CARDINAUX COLLÈGE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Électeurs exclusifs du pape depuis le IIIe concile du Latran de 1179 (can. 1), les cardinaux (du latin cardo, gond) sont devenus et demeurent, selon le Code actuel de droit canonique, « le sénat du pontife romain : ils l'assistent comme ses principaux conseillers et aides dans le gouvernement de l'Église » (can. 230).

Contrairement à l'épiscopat, au presbytérat ou au diaconat, qui remontent aux tout premiers temps de l'Église et qui sont conférés par ordination sacramentelle, le cardinalat est une institution de pur droit ecclésiastique. C'était, à l'origine, un collège de clercs représentatifs du diocèse de Rome, comprenant les prêtres responsables des églises de quartier, appelées titres, et les diacres supervisant la bienfaisance dans une région de la ville, auxquels s'ajoutaient les six évêques des diocèses les plus proches de Rome, ou suburbicaires. L'élection exclusive du pape fut dévolue à ce collège au moment où, dans tous les diocèses de la chrétienté, on excluait les laïcs et les clercs inférieurs du corps électoral à qui revenait le choix de l'évêque, le chapitre des chanoines détenant désormais ce droit. Sous cette forme réduite se trouva sauvegardé, à Rome aussi, le principe qui demeura en vigueur jusqu'en 1917, du moins dans la législation écrite de l'Église catholique, et selon lequel il revenait à toute Église d'élire son évêque.

Entre la fin du xiie siècle et le milieu du xvie siècle, le Sacré Collège occupa une position ecclésiologique privilégiée : étroitement associé aux prérogatives du pape (pars corporis papae), il prétendait à la succession du collège apostolique, dévaluant ainsi le collège épiscopal. À la faveur de la Contre-Réforme, la papauté se libéra de la puissance du Sacré Collège, réduisit sa signification théologique et circonscrivit son importance administrative, sans la diminuer, en substituant aux consistoires le système des congrégations cardinalices comme structure fondamentale de la curie romaine. Cependant, nombre de cardinaux ne résidaient pas à Rome ou y étaient comme ambassadeurs de leur nation. Parfois, ils demeuraient des personnages essentiellement politiques, s'abstenant d'entrer dans les ordres. Ainsi, à sa mort, Mazarin n'était-il toujours qu'un simple tonsuré.

En revalorisant l'épiscopat et en s'abstenant de mentionner, fût-ce une fois, le cardinalat, le IIe concile du Vatican pouvait laisser prévoir le déclin d'une institution sans fondements théologiques contraignants, d'autant plus qu'à sa demande était créé un synode d'évêques auprès du pape, dans l'espoir de renforcer les prérogatives du collège épiscopal face au collège cardinalice, émanation curiale par excellence. Mais, jusqu'ici, la papauté n'a pas manifesté de telles intentions. Au contraire, par une série de réformes dont certaines altèrent le sens original de l'institution, elle s'est attachée à mieux en garantir l'avenir.

Déjà Pie XII avait enlevé aux Italiens la majorité qu'ils avaient toujours détenue au sein du collège cardinalice, sauf au temps de la papauté d'Avignon, pour que, dit-il, y « soient représentés le plus grand nombre possible d'origines et peuples, et que le Sacré Collège soit par conséquent une image vivante de l'Église universelle ». Théoriquement représentatif du clergé romain, le cardinalat tend à devenir une représentation de l'Église universelle. Le pape Jean XXIII, pour sa part, décida précisément que tous les cardinaux seraient ordonnés évêques (sauf dispense spéciale du pape). Jusqu'à lui, certains d'entre eux demeuraient prêtres (et même diacres, jusqu'en 1905), comme il était normal pour une institution enracinée dans le diocèse de Rome. Quelles qu'aient été les motivations de cette décision (avant tout protocolaires, semble-t-il), son résultat fut de dissoudre les derniers liens du cardinalat avec le clergé romain au bénéfice d'une conception universaliste de ce collège. Paul VI accentua consciemment une telle évolution en appelant plusieurs patriarches orientaux catholiques au cardinalat sans leur conférer le titre qui, au moins symboliquement, les insérait dans l'Église de Rome. En 1973, le même pape faisait par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARDINAUX COLLÈGE DES  » est également traité dans :

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « L'autorité sur les Églises particulières »  : […] Les évêques sont les chefs des Églises particulières qui leur sont confiées, toutefois sans jouir d'une autonomie totale, en raison de leur appartenance au collège des évêques , lequel existe et exerce son pouvoir en communion avec le pontife romain . L'autorité du collège s'exerce par le moyen d'actes collégiaux posés par les évêques réunis en concile œcuménique ou dispersés dans le monde, toujo […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Dans le chapitre « L'Église catholique et son gouvernement »  : […] L'organisation du pouvoir suprême dans l'Église catholique présente cette particularité singulière qu'il appartient dans sa plénitude (enseignement authentique de la Parole de Dieu contenue dans la Révélation et commandement sous les trois aspects classiques : législatif, exécutif et judiciaire) à deux titulaires, sans que l'un fasse nombre par rapport à l'autre : le pape et le concile œcuménique. […] Lire la suite

CONCLAVE

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 381 mots

Terme du latin médiéval ( conclave , chambre fermée à clé), qui désigne le lieu où les cardinaux sont enfermés, au sens propre du mot, pour procéder à l'élection du pape et qui, par extension, s'applique à l'assemblée qu'ils constituent. Une telle coutume s'instaura durant le xiii e  siècle autant pour soustraire le corps électoral aux manipulations éventuelles des pouvoirs politiques que pour le […] Lire la suite

JEAN XXIII, ANGELO RONCALLI (1881-1963) pape (1958-1963)

  • Écrit par 
  • John COGLEY
  •  • 3 085 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bilan »  : […] Rien dans la vie antérieure d'Angelo Giuseppe Roncalli ne laissait supposer que son pontificat serait différent du pontificat bienséant, empreint de tradition et statique qu'attendait le Collège des cardinaux lorsqu'il le choisit comme « pape de transition » ( papa di passaggio ) en octobre 1958. Son prédécesseur brillant et déterminé avait élaboré une politique défensive définissant la position d […] Lire la suite

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 494 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Droit »  : […] L'évêque de Rome est élu par le clergé de Rome, représenté, à partir de 1059, par les cardinaux ; depuis 1179, la majorité des deux tiers est requise. Pie X a supprimé (20 janv. 1904) tout droit de veto d'un pouvoir séculier à l'encontre d'un candidat. L'élu n'est pas nécessairement un Italien. En fait, depuis les papes d'Avignon, les seuls non-Italiens ont été Adrien VI d'Utrecht (1522-1523) et […] Lire la suite

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

Des centaines de milliers de personnes assistent à la messe concélébrée par l'ensemble des cardinaux. Jean-Paul II est inhumé dans la crypte située sous la basilique Saint-Pierre. Le 18, le Sacré Collège des cent quinze cardinaux électeurs venus de cinquante-deux pays se réunit en conclave au Vatican afin de choisir le successeur de Jean-Paul II. Le 19, le cardinal allemand Joseph Ratzinger, ancien archevêque de Munich et préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, est élu au quatrième tour de scrutin, au terme d'un conclave très bref. […] Lire la suite

23-26 novembre 1982 Vatican. Examen des finances du Vatican par le Sacré Collège

Du 23 au 26, pour la deuxième fois depuis l'accession de Jean-Paul II au trône pontifical, le Sacré Collège se réunit en assemblée plénière. Outre la réforme de la Curie et la révision du Code de droit canon, les cardinaux examinent les problèmes administratifs du Saint-Siège, en particulier celui de la réforme des finances du Vatican. Il s'agit de préciser la situation de l'Institut pour les œuvres de religion (I. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « CARDINAUX COLLÈGE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/college-des-cardinaux/