INFRAROUGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Absorption de l'atmosphère

Absorption de l'atmosphère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Lame de germanium

Lame de germanium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Cristaux : réfraction et longueur d'onde

Cristaux : réfraction et longueur d'onde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Filtre passe-bande

Filtre passe-bande
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


L'infrarouge est un rayonnement électromagnétique ; il possède toutes les propriétés fondamentales de la lumière : propagation, réflexion, réfraction, interférences, diffraction, diffusion, polarisation, etc. Il est situé dans une région spectrale invisible à l'œil humain, entre la lumière et les micro-ondes ; ses longueurs d'onde sont supérieures à celles des radiations rouges (λ ≥ 0,72 μm) et on peut leur fixer une limite supérieure qui est voisine de 0,1 cm. Le domaine de l'infrarouge est divisé en infrarouge proche (0,7 μm < λ < 3 μm), en infrarouge moyen (3 μm < λ < 25 μm) et en infrarouge lointain (au-delà de 25 μm). Cette division très arbitraire est liée au développement des types de détecteurs utilisables et à la nature des matériaux utilisés.

Les applications de l'infrarouge couvrent un très large domaine : chauffage domestique ou industriel, soudure, pyrométrie, thermographie, visualisation infrarouge, poursuite et autoguidage, analyse spectrochimique, télécommunications et guidage actif. Elles se développent au fur et à mesure que l'instrumentation progresse et leur liste, tant dans le domaine civil que dans le domaine militaire, est loin encore d'être close.

Sources de rayonnement

En 1666, Newton connaissait l'existence d'un rayonnement au-delà du spectre visible du côté du rouge. Sir William Herschel, en 1800, le mettait en évidence, au moyen d'un thermomètre, dans le rayonnement solaire dispersé par un prisme. L'étude de ce domaine spectral ne fit pratiquement aucun progrès, jusqu'à l'invention en 1831 par Leopoldo Nobili du thermoscope ; les travaux qu'il entreprit en collaboration avec Macedonio Melloni intitulé : La Thermochrose ou la Coloration calorifique. En 1835, Ampère formula le principe de l'origine vibratoire commune de la lumière visible et invisible ; la démonstration en fut donnée en 1847 par Hippolyte Fizeau et Léon Foucault grâce à des expériences d'interférences qui déterminaient les longueurs d'onde du rayonnement infrarouge.

À l'opposé des autres modes d'échanges d'énergie, tels que sont la cond [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Nancy, directeur du Laboratoire d'Infrarouge lointain à l'université de Nancy-I
  • : professeur à l'université de Paris-XI, Orsay
  • : attaché de recherche au C.N.R.S., Gif-sur-Yvette

Classification


Autres références

«  INFRAROUGE  » est également traité dans :

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Domaine de l'infrarouge »  : […] L'infrarouge est le domaine classique des molécules organiques donnant des informations sur les groupements fonctionnels présents dans une molécule. Les modes de vibration d'un groupement chimique dépendant fortement du reste de la molécule, chaque molécule produit un spectre d'absorption qui lui est caractéristique, véritable empreinte digitale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_20475

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 379 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les hydrocarbures aromatiques polycycliques »  : […] Ces processus sont d'autant plus nécessaires qu'une classe importante de molécules interstellaires, celle des PAH, n'a pas encore complètement trouvé sa place dans les réseaux de chimie. Les PAH sont des molécules fascinantes : chacune de ces molécules contient typiquement de 20 à 100 atomes de carbone, et l'on pense qu'ensemble elles recèlent de 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/#i_20475

BENZÉNOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 547 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Absorption infrarouge »  : […] La nature particulière des liaisons des squelettes benzénoïdes entraîne pour ces derniers l'apparition dans leur spectre d'absorption infrarouge (et de diffusion Raman) de bandes caractéristiques qui permettent leur identification. On note en particulier deux bandes dans le domaine 1 500-1 600 cm -1 dues à des vibrations d'élongation ν  C-C et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benzenoides/#i_20475

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le rôle de l'eau  »  : […] On ne saurait réduire le changement climatique par intensification de l'effet de serre à un simple réchauffement. Tout changement climatique, quelle que soit sa cause, implique nécessairement le cycle de l'eau, c'est-à-dire ce qui se passe dans l'atmosphère (évaporation, formation de nuages, précipitations), au sol (précipitations, infiltration, r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique/#i_20475

CLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric FLUTEAU, 
  • Guillaume LE HIR
  •  • 3 655 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bilan radiatif contrôle la température de la Terre »  : […] La Terre, située à environ 150 millions de kilomètres du Soleil, intercepte une petite fraction du rayonnement, égale à 1 370 W.m –2 ( c'est la fameuse constante solaire qui n'en est pas une, découverte par le physicien français Pouillet en 1838). En raison du rapport géométrique entre la surface du disque terrestre (surface d'interception du rayo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climatologie/#i_20475

ENVIRONNEMENT GLOBAL

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Structure de l'atmosphère, bilan radiatif et effet de serre »  : […] L'échauffement de l'atmosphère vient donc du bas ; la température décroît depuis la surface jusqu'à la tropopause, dont l'altitude va de 9 kilomètres près des pôles à plus de 15 kilomètres en zone équatoriale. Ces couches, qui forment la troposphère , contiennent plus de 75 p. 100 de la masse totale de l'atmosphère : elles sont plus ou moins instab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-global/#i_20475

FAUSSE COULEUR

  • Écrit par 
  • Pierre BELLAND
  •  • 240 mots

Procédé utilisé pour visualiser l'infrarouge en traduisant les différences d'intensité par des couleurs arbitraires. L'énergie thermique émise par les êtres vivants et dont la longueur d'onde se situe dans l'infrarouge proche est une énergie très faible. Détecter un être vivant par son émission calorifique revient à tracer ses courbes isothermes à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fausse-couleur/#i_20475

FERRO-ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Lucien GODEFROY
  •  • 2 855 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés pyro-électriques »  : […] L'apparition d'un courant dans le circuit extérieur d'un condensateur à matériau ferro-électrique quand sa température varie ( i  =  d P s / d T) peut être exploité de la façon suivante : si un rayonnement infrarouge est absorbé par le matériau, la température de celui-ci augmente et le courant apparaît : c'est un détecteur infrarouge . Le disposit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferro-electricite/#i_20475

GALAXIE LA ou VOIE LACTÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 029 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les régions centrales »  : […] L'étude des noyaux galactiques actifs a montré l'importance des régions centrales comme sources d'énergie dans les galaxies. En conséquence, l'observation des régions centrales de la Galaxie s'est considérablement développée. L'absorption interstellaire empêchant toute observation dans le domaine visible, les résultats principaux proviennent de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxie-voie-lactee/#i_20475

GAZ ANALYSE DES

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 6 558 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Méthodes physiques »  : […] Les méthodes physiques sont fondées sur le fait suivant : étant donné un mélange de deux gaz A et B, on peut généralement trouver une ou plusieurs caractéristiques de ce mélange qui soient des fonctions univoques de sa composition ; connaissant l'une d'elles, on peut déduire la composition d'un mélange quelconque de la mesure de la grandeur consid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-des-gaz/#i_20475

HERSCHEL MISSION

  • Écrit par 
  • Laurent PAGANI
  •  • 2 917 mots
  •  • 3 médias

Grâce à la mission d'astronomie spatiale Herschel (initialement nommée Far InfraRed and Submillimetre Telescope, ou First), la dernière fenêtre du spectre électromagnétique encore quasi vierge s'ouvre à nous. Avec son miroir primaire – le plus grand jamais construit pour l'astronomie spatiale (3,5 m de diamètre au lieu de 60 à 80 cm) – refroidi pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-herschel/#i_20475

HUMIDITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 2 226 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les instruments de mesure du taux d’humidité de l’air  »  : […] De nombreux instruments permettent d’évaluer plus ou moins précisément le taux d’humidité de l’air . Ils peuvent être classés en quatre catégories principales. La première est fondée sur une mesure des variations de masse, de volume, d’élasticité, de résonance acoustique ou électromagnétique, de conductivité électrique, de température, de couleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humidite/#i_20475

IMAGERIE TÉRAHERTZ

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 424 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’émission térahertz, un développement récent »  : […] On définit la gamme térahertz (ou THz) des ondes électromagnétiques par les fréquences situées entre 100 gigahertz (10 11  Hz) et 10 térahertz (10 THz = 10 13  Hz, rappelons que la lumière visible a une fréquence de l’ordre de 500 THz), c’est-à-dire les longueurs d’onde comprises entre 30 micromètres et 3 millimètres. Ce domaine électromagnétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-terahertz/#i_20475

INTERSTELLAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 689 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Les poussières interstellaires »  : […] En plus du gaz, le milieu interstellaire contient des poussières ténues de dimensions comprises entre une fraction de nanomètre et une dizaine de nanomètres. Les poussières absorbent et diffusent sélectivement la lumière des étoiles, c'est-à-dire qu'elles agissent plus sur le rayonnement ultraviolet et bleu que sur le rouge et l'infrarouge. Ce son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interstellaire/#i_20475

IRAS (Infrared Astronomical Satellite)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 293 mots

Le satellite d'astronomie infrarouge Iras (Infrared Astronomical Satellite), cofinancé par les Pays-Bas, les États-Unis et le Royaume-Uni, est lancé le 25 janvier 1983. Il s'agit essentiellement d'un grand cryostat rempli d'hélium liquide, dans lequel est logé un télescope de 60 centimètres de diamètre. Les détecteurs placés au foyer de ce télesc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iras/#i_20475

JUPITER, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 11 249 mots
  •  • 60 médias

Dans le chapitre «  Les nuages »  : […] Les formes et contours qui, dans le visible, se dessinent sur le disque de Jupiter correspondent à de forts contrastes de brillance ; ceux-ci sont dus à la distribution particulière de couches de nuages plus ou moins opaques se formant à différentes altitudes. L'extrême singularité du spectacle de Jupiter – et de celui de Saturne – réside avant tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/#i_20475

LASERS À ÉLECTRONS LIBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ORTEGA
  •  • 2 214 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le LEL infrarouge »  : […] Un LEL est plus facile à réaliser pour de grandes longueurs d'onde, et il est moins coûteux car les énergies des faisceaux d'électrons sont plus basses : de 5 à 50 MeV pour l'infrarouge, par exemple. Ces énergies peuvent être obtenues grâce à un accélérateur linéaire de quelques mètres de longueur mais qui doit néanmoins être blindé vis-à-vis des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lasers-a-electrons-libres/#i_20475

LECOMTE JEAN (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Josette VINCENT
  •  • 1 045 mots

Jean Lecomte a entièrement consacré sa vie scientifique à la recherche dans le domaine de l'infrarouge. En décembre 1919 Jean Lecomte entre à la Sorbonne au laboratoire de recherches physiques, alors dirigé par Gabriel Lippman, bientôt remplacé par Aimé Cotton. Il y brigue une place de travailleur libre, car de famille très aisée, il ne demande pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lecomte/#i_20475

LÉNA PIERRE (1937- )

  • Écrit par 
  • Yves QUÉRÉ
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Né à Paris en 1937, Pierre Léna débute, à la sortie de l'École normale supérieure, au centre universitaire d'Orsay. Il y reste jusqu'en 1971, année où il est nommé maître de conférences. En 1973, il devient professeur à l'université de Paris-VII, université qui est la sienne depuis lors. Parallèlement, sa carrière de chercheur se déroule à l'Observ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lena/#i_20475

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Emploi des radiations invisibles »  : […] L'emploi de radiations invisibles (« lumières invisibles ») peut être avantageux pour l'étude de préparations présentant, en fonction de la longueur d'onde, une absorption très différente de celle qui a lieu en lumière visible. On utilise alors des systèmes optiques comportant des lentilles en silice, fluorine et/ou des miroirs. Les images sont ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie/#i_20475

MISSILES

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'autoguidage »  : […] Pour l'autoguidage, il est fait appel à un autodirecteur qui assure le repérage de l'objectif par le missile et permet d'élaborer à bord les ordres nécessaires au guidage sur l'objectif. Il existe trois classes d'autodirecteurs : actif, semi-actif et passif, sans compter les autodirecteurs mixtes (multimodes). L' autodirecteur actif . Il émet (et r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missiles/#i_20475

NAINES BRUNES

  • Écrit par 
  • Isabelle BARAFFE
  •  • 3 119 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'atmosphère des naines brunes »  : […] L'impact de la découverte de Gliese 229B fut énorme, d'une part dans le monde de l'astronomie stellaire, car cela confirmait les prédictions théoriques concernant l'existence des naines brunes, d'autre part, dans le monde de la planétologie, car le spectre de Gliese 229B ressemble à celui de Jupiter, avec en particulier des signatures caractérist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naines-brunes/#i_20475

OPTIQUE ADAPTATIVE

  • Écrit par 
  • Daniel ROUAN
  •  • 3 721 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'OPTIQUE ADAPTATIVE : CORRIGER EN TEMPS RÉEL »  : […] L'optique adaptative est la correction en temps réel, par un dispositif optique actif, de la déformation des images induite par la turbulence atmosphérique. Cette performance technique est devenue réalité grâce aux progrès de l'informatique et des composants optiques et grâce à la compréhension approfondie des propriétés de la turbulence atmosphéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-adaptative/#i_20475

OZONE ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 296 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'ozone et l'effet de serre »  : […] Comme toute molécule faite de trois atomes ou plus, l'ozone absorbe du rayonnement infrarouge thermique, ce rayonnement – fait de photons peu énergétiques ( E   <  0,3 eV) – pouvant exciter différents modes de vibration et de rotation de la molécule. C'est cette absorption et rémission du rayonnement infrarouge thermique émis par la Terre qui const […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ozone-atmospherique/#i_20475

PREMIER TEST DE LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE AUTOUR D'UN TROU NOIR SUPERMASSIF

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « S2, une précieuse étoile test  »  : […] Depuis 1992, l’équipe de Reinhard Genzel suit attentivement la trajectoire fortement elliptique d’une étoile, S2, en orbite autour de SgrA*. Ce dernier occupe l’un des foyers de cette ellipse et S2 le frôle périodiquement (tous les seize ans) en passant à une distance de 125 unités astronomiques (1 ua correspondant à la distance Terre-Soleil), soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-test-de-la-relativite-generale-autour-d-un-trou-noir-supermassif/#i_20475

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 771 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Émission thermique des solides et des gaz »  : […] Un corps solide porté à une température T (mesurée en kelvins) émet un rayonnement électromagnétique dont l'intensité est donnée par la loi de Planck (émission dite du corps noir , cf.  thermodynamique ) : formule dans laquelle h et k sont les constantes de Planck et de Boltzmann, c la vitesse de la lumière et T la température de la source. Da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioastronomie/#i_20475

RAMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Michel DELHAYE
  •  • 6 453 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Règles de sélection »  : […] Les règles de sélection peuvent se résumer de manière concise : – Une vibration de coordonnée normale Q peut donner lieu à une absorption infrarouge, si elle modifie l'une des composantes du moment dipolaire →μ i , c'est-à-dire si la dérivée (∂μ i /∂Q) 0 n'est pas nulle au voisinage de la position d'équilbre. – Une vibration de coordonnée normale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-raman/#i_20475

RÉFLEXION SÉLECTIVE

  • Écrit par 
  • Josette CACHELOU
  •  • 333 mots

Lorsqu'une onde électromagnétique se propage dans un milieu non conducteur, son champ électrique ne peut mettre en vibration les électrons liés, sauf pour certaines fréquences pour lesquelles il y a résonance. Les pertes par frottement devenant importantes, la substance, transparente pour l'ensemble du spectre, devient absorbante pour les radiation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexion-selective/#i_20475

SATELLITES ESPIONS

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 172 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les autres types de satellites espions »  : […] Outre les satellites d'observation optique, infrarouge et radar, les États-Unis ont déployé d'autres types de satellites espions : pour la détection des lancements de missiles, des sites de missiles antimissiles, des essais nucléaires, pour la surveillance des océans, pour la défense aérienne stratégique et, surtout, pour l'écoute électronique. –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satellites-espions/#i_20475

SERRA GUY (1947-2000)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 210 mots

Astrophysicien français, pionnier de l'astronomie spatiale infrarouge. Directeur adjoint, de 1996 à 1999, du Centre d'études spatiales des rayonnements (C.E.S.R.), unité propre du C.N.R.S. associée à l'université Paul-Sabatier de Toulouse et consacrée à l'étude des rayonnements dans l'Univers, il fonde en son sein le département scientifique et te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-serra/#i_20475

SOLEIL SYNCHROTRON

  • Écrit par 
  • Marie-Paule LEVEL, 
  • Paul MORIN
  •  • 398 mots

SOLEIL, opérant à 2,75 GeV (gigaélectronvolts), s'adresse à une large communauté d'utilisateurs dont les besoins vont des photons de basse énergie (infrarouge [IR], vacuum-ultraviolet [VUV, ultraviolet sous vide]) aux rayons X. On a tenu compte également de certaines spécificités des équipes françaises comme l'utilisation de la nature pulsée du fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synchrotron-soleil/#i_20475

SPECTROPHOTOMÉTRIE OPTIQUE

  • Écrit par 
  • Dora GRAND
  •  • 5 229 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Instruments et applications »  : […] En spectrophotométrie stationnaire (d'absorption ou d'émission) , il existe actuellement sur le marché différents types d'appareils dont les coûts sont proportionnels à leurs performances techniques. Ils se différencient principalement par : l'étendue du domaine spectral balayé ; la précision dans la mesure des maximums d'absorption ou d'émission […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectrophotometrie-optique/#i_20475

SPECTROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 5 066 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Détecteurs »  : […] Le spectrographe projette le spectre sur une plaque photographique. Dans les spectromètres, on utilise des dispositifs de détection électronique, spécifiques du domaine de radiation étudié. Pour les photons γ, c'est le scintillateur et les jonctions semi-conductrices qui sont le plus couramment utilisés. Pour les X, en plus de la plaque photograph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectroscopie/#i_20475

TÉLÉDÉTECTION

  • Écrit par 
  • Philippe DELCLAUX
  •  • 7 376 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'émission propre »  : […] Il s'agit de la propriété qu'ont les objets d'émettre des rayonnements sous certaines conditions. Ainsi la mesure du rayonnement infrarouge thermique (dans la gamme de 8 à 13 micromètres – μm – de longueur d'onde), émis par les corps en fonction de leur température, permet de caractériser cette température (l'émission d'un corps très chaud gagnera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teledetection/#i_20475

TERRE - Bilan énergétique

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 4 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Phénomènes au sein de l'atmosphère et à la surface »  : […] Par ciel clair, la partie visible du rayonnement solaire, qui contient la plus grande part de son flux énergétique, traverse l'atmosphère avec peu de pertes. Aux longueurs d'onde inférieures à 0,31 μm de l'ultraviolet, la couche d'ozone (située entre 15 et 50 km d'altitude) est pratiquement opaque : le flux absorbé, 12 watts par mètre carré, échau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-bilan-energetique/#i_20475

THÉRAPEUTIQUE - Physiothérapie

  • Écrit par 
  • Henri DESGREZ
  •  • 2 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Actinothérapie »  : […] Les radiations électromagnétiques de longueur d'onde inférieure à 0,035 μm étant exclues de notre exposé, on se limitera aux applications thérapeutiques de l'infrarouge, de la lumière et de l'ultraviolet. C'est dans les longueurs d'onde comprises entre 5 μm et 0,280 μm que se situent des radiations possédant un pouvoir de pénétration tissulaire su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-physiotherapie/#i_20475

UNIVERS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 767 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Voir l’invisible »  : […] La radioastronomie, née après la Seconde Guerre mondiale grâce aux progrès technologiques issus du radar, a ouvert la voie à l’observation extrêmement fructueuse d’objets cosmiques qui n’émettent aucune lumière visible, mais des ondes hertziennes de courte longueur d’onde. Les radiotélescopes, dont il existe deux types, sont les instruments les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers-notions-de-base/#i_20475

VERRE

  • Écrit par 
  • Pierre PIGANIOL, 
  • Micheline PROD'HOMME, 
  • Aniuta WINTER
  •  • 12 529 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Transmission »  : […] La transparence du verre varie avec sa composition et pour une composition donnée avec la portion du spectre lumineux considérée. L'optique courante emploie habituellement des verres formés à base de silice dont la transparence dans le spectre visible est généralement excellente (99 p. 100 ou mieux). Les limites pratiques de la transmission se pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verre/#i_20475

VISION - Optique oculaire et optométrie

  • Écrit par 
  • Pierre DENIEUL, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Françoise VIÉNOT
  •  • 8 840 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Éblouissement. Radiations nocives »  : […] Chacun sait combien est gênante l'apparition, même temporaire, dans le champ visuel d'une source trop lumineuse. L'éblouissement, altération des perceptions visuelles, est dû à la fois à la diffusion de la lumière dans les milieux transparents de l'œil (entraînant une réduction des contrastes sur la rétine), à une diminution du diamètre pupillaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-optique-oculaire-et-optometrie/#i_20475

ZODIACALE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • René DUMONT
  •  • 3 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émission thermique »  : […] L'équilibre thermique de tous les corps solides du système solaire résulte de la réémission dans l'infrarouge de la fraction du flux incident qu'ils absorbent. La détection de cette réémission, beaucoup plus difficile dans le cas de la poussière que dans celui des planètes, resta incertaine ou sporadique jusqu'aux premiers résultats du satellite I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere-zodiacale/#i_20475

Voir aussi

Pour citer l’article

Armand HADNI, Pierre BARCHEWITZ, Pierre PINSON, « INFRAROUGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/infrarouge/