CONCURRENCE, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les imperfections de la concurrence

Elles ont toutes, quelle qu'en soit l'origine, un trait commun : le ou les offreurs de biens comparables jouissent d'un pouvoir de monopole, d'une faculté de fixer le prix qui leur permet d'extraire du marché un profit durable, une rente de monopole. D'où provient ce pouvoir de marché ?

Pouvoir de marché et rente de monopole

Le monopole pur de la théorie conserve toutes les propriétés des marchés parfaits, sauf une : un seul vendeur fait face à un grand nombre de clients potentiels. Dans ce cas, l'offreur satisfait toute la demande solvable et il subit directement la loi de saturation de la demande qui le contraint à baisser son prix sur la totalité des ventes, si ce prix est unique et s'il souhaite augmenter les quantités vendues. Sa connaissance parfaite des réactions de la demande à chaque niveau de prix possible lui permet de régler la quantité offerte au mieux de son intérêt. Et son intérêt, qui est de maximiser son profit, est de fixer la quantité offerte au niveau précis où la recette marginale procurée par la dernière unité vendue égale le coût marginal de sa production. En effet, s'il désire vendre une plus grande quantité en baissant son prix, cela lui coûte plus cher que cela lui rapporte ; inversement, s'il augmente son prix, il subit un manque à gagner en vendant une moindre quantité. Au prix d'équilibre, unique pour tous les acheteurs, le monopole perçoit une recette moyenne supérieure au coût marginal et au coût moyen. Le profit, ou rente de monopole, est égal à la différence entre la recette moyenne par unité vendue multipliée par la quantité vendue. Ce profit se maintient tant que l'offreur conserve son monopole et le pouvoir de marché qui lui est associé. Alors que, dans un contexte de concurrence pure et parfaite, l'offreur s'adapte au prix du marché (price taker), le monopole est « faiseur de prix » (price maker).

Quand, en infraction avec la loi du prix unique prévalant en concurrence pure et parfaite, le monopole s'avise de segmenter sa clientèle en sous-marchés isolés, il peut faire payer plus cher les clients [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite d'économie à l'université de Paris-IX-Dauphine

Classification


Autres références

«  CONCURRENCE, économie  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre HUIBAN, 
  • Egizio VALCESCHINI
  •  • 7 299 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'arrivée du « hard discount » relance la concurrence par les prix »  : […] Au début des années 1990, dans un contexte marqué par l'affaiblissement du pouvoir d'achat d'une partie croissante de la population, le hard discount (formule existant depuis l'après-guerre aux États-Unis) retrouve une nouvelle vitalité : les chaînes allemandes, comme Aldi ou Lidl, s'implantent dans le reste de l'Europe. Leur succès incite les grands groupes européens à investir dans ce mode de […] Lire la suite

A.M.A.P. (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 2 981 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les A.M.A.P., un monde d’associations en évolution permanente »  : […] Depuis le début des années 2000, le nombre des A.M.A.P. en France a véritablement explosé et l’on constate désormais une diffusion sur l’ensemble du territoire national – alors qu’au départ les régions du sud de la France étaient principalement concernées. Pourtant, bien des A.M.A.P. ont également disparu, avant de renaître parfois. Compte tenu de ce renouvellement permanent, il est impossible de […] Lire la suite

ANTITRUST LÉGISLATION

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 656 mots

Le développement économique des États-Unis s'est accompagné, dès le dernier quart du xix e  siècle, d'une tendance à la concentration des entreprises industrielles, commerciales et financières, parfois réalisée au moyen d'opérations brutales, voire frauduleuses. Cette situation a incité le législateur américain à intervenir pour protéger la libre concurrence. En 1890, le Congrès adopte la loi Sher […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

Dans le chapitre « La politique accommodante de la Réserve fédérale »  : […] De la résolution des krachs boursiers de 1987 et de 2001 au financement des « déséquilibres globaux » en passant par le surcroît de crédits souscrits par les ménages américains, on retrouve à chaque fois la politique monétaire du président de la Réserve fédérale des États-Unis, Alan Greenspan. Pour le banquier central, si les pouvoirs publics ne peuvent pas éviter les crises, ils devraient en rev […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une création artificielle des pouvoirs publics ? »  : […] Parmi les économistes, un débat s'est instauré sur les raisons d'être d'une banque centrale. Un premier courant, celui du free banking , est partisan de la libre concurrence bancaire (Selgin, 1992) : l'émission de monnaie et les banques doivent être régulées par le marché et la concurrence, à l'instar des expériences de l'Écosse au xviii e  siècle et des États-Unis avant 1913. Pour ces auteurs, la […] Lire la suite

BOYCOTTAGE

  • Écrit par 
  • Berthold GOLDMAN
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Licéité du boycottage »  : […] Le boycottage entre entreprises est-il nécessairement illicite ? De prime abord, on est tenté de l'admettre, car il porte atteinte à la liberté industrielle et commerciale, ou plus généralement économique du boycotté, qui demeure un des principes fondamentaux des sociétés libérales ou néo-libérales, au point que l'on y voit quelquefois un droit de la personnalité ; mais ne peut-on pas rétorquer q […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 275 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Concurrence et économie de marché »  : […] Si l'on définit l'économie de marché comme une économie de concurrence pure et parfaite où aucun agent n'a le pouvoir d'influer sur les prix, cette économie n'a jamais existé. Mais la théorie de la concurrence monopolistique ou imparfaite, développée dans l'entre-deux-guerres par Joan Robinson et Edward Hastings Chamberlin, introduit dans le fonctionnement du marché ces situations plus proches de […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « La mise en cause d'hypothèses restrictives »  : […] Une première série d'explications de l'incapacité des modèles macroéconomiques à prévoir plus qu'une faible part des variations de change a consisté à mettre en cause les hypothèses sur lesquelles reposent ces modèles. Ainsi les modèles monétaires sont fondés sur l'hypothèse de convergence du taux de change vers son niveau de parité des pouvoirs d'achats (P.P.A.), c'est-à-dire vers le cours qui ég […] Lire la suite

COMMERCE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MUCCHIELLI
  •  • 1 497 mots

Dans le chapitre « Le gain de l'échange »  : […] L'échange intervient si le gain, par rapport à une situation d'autarcie, est réciproque pour les deux partenaires. Il faut donc avoir un avantage à produire quelque chose (pour la Chine, des chemises par exemple) afin de l'échanger ensuite contre un autre produit (des avions Airbus) en provenance de l'étranger (France). « Le commerce permet alors aux individus et aux pays de se concentrer sur les […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Concurrence monopolistique »  : […] En 1979, Paul Krugman applique au commerce international le cadre concurrentiel imaginé deux ans avant par Avinash Dixit et Joseph Stiglitz. Le modèle Dixit-Stiglitz-Krugman est depuis lors devenu le cadre théorique de référence pour examiner les questions de commerce dès que les questions d'interdépendance stratégique ne sont pas centrales. L'année suivante, Kelvin Lancaster a indépendamment prop […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre « Nouvelles théories du commerce »  : […] Si la notion d'avantages comparatifs n'est pas associée à une structure de marché particulière, les modèles de commerce international qui fondent leur analyse sur les avantages comparatifs font cependant l'hypothèse d'une concurrence parfaite. Dans les années 1980, les développements de la science économique ont, en revanche, donné une nouvelle dimension à l'analyse du commerce international en y […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Division internationale du travail

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 3 920 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle donne concurrentielle »  : […] Jusqu'au milieu de la décennie de 1990, même si quelques secteurs (habillement, jouets...) étaient fortement affectés, l'impact de l'émergence de nouveaux concurrents sur les volumes de commerce restait limité, l'essentiel du commerce se faisant entre pays industrialisés, c'est-à-dire entre des pays similaires en termes de dotations en facteurs de production. Cette similarité limitait l'ampleur d […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 7 532 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les obstacles non tarifaires (ONT) »  : […] Les gouvernements utilisent aussi des barrières non douanières pour limiter les importations. La diversité des obstacles non tarifaires (ONT), leur hétérogénéité et leur manque de transparence permettent à beaucoup de pays de freiner certains flux commerciaux, qui semblent peu protégés, si on considère uniquement les droits de douane. En font partie les restrictions quantitatives, les subventions, […] Lire la suite

COMPÉTITIVITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MUCCHIELLI
  •  • 1 332 mots
  •  • 1 média

Le terme « compétitivité », dont l'origine latine ( competere ) évoque l'idée de « rechercher ensemble », mais aussi celle de « se rencontrer en un même point », désigne l'aptitude à affronter des situations de concurrence et à rivaliser avec autrui. Fréquemment employée par les économistes, la notion a été initialement définie et appréhendée au niveau de l'entreprise, puis transposée au plan mac […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Typologie des conduites »  : […] K. Boulding a tiré de cette analyse la plus grande partie de ces concepts de base ; il a en particulier construit une typologie célèbre des conduites à l'égard d'autrui, qui éclaire bien l'utilité de sa démarche. Rappelons-la brièvement. Si on simplifie au maximum les attitudes possibles en les appelant amicales ou hostiles, on peut distinguer les types suivants : le yogi répond de manière toujou […] Lire la suite

CONSOMMATION - Dépenses de consommation

  • Écrit par 
  • Nicolas HERPIN, 
  • Daniel VERGER
  •  • 5 716 mots

Dans le chapitre « Le cadre institutionnel »  : […] Enfin, la décision de consommation s'exerce dans un cadre institutionnel donné. Les marchés non seulement mettent face à face consommateurs et producteurs, mais ils font également jouer un rôle à d'autres agents, au premier rang desquels l'État et les conventions, comme par exemple celles relatives au commerce international. Les marchés, de plus, ne sont pas tous concurrentiels. Pour certains bi […] Lire la suite

CONTINGENTEMENT

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CAILLAT
  •  • 421 mots

Limitation autoritaire apportée par l'État à certaines activités économiques ou commerciales, lesquelles ne doivent pas dépasser une limite ou contingent ; le contingentement est essentiellement une mesure de défense prise à l'encontre d'activités dont le libre développement pourrait compromettre des équilibres fondamentaux. Il en a été fait usage dans les secteurs les plus variés de l'économie : […] Lire la suite

COÛTS DE PRODUCTION

  • Écrit par 
  • Nicolas COUDERC
  •  • 1 496 mots

Dans le chapitre « Influence des rendements d'échelle sur la structure du marché »  : […] En général, et c'est l'hypothèse retenue par la théorie économique néo-classique « standard », il existe une taille optimale commune à toutes les entreprises présentes sur un même marché, car ces entreprises sont supposées caractérisées par la même fonction de production. Cela signifie que, sur un marché donné, une entreprise dont la taille est inférieure à la taille optimale a intérêt à augment […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'article de Ronald Coase (1937) constitue la pièce fondatrice de l'économie des coûts de transaction, bien qu'un autre auteur, l'économiste américain John Commons, ait presque simultanément mis au centre de sa réflexion le concept de transaction, mais dans un tout autre contexte, celui d'une analyse systémique. L'analyse initiale de Coase porte sur « la nature de la firme » et, plus précisément, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6 février 2019 • Union européenne • Rejet de la fusion entre Alstom et Siemens.

européenne ». Ce projet de fusion visait notamment à contrer le poids du géant du secteur, le Chinois CRRC. Dans une tribune conjointe publiée dans la presse, les ministres français et allemand de l’Économie, Bruno Le Maire et Peter Altmaier, se déclarent favorables à une « adaptation du droit européen de la concurrence ».  [...] Lire la suite

11 septembre 2012 • France • Publication du rapport d'expertise sur la situation de P.S.A.

Le gouvernement rend public le rapport d'expertise sur la situation de P.S.A. Peugeot Citroën qu'il avait demandé à Emmanuel Sartorius, ingénieur mandaté par le ministère de l'Économie et des Finances, à la suite de l'annonce, en juillet, de la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint [...] Lire la suite

1er-31 octobre 2008 • Crise économique mondiale • Réponses à la crise financière.

d'Angleterre d'une ligne de crédit de 200 milliards de livres et une prise de participation dans le capital des banques qui en font la demande, à concurrence de 50 milliards de livres. Dans un courrier adressé à ses vingt-six homologues européens, Gordon Brown propose d'offrir une garantie publique [...] Lire la suite

10-25 avril 2007 • France • Polémique autour des indemnités de départ de l'ancien coprésident d'E.A.D.S., Noël Forgeard.

de l'Airbus A380. Le montant de son préavis, de ses indemnités de départ et de l'indemnité liée à une clause de non-concurrence s'élève à 8,54 millions d'euros. En mars 2006, Noël Forgeard avait par ailleurs exercé des stock-options, trois mois avant la chute du titre E.A.D.S. causée par les retards [...] Lire la suite

15-20 mai 1998 • France • Accord avec la Commission de Bruxelles concernant le Crédit lyonnais.

Le 15, le ministre de l'Économie, Dominique Strauss-Kahn, et le commissaire européen chargé de la Concurrence, Karel Van Miert, parviennent à un accord sur les contreparties à l'aide apportée par l'État au Crédit lyonnais. Bruxelles avait approuvé le premier plan de sauvetage de la banque publique [...] Lire la suite

15 janvier - 6 février 1997 • France • Opposition des salariés du Crédit foncier au plan gouvernemental de démantèlement.

Le 15, le ministre de l'Économie Jean Arthuis confirme, devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le projet de démantèlement du Crédit foncier de France (C.F.F.). Spécialisé dans le financement de l'immobilier, le C.F.F. a été victime de l'effondrement du secteur [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain BIENAYMÉ, « CONCURRENCE, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/