ANTITRUST LÉGISLATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement économique des États-Unis s'est accompagné, dès le dernier quart du xixe siècle, d'une tendance à la concentration des entreprises industrielles, commerciales et financières, parfois réalisée au moyen d'opérations brutales, voire frauduleuses. Cette situation a incité le législateur américain à intervenir pour protéger la libre concurrence. En 1890, le Congrès adopte la loi Sherman qui déclare illégaux tous contrats, combinaisons ou conspirations tendant à restreindre le commerce entre les États et avec l'étranger, et délictueuse toute tentative de monopolisation de ce commerce.

La loi Sherman n'eut qu'un succès limité et les opérations qu'elle prétendait interdire se multiplièrent, en particulier après l'affaire Knight en 1895, les tribunaux ayant jugé qu'une entente entre fabricants groupant 90 p. 100 de la production du sucre ne constituait pas une infraction parce qu'elle portait sur des activités industrielles et non commerciales. Par contre les jugements rendus en 1911 contre la Standard Oil et l'American Tobacco Company contribuèrent à freiner la tendance à la création de monopoles, les mœurs des grandes entreprises s'étant entre-temps adoucies. En 1914, sous la présidence de Wilson qui avait proclamé le principe d'une « nouvelle liberté » de l'économie, la loi Clayton interdit les discriminations de prix, les achats d'actions d'une société par une autre, la nomination d'administrateurs communs à des sociétés dont la somme des capitaux dépasse un million de dollars, les contrats interdisant à un client de faire appel à la concurrence ; en même temps, cette loi exempte de ses propres dispositions les activités des syndicats ouvriers, et légalise le droit de grève, en vertu du principe que « le travail humain n'est pas une marchandise ». La grande crise de 1929 mit fin à une vague de fusions et de concentrations qui avait pu franchir le réseau des lois Sherman et Clayton à la faveur de la prospérité générale, et la politique du New Deal, inaugurée en 1933 sous la présidence de Franklin Roosevelt, renforça l'action antitrust. Ce qui n'empêcha pas, en 1946, le département de la Justice de souligner la gravité croissante du problème des monopoles.

La législation antitrust n'a pas cessé de manifester son existence et de voir son efficacité souvent mise en cause et parfois en défaut à l'occasion d'un certain nombre de procès, inégalement célèbres, portant sur des sujets très divers. En 1972, la compagnie Ford fut condamnée pour avoir indûment augmenté le prix de ses voitures et une action fut intentée contre plusieurs réseaux de radiodiffusion et de télévision accusés de combinaison et de monopolisation des programmes au mépris de la libre concurrence ; la même année, la Cour suprême des États-Unis confirmait un arrêt de 1922 exemptant des lois antitrust les équipes professionnelles de base-ball, cependant que celles de basket-ball se voyaient accuser de monopolisation. En 1972 encore, un journaliste incrimina la division antitrust du département de la Justice pour avoir, l'année précédente, renvoyé trois procès invoquant les lois antitrust contre l'International Telephone and Telegraph Company (I.T.T.), moyennant une promesse faite par cette dernière de participer pour 400 000 dollars aux frais de la Convention républicaine nationale de San Diego. Un des effets économiques de la législation antitrust est de favoriser les activités de nombreux hommes de loi qui se sont spécialisés dans l'étude de ses incidences sur les projets d'expansion des entreprises, ainsi que dans la rédaction appropriée des actes relatifs à ces opérations.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification

Autres références

«  ANTITRUST LÉGISLATION  » est également traité dans :

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 839 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'agitation sociale »  : […] C'est alors la grande époque de l'agitation sociale aux États-Unis. La grande grève de 1877, qui atteint tous les centres ferroviaires et voit la ville de Pittsburgh occupée par les insurgés ; les événements de Haymarket en 1886  ; les grèves de Homestead en 1892, de Pullman en 1894 et de Cœur d'Alene de 1892 à 1899 ; la véritable « guerre de trente ans » du Colorado entre 1884 et 1914 et les grèv […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Concurrence et économie de marché »  : […] Si l'on définit l'économie de marché comme une économie de concurrence pure et parfaite où aucun agent n'a le pouvoir d'influer sur les prix, cette économie n'a jamais existé. Mais la théorie de la concurrence monopolistique ou imparfaite, développée dans l'entre-deux-guerres par Joan Robinson et Edward Hastings Chamberlin, introduit dans le fonctionnement du marché ces situations plus proches de […] Lire la suite

CONCURRENCE, droit

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ, 
  • Berthold GOLDMAN, 
  • Louis VOGEL
  •  • 12 092 mots

Dans le chapitre « La législation antitrust américaine »  : […] Ces précédents, comme d'autres que l'on pourrait citer, n'empêchent cependant pas que, à l'époque contemporaine, la loi Sherman ait été le premier texte d'ensemble dirigé contre les ententes et les monopoles dans un grand pays se trouvant à la pointe de l'industrialisation et du capitalisme. Aux États-Unis même, il fallut un certain temps pour que ce texte fût effectivement utilisé contre les pra […] Lire la suite

Les derniers événements

9 septembre 2019 États-Unis. Ouverture d'une enquête antitrust contre Google.

Les procureurs de tous les États fédérés – à l’exception de ceux de Californie et de l’Alabama – ainsi que ceux de Porto Rico et de Washington DC, réunis solennellement devant le siège de la Cour suprême des États-Unis à Washington, annoncent l’ouverture d’une enquête contre la société de services informatiques Google, pour violation de la législation antitrust. […] Lire la suite

20 novembre 2017 États-Unis. Contestation du projet de fusion entre AT&T et Time Warner.

Le ministère de la Justice décide de porter devant les tribunaux le projet de fusion entre le groupe de télécommunications AT&T et le groupe de médias Time Warner, annoncé en octobre 2016, qui contrevient selon lui à la législation antitrust. […] Lire la suite

3-28 avril 2000 États-Unis. Microsoft jugé coupable de violation de la loi antitrust

Le 3, au terme d'un procès ouvert en octobre 1998 et à la suite de l'échec d'une procédure de médiation, le juge fédéral, agissant sur plainte du département de la Justice et de dix-neuf États américains, reconnaît Microsoft coupable d'abus de position dominante, en violation de la législation antitrust. Le même jour, le cours du titre Microsoft chute de 14,5 p. […] Lire la suite

16-28 avril 1994 Italie. Silvio Berlusconi chargé de former le gouvernement

Le nouveau président du Conseil précise aussitôt qu'un comité de trois « sages » sera chargé de réviser la législation antitrust, afin de prévenir toute confusion entre ses fonctions politiques et ses activités de chef d'entreprise et de propriétaire de chaînes de télévision. Exposant son programme, Silvio Berlusconi prône la « continuité » en matière de politique étrangère, « moins d'État, mais plus efficace », et une « progressive décentralisation » pour ce qui concerne la politique intérieure, ainsi que la réduction de la pression fiscale et des dépenses publiques. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « ANTITRUST LÉGISLATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/legislation-antitrust/