COULOMB CHARLES AUGUSTIN (1736-1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le physicien

Après avoir reçu le prix de l'Académie en 1777, Coulomb vit adopter son compas magnétique suspendu à couple de torsion par l'Observatoire de Paris, qui lui demanda de résoudre les problèmes apparemment insolubles de la déclinaison magnétique des instruments. Il entreprit donc d'autres recherches sur la torsion et présenta en 1784 les résultats obtenus. Il décrivit le pendule de torsion dont il ébaucha les applications possibles à l'étude et à la détermination quantitatives des relations de forces dans divers domaines de la physique : électricité, magnétisme, résistance des fluides et propriétés élastiques de la matière. Les bases réelles de la théorie de l'élasticité seront établies par Navier, Poisson et Cauchy dans les premières décennies du xixe siècle. Coulomb ne s'attaqua jamais aux problèmes généraux de l'élasticité, mais la solution simple et élégante qu'il apporta aux problèmes de torsion dans les cylindres, son invention du pendule de torsion et les applications qu'il en fit guidèrent les nouveaux physiciens. Son équation sur la force résistante du couple de torsion dans les cylindres fins (ou, comme il l'écrivait, du moment de la force de torsion) est M = μθd4/l, où M est le couple de rappel, μ une constante (le coefficient de rigidité), θ l'angle de torsion, et d et l respectivement le diamètre et la longueur du cylindre. En même temps, Coulomb établit une théorie fondée sur des mesures expérimentales, qui tenait compte à la fois des régions linéaires et non linéaires de torsion dans différents matériaux ayant été soumis auparavant à des contraintes élastiques différentes.

Coulomb est surtout connu aujourd'hui pour ses travaux sur l'électricité et le magnétisme, qui marquèrent une étape majeure de l'histoire de ces deux sciences. Il s'efforça d'étendre la conception newtonienne des forces centrales attractives et répulsives aux domaines de l'électricité et du magnétisme. Il devenait alors nécessaire de remplacer les anciennes théories de l'électri [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COULOMB CHARLES AUGUSTIN (1736-1806)  » est également traité dans :

COULOMB LOI DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 156 mots
  •  • 1 média

Après avoir effectué des recherches sur les meilleures façons de fabriquer les aiguilles aimantées en 1777, le physicien français Charles Augustin de Coulomb développe la première théorie structurée du magnétisme en introduisant la notion de moment magnétique. Dans une série de sept Mémoires publiés de 1785 à 1791, il décrit l'action à distance des charge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-coulomb/#i_20584

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La remise en cause de la notion traditionnelle de solidité »  : […] Le xviii e siècle voit la montée en régime des préoccupations constructives. En Italie, celles-ci occupent une large place dans l'enseignement du moine vénitien Carlo Lodoli (1690-1761), qui entend fonder l'architecture sur les lois de la statique et sur les caractéristiques des divers matériaux, plus essentielles à ses yeux que les impératifs d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-sciences-et-techniques/#i_20584

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Fluide unique ou deux fluides ? »  : […] Pour Franklin, « la matière électrique consiste en particules extrêmement subtiles, puisqu'elle peut pénétrer la matière ordinaire, même les métaux les plus denses. « Le fluide électrique se trouve dans la matière ordinaire parce que nous pouvons le pomper au-dehors. » Æpinus (1724-1802) partageait cet avis. La théorie dite du fluide unique se constituait ainsi. En revanche, les physiciens anglais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_20584

GÉOTECHNIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HABIB
  •  • 5 317 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identification et propriétés des sols »  : […] Sous l'humus, le sol est constitué de grains minéraux. Cent grammes de sable fin (c'est-à-dire de l'ordre d'une molécule-gramme) contiennent près de 10 7 grains. Cent grammes d'argile peuvent en contenir 10 11 . On est certes encore loin du nombre d'Avogadro (6,02 . 10 23 ) mais le nombre de constituants est tel que le con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geotechnique/#i_20584

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Le magnétisme est l'un des phénomènes qui a le plus frappé l'imagination de l'homme, au point que ce mot désigne aujourd'hui des réalités très diverses : il s'agit d'abord d'une science fort ancienne et néanmoins toujours d'actualité dont le champ d'application ne cesse de s'étendre ; ensuite, par extension, on parlera du magnétisme d'une personne attrayante et capable de dynamiser son entourage ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_20584

Voir aussi

Pour citer l’article

C. Stewart GILLMOR, « COULOMB CHARLES AUGUSTIN - (1736-1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-augustin-coulomb/