activité fut tout d'abord due à la préoccupation de la vie dans l'au-delà ; ainsi, les Égyptiens formaient d'immenses dépôts d'objets, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/museologie/#i_4143

RECUEIL CROZAT, Pierre Jean Mariette - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Chiara GAUNA
  •  • 1 046 mots

En 1729, le premier volume d'un livre d'un genre absolument nouveau paraît à Paris : il est aujourd'hui connu comme le Recueil Crozat . En 1721, le Régent, Philippe II d'Orléans, avait proposé à son ami, le collectionneur et mécène Pierre Crozat, l'idée d'un recueil d'estampes d'après les plus beaux tableaux italiens figurant dans les collections françaises. Le comité éditor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recueil-crozat/#i_4143

VOLLARD AMBROISE (1868-1939)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 449 mots

Le flair de ce marchand de tableaux parisien, né à Saint-Denis de la Réunion, qui, après des études de droit, sut découvrir quelques-uns parmi les plus grands artistes de l'art moderne et assurer leur renom en même temps que sa fortune, fait d'Ambroise Vollard le symbole d'une réussite exceptionnelle dans un métier hasardeux et difficile. Dans ses piquants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambroise-vollard/#i_4143

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « CONNAISSEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaisseurs/