Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMMERCE INTERNATIONAL Politique du commerce extérieur

Les analyses économiques des politiques du commerce extérieur

En principe, l'ouverture est source de gains pour tous les partenaires, qui peuvent, par ce moyen, valoriser leurs avantages à l'exportation et faire bénéficier leurs consommateurs et leurs entreprises de biens importés à bas prix. Pour les tenants du libre-échange, la politique commerciale optimale consisterait donc à s'abstenir de toute forme d'aide, à accepter la concurrence extérieure sans restriction. L'histoire des relations économiques internationales indique, a contrario, que les États interviennent, pour limiter les importations dans des secteurs sensibles et pour aider les branches d'exportation. Ces interventions peuvent être décidées unilatéralement ou résulter d'un processus coopératif, à partir duquel des concessions sont négociées, soit bilatéralement, soit dans un cadre plus vaste, régional ou multilatéral. Dans tous les cas, ces pratiques trouvent appui dans des analyses qui utilisent les concepts d'une science économique en évolution.

Mercantilisme bilatéralisme et protectionnisme éducateur

La politique économique autonome est celle qu'un État choisit librement, de sa propre initiative, et qu'il peut modifier quand il le veut. Cet unilatéralisme apparaît sous sa forme extrême dans le courant mercantiliste. Celui-ci domine la pensée et la politique économiques européennes entre le xve siècle et le début du xviiie siècle. Il repose sur l'idée selon laquelle la richesse des sociétés dépend non pas de la production d'objets matériels, mais de l'accumulation de métaux précieux. Or l'acquisition de ces derniers ne peut s'accomplir que si le pays dispose d'un excédent de sa balance commerciale, ce qui implique une politique draconienne de limitation des importations et l'attribution d'aides sous toutes formes aux secteurs exportateurs par l'État

À cet unilatéralisme, s'oppose la politique commerciale conventionnelle, reposant sur des accords internationaux, bilatéraux ou multilatéraux. Dans les faits, la première peut servir de prélude à la seconde, les gouvernements prenant conscience de l'intérêt de pratiquer le « donnant-donnant » . Dans la période de la première révolution industrielle, une politique commerciale conventionnelle s'instaure, marquant l'abandon des conceptions mercantilistes, du moins par certains pays. À la fin du xviiie siècle et surtout entre 1860 et 1914, les pays européens signent des accords bilatéraux, pour réduire, voire supprimer les obstacles aux importations. Ainsi en est-il de l'accord entre la France et le Royaume-Uni signé en 1860. Cette croyance dans les vertus du bilatéralisme repose sur la théorie des avantages comparatifs, exposée par David Ricardo, selon laquelle le commerce apporte toujours des gains mutuels. Pour autant, tous les pays n'acceptent pas si facilement l'ouverture. Les États-Unis et l'Allemagne sont, à cette époque, plutôt protectionnistes, appliquant la doctrine du protectionnisme éducateur de Friedrich List, selon laquelle le décollage d'un pays ne peut se faire qu'à l'abri de droits de douane. Le même argument est invoqué aujourd'hui pour justifier les protections des pays en développement. Le repli sur soi durant la crise des années 1930, en particulier de la part des grandes puissances qui adoptent toutes des mesures restrictives, ne fait qu'aggraver la crise : de 1929 à 1932, la production mondiale chute de 20 p. 100 et le commerce mondial de 40 p. 100. Mais ce protectionnisme ne peut prétendre être éducateur, puisqu'il est instauré par des économies en pleine maturité. Il correspond simplement au fait que chaque gouvernement craint de voir s'aggraver le chômage en acceptant d'importer. Chacun s'isole donc, entraînant l'ensemble de l'économie mondiale dans une spirale de [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en sciences économiques, professeur émérite à l'université de Paris Dauphine

Classification

Pour citer cet article

Bernard GUILLOCHON. COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

OMC (Organisation mondiale du commerce) - crédits : Encyclopædia Universalis France

OMC (Organisation mondiale du commerce)

Manifestation antimondialiste - crédits : Pascal Le Segretain/ Sygma/ Getty Images

Manifestation antimondialiste

Autres références

  • INTERNATIONALISATION DES ÉCHANGES COMMERCIAUX - (repères chronologiques)

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 551 mots

    1947 Signature des accords du G.A.T.T. (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) dans le but de libéraliser les échanges commerciaux.

    1948 Application du plan Marshall et création de l'O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique).

    1957 Signature des traités...

  • GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) ou ACCORD GÉNÉRAL SUR LES TARIFS DOUANIERS & LE COMMERCE

    • Écrit par Marie-France BAUD-BABIC
    • 261 mots

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il fut décidé de créer, parallèlement au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, une Organisation internationale du commerce (O.I.C.), chargée d'éliminer les barrières douanières, conformément à l'esprit de la Charte...

  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Lesévolutions différentes de la consommation et de la production d'acier dans les différentes zones du monde ont entraîné par voie de conséquence des transformations importantes au niveau des traditionnels flux d'échanges de produits sidérurgiques. En 1985, les échanges mondiaux de produits sidérurgiques...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots

    « L'habitude s'est prise de désigner, sous le nom de révolution agricole, les grands bouleversements de la technique et des usages agraires qui, dans toute l'Europe, à des dates variables selon les pays, marquèrent l'avènement des pratiques de l'exploitation contemporaine » (Marc Bloch)....

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    ... siècle, ces agriculteurs, disposant de beaucoup d'espace, ont rapidement adopté les nouvelles machines issues de l'industrie et ont produit des surplus croissants, à bas prix, qui ont pu être transportés par chemins de fer et par bateaux à vapeur jusqu'en Europe, le seul grand marché solvable...
  • Afficher les 185 références

Voir aussi