CHÈVRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit ruminant herbivore très agile, peuplant le monde entier, en particulier les zones montagneuses, et surtout élevé pour son lait et sa viande. Classe : Mammifères ; ordre : Cétartiodactyles ; famille : Bovidés ; sous-famille : Caprinés.

Les chèvres appartiennent au genre Capra qui comprend sept espèces : Capra hircus (chèvre domestique), Capra ibex (ibex ou bouquetin des Alpes), Capra aegagrus (chèvre sauvage, encore appelée chèvre aegagre, vivant en Turquie, en Iran et dans le Caucase), Capra caucasia (chèvre vivant dans l'ouset du Caucase, encore appelée tur occidental), Capra cylindricornis (chèvre vivant dans l'est du Caucase, encore appelée tur oriental), Capra pyrenaica (ibex des Pyrénées) et Capra falconeri (chèvre markhor du Cachemire). Appelée familièrement bique, la chèvre a un corps souvent maigre aux os pointus, des pattes fines et une queue courte. Son museau est long et parfois busqué. Elle présente très souvent une barbe au menton et des excroissances de la peau au niveau du cou appelées pampilles ou pendeloques. Quand elle porte des cornes, celles-ci sont souvent pointues et acérées. Son pelage, à poils ras ou le plus souvent à poils longs, présente des couleurs variées suivant les races.

Leur taille et leur poids varient, suivant les espèces, de 50 centimètres de hauteur au garrot et 25 kilogrammes pour la chèvre aegagre à 1 mètre et 100 kilogrammes pour le bouquetin des Alpes.

La chèvre a été domestiquée il y a plus de 12 000 ans à partir d'une région qui s'étend de la mer Égée à l'Indus. Sa domestication a été progressive à partir du bouquetin ou plus probablement de la chèvre sauvage (Capra aegagrus). Dans les régions pauvres, elle joue un rôle important, puisqu'elle constitue l'une des principales sources d'apports de protéines. Elle est exploitée pour son lait, sa viande, sa peau et ses poils (cachemire, mohair). Beaucoup de religions ou de légendes (scandinaves, grecques, romaines) lui ménagent une place d'honneur.

La [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHÈVRE  » est également traité dans :

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tremblante du mouton et la chèvre »  : […] Les premières descriptions de la tremblante du mouton et de la chèvre remontent au début du xviii e  siècle. C'est une maladie d'allure endémique qui touche des animaux âgés de deux à cinq ans. La tremblante débute insidieusement par des troubles comportementaux (léthargie ou excitation) qui vont se compliquer par une incoordination motrice avec ataxie, tremblements et prurit. Selon les races de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encephalopathies-spongiformes/#i_39918

RUMINANTS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 936 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Tauroidea »  : […] La famille des Antilocapridae compte une espèce unique : Antilocapra americana , le pronghorn des grandes prairies américaines. Cet animal est d'un intérêt tout particulier, offrant peut-être le terme de transition entre Cervidae et Bovidae . Chez cette espèce, en effet, les processus osseux frontaux sont revêtus d'étuis cornés, fourchus, soumis à un renouvellement saisonnier. C'est la famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminants/#i_39918

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les poils d'animaux »  : […] Outre la laine, de nombreux poils d'animaux sont utilisés comme fibres textiles. Ce sont des fibres protéiniques qui ne présentent pas de structure bilatérale, donc pas de frisure. On distingue : – les poils de capridés, dont les chèvres communes aux poils grossiers (plus de 70 μm de diamètre), très colorés et rigides ; les chèvres angora qui fournissent les poils mohair très ressemblants à ceux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_39918

VIROSES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 2 576 mots

Dans le chapitre « Viroses ovines et caprines »  : […] Bien que l'on retrouve chez les chèvres et les moutons nombre de virus pathogènes pour les bovins, certains sont cependant spécifiques. L' encéphalomyélite ovine, plus connue sous le nom de looping-ill , est due à un arbovirus. Elle sévit en Grande-Bretagne et en Irlande. On cite chez l'homme des transmissions de laboratoire. L'agent de la fièvre catarrhale du mouton (ou blue-tongue ) est provis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-animales/#i_39918

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « CHÈVRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevre/