CLIMATOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mécanismes de contrôle du climat terrestre

Le bilan radiatif contrôle la température de la Terre

La Terre, située à environ 150 millions de kilomètres du Soleil, intercepte une petite fraction du rayonnement, égale à 1 370 W.m–2 (c'est la fameuse constante solaire qui n'en est pas une, découverte par le physicien français Pouillet en 1838). En raison du rapport géométrique entre la surface du disque terrestre (surface d'interception du rayonnement solaire) et la surface de la sphère terrestre, le rayonnement solaire au sommet de l'atmosphère est de 342 W.m–2. Dans l'atmosphère, une partie de ce rayonnement solaire (107 W.m–2) est réfléchie par les nuages, par les particules présentes dans l'air, puis par la surface terrestre. Le rapport entre le rayonnement réfléchi et le rayonnement solaire incident définit l'albédo planétaire α. La fraction restante est absorbée par la surface terrestre (continent/océan). À l'équilibre radiatif, le rayonnement solaire reçu est compensé par une perte d'énergie sous forme de rayonnement électromagnétique dont la longueur d'onde dominante est fonction de la température de la planète. La Terre, dont la température globale moyenne est de 15 0C, émet un rayonnement infrarouge dont la puissance est égale à STe4, où Te est la température d'équilibre du système Terre et σ une constante. Une partie du rayonnement infrarouge émis par la Terre est absorbée par l'atmosphère et est réémise vers le sol, ce qui a pour conséquence de réchauffer la surface. Cette boucle constitue l'effet de serre (ES). En l'absence d'effet de serre (ES = 0), la température d'équilibre de la Terre est de 255 K (soit — 18 0C). Avec l'effet de serre, la température moyenne de surface est de 15 0C. L'effet de serre est donc avant tout un phénomène naturel réchauffant la surface de la Terre de près de 33 0C. La température de la Terre Te peut être déduite d'un simple calcul d'équilibre radiatif :

avec Te (température d'équilibre), S (constante solaire) = 1 370 W/m2, σ (constante de Stefan-Boltzmann) = 5,67 × 10–8 W.m–2.K–4, α (albédo planétaire) = 0,31, ES (effet de serre actuel) = 0,4.

L'effet de serre

À la température moyenne actuelle de la Terre, le maximum de perte d'énergie se produit dans le domaine du spectre infrarouge (de 0,7 μm à 100 μm). A contrario, le gain d'énergie pour la Terre est lié au rayonnement solaire dont le maximum d'émission se situe dans le domaine visible (de 0,4 à 0,7 μm). Cette dichotomie a une grande importance, car l'atmosphère est quasi transparente dans le spectre visible, et forme ce qu'on appelle une fenêtre spectrale, alors qu'elle absorbe la majorité du rayonnement infrarouge. L'atmosphère se comporte donc de manière semi-opaque. Pour cette raison, la très grande majorité du rayonnement solaire va atteindre la surface terrestre, alors qu'une grande partie du rayonnement infrarouge émis par la surface de la Terre est absorbée par l'atmosphère. L'opacité de l'atmosphère aux différentes longueurs d'onde dépend de sa composition chimique. L'absorption du rayonnement infrarouge est liée à la présence dans l'atmosphère terrestre de molécules de vapeur d'eau, de dioxyde de carbone (CO2), de méthane (CH4) et d'autres constituants mineurs (oxyde nitreux, par exemple). Ces gaz appartiennent à la famille des gaz à effet de serre (G.E.S.). Les molécules diatomiques symétriques O2 et N2, soit près de 99 p. 100 de l'atmosphère, n'interviennent pas. Les 33 0C de réchauffement engendré par l'effet de serre sont liés majoritairement à la vapeur d'eau (60 p. 100 de l'effet de serre) au dioxyde de carbone (28 p. 100), deux constituants dont la concentration dans l'atmosphère n'excède pas respectivement 0,1 p. 100 et 0,038 p. 100. Ainsi, une faible variation des gaz à effet de serre est susceptible d'intensifier l'effet de serre. On estime qu'un doublement de la charge atmosphérique de CO2 augmenterait la température globale de 1 0C à 2 0C selon que l'on considère ou pas la rétroaction de la vapeur d'eau.

L'importance de l'albédo

Une particularité de la Terre, au sein du système solaire, est la présence de l’eau sous ses trois formes. La vapeur d'eau influence l'effet de serre, alors que l'eau [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Variations du climat depuis 1 milliard d'années

Variations du climat depuis 1 milliard d'années
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Climat terrestre et fonction de la teneur en CO2

Climat terrestre et fonction de la teneur en CO2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Terre boule de neige

Terre boule de neige
Crédits : IPGP, 2011

photographie

Albédo terrestre en fonction de la température de la Terre

Albédo terrestre en fonction de la température de la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'Institut de physique du globe de Paris
  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  CLIMATOLOGIE  » est également traité dans :

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 588 mots
  •  • 10 médias

Le climat terrestre a, de tout temps, été sujet à des variations naturelles. Ainsi, les deux derniers millions d’années ont vu plusieurs glaciations. Mais l’homme, depuis quelques dizaines d’années, modifie cet équilibre fragile en provoquant un réchauffement planétaire rapide sans précédent. Pour mieux comprendre l’impact de ce réel bouleversement, il est important de tenter de comprendre les phé […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 102 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Types de temps liés aux anticyclones »  : […] La présence d’une situation anticyclonique agit fortement sur le temps observé à un instant donné, au-dessus d’une région déterminée. Dans le cas des anticyclones permanents ou quasi permanents, c’est la climatologie de cette même région qui est touchée, avec une forte répercussion sur les modes de vie, l’agriculture, l’économie, etc. […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Épaisseur »  : […] En raison de son poids, l’atmosphère exerce une pression sur les objets qui sont à son contact. Ainsi, la pression atmosphérique dite standard, 101 325 pascals (P) ou 1013,25 hectopascals (hPa), correspond à la pression moyenne enregistrée au niveau moyen de la mer sur la latitude de Paris. Mais, comme l’ont mis en évidence les travaux de Torricelli en 1644 et de Pascal en 1648, cette valeur dimi […] Lire la suite

BOLIN BERT RICHARD JOHANNES (1925-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 275 mots

Le climatologue suédois Bert Bolin fut l'un des membres fondateurs du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (G.I.E.C.). Ses efforts furent couronnés par l'attribution du prix Nobel de la paix 2007 au G.I.E.C., partagé avec l'ancien vice-président des Etats-Unis Al Gore. Né le 15 mai 1925 à Nyköping, dans le Svealand, Bert Bolin est diplômé de l'université d'Uppsala en 194 […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 845 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes climatiques »  : […] On regroupe sous cette appellation les inondations, les sécheresses, les cyclones, les tornades et les trombes ainsi que les crises climatiques. Une inondation est le recouvrement de terres par de l’eau (douce ou salée). Il en existe plusieurs causes : d’un côté, les crues, qu’elles soient dues à des précipitations sur de longues périodes ou à de fortes pluies d’orage ; de l’autre, les cyclones […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 798 mots
  •  • 8 médias

Le climat s'est réchauffé depuis 1900, et il est certain qu'il changera encore plus au cours du xxi e  siècle. Le réchauffement planétaire en cours, dû en grande partie au renforcement anthropique de l'effet de serre, se poursuivra. Il va vraisemblablement s'accélérer pendant quelques décennies encore, même si une forte réduction des émissions de gaz à effet de serre, en particulier du gaz carbon […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE - Aspects scientifiques

  • Écrit par 
  • Jean JOUZEL
  •  • 4 364 mots
  •  • 6 médias

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (G.I.E.C.) – ou I.P.C.C. pour Intergovernmental Panel on Climate Change – a pour mandat « d’évaluer, sans parti pris et de manière méthodique et objective, l’information scientifique, technique et socio-économique disponible en rapport avec la question du changement du climat ». Créé en 1988 sous l’égide de deux institutions des Na […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Virginie CAVIER
  •  • 2 489 mots
  •  • 2 médias

L’origine anthropique du réchauffement climatique est désormais admise par une majorité de scientifiques. L’augmentation globale des températures moyennes sur l’ensemble du globe est avérée. Toutefois, cette hausse n’est pas uniforme. Des disparités vis-à-vis des températures et des précipitations apparaissent à l’échelle nationale, voire régionale. Les effets attendus du réchauffement climatique […] Lire la suite

CANCÚN CONFÉRENCE DE (2010)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 932 mots

La XVI e  conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (C.N.U.C.C.) s'est tenue à Cancún (Mexique) du 29 novembre au 10 décembre 2010 avec pour objectif de mettre en place les mécanismes qui pourraient enrayer le changement climatique. En cela, il s'agissait de consolider le protocole de Kyōto (signé en 1997, entré en vigueur en 2005, ratifié par 183 […] Lire la suite

CONFÉRENCE DE KYŌTO

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 307 mots

Le protocole de Kyōto signé en décembre 1997 constitue une étape majeure dans la prise de conscience générale du réchauffement climatique de notre planète. La conférence, qui réunissait 159 pays, a abouti à la signature d'un accord qui engage les pays industrialisés à réduire globalement d'ici à 2012 leurs émissions de gaz à effet de serre de 5 p. 100 par rapport à 1990 (à titre d'exemple : — 8 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric FLUTEAU, Guillaume LE HIR, « CLIMATOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/climatologie/