Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JEAN XXIII, ANGELO RONCALLI (1881-1963) pape (1958-1963)

Jean XXIII

Jean XXIII

Jean  XXIII, de son vrai nom Angelo Giuseppe Roncalli, fut l'un des papes les plus populaires de tous les temps (1958-1963). Il inaugura une nouvelle ère dans l'histoire de l'Église catholique par sa volonté de modernisation (ou aggiornamento), comme en témoigne la convocation à son initiative du deuxième concile du Vatican. Il promulgua également plusieurs encycliques, dont Pacem in terris, qui eurent des répercussions importantes sur la société. Proclamée en 2014, sa canonisation, après bien des hésitations et contretemps au sein de l’Église, célèbre sa mémoire et son œuvre pastorale.

Jeunesse

Fils d'un petit cultivateur pauvre, Angelo Roncalli naît le 25 novembre 1881 à Sotto il Monte, près de Bergame, en Italie. Cette famille de treize enfants n'est cependant pas aussi misérable que l'on voudra le faire croire par la suite. Angelo, troisième enfant et garçon aîné de la famille, quitte le domicile pour se préparer à la prêtrise dès l'âge de onze ans. Il continue néanmoins à passer ses vacances auprès de sa famille, dont il restera proche sa vie durant.

Aussi puissant qu'il deviendra par la suite, Angelo Roncalli n'aidera cependant jamais un seul membre de sa famille à s'élever dans la société. « Le monde ne s'intéresse qu'à l'argent... », écrit-il à son frère Xaverio après son élection au Saint-Siège. « Notre famille a reçu un très grand honneur », reconnaît-il, mais il encourage Xaverio et ses autres frères et sœurs à rester humbles, à ne chercher aucun honneur ni avancement et à ne tirer aucun avantage matériel de leur lien avec le pape. « Lorsque je serai mort, termine-t-il, je veux que l'on puisse m'accorder les éloges qui ont fait tant d'honneur à sa sainteté le Pie X : né pauvre, il mourut pauvre. » Dans son testament, il léguera en effet à chacun des membres de sa famille encore en vie une somme équivalente à moins de 15 euros, soit toute sa fortune personnelle.

Homme d'Église, Angelo Roncalli est cependant destiné à passer la majeure partie de sa vie parmi les puissants et les lettrés. Très tôt, cela le distingue inévitablement des autres membres de sa famille. Alors qu'il est encore au séminaire, il ne se sent déjà plus chez lui à Sotto il Monte, où son attitude moralisatrice et ses grands airs sont critiqués. Le jeune Angelo est impatient de rentrer à Bergame et de retrouver une vie disciplinée, consacrée à l'étude et à la prière, dans une ambiance de bonne camaraderie, et de s'éloigner des commérages mesquins, des suspicions et des jalousies du village.

Roncalli n'est pas un élève particulièrement brillant mais il est suffisamment doué pour qu'on l'envoie faire des études de théologie à Rome en 1900. Après un an seulement au Séminaire romain, son éducation est interrompue lorsqu'il est tiré au sort pour le service militaire et affecté à une compagnie d'infanterie stationnée à Bergame. Plus tard, lorsqu'il sera prêtre, il rejoindra de nouveau l'armée pendant la Première Guerre mondiale. Il servira une fois encore à Bergame, d'abord en tant que garçon de salle dans un hôpital puis en tant qu'aumônier militaire, au rang de lieutenant.

Malgré le temps passé au service militaire, Angelo n'a pas encore vingt-trois ans lorsqu'il est ordonné prêtre à Rome le 10 août 1904. Le lendemain, il dit sa première messe à la basilique Saint-Pierre. Après une visite à sa famille à Sotto il Monte, il retourne au Séminaire romain pour poursuivre ses études. Il obtiendra ainsi un doctorat en droit canonique.

Étudiant à l'université de Rome, Roncalli accepte la première mission qui le conduira à la papauté cinquante ans plus tard. Sachant qu'il est originaire de Bergame, le pape Pie X lui demande de prêter son aide à la cérémonie de consécration[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : responsable éditorial pour les religions au New York Times

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jean XXIII

Jean XXIII

Autres références

  • AGGIORNAMENTO

    • Écrit par Émile POULAT
    • 305 mots
    • 1 média

    Mot italien choisi par le pape Jean XXIII pour désigner l'un des trois objectifs qu'il assignait au concile dont il avait annoncé officiellement, le 25 janvier 1959, la réunion prochaine : la modernisation de l'Église catholique (ou « aggiornamento »), son ouverture aux autres...

  • ALFRINK BERNARD JAN (1900-1987)

    • Écrit par Kees MIDDELHOFF
    • 2 120 mots

    Archevêque d'Utrecht pendant les tumultueuses années soixante, le cardinal Bernard Jan Alfrink fut l'initiateur de l'idée de collégialité lors du IIe concile du Vatican. Président international de Pax Christi, il restera celui dont l'élimination par Rome fut, selon Hans...

  • AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

    • Écrit par Jean Jacques KOURLIANDSKY
    • 6 741 mots
    • 2 médias
    ...avait réuni à Rome, pour la première fois, un an après la prise de Cuba et de Porto Rico par les États-Unis, le premier concile plénier latino-américain. Cette inflexion fut confirmée par Jean XXIII, initiateur du deuxième concile du Vatican en 1962, et par son successeur Paul VI. Des militants catholiques...
  • ANTISÉMITISME

    • Écrit par Esther BENBASSA
    • 12 229 mots
    • 9 médias
    Le pape Jean XXIII lance le processus de révision de l'enseignement chrétien sur les juifs le Vendredi saint de 1959, pendant la cérémonie solennelle, en demandant l'abandon, dans la célèbre prière pour les juifs, de la mention de la « perfidie judaïque » et des « juifs perfides ». Le 25 octobre 1965,...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi