GÉOTECHNIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les déformations du sol engendrées par les charges apportées par les ouvrages de génie civil ou par les contraintes provoquées par les travaux en souterrain ne doivent pas mettre en péril les structures elles-mêmes. Elles ne doivent pas a fortiori atteindre la limite qui provoque la rupture des massifs de sol ou de roche, par exemple lors du poinçonnement du sol sous une fondation ou lors du glissement de terrain qui bouscule un mur de soutènement en entraînant la ruine de l'ouvrage. Dans certains cas, c'est la structure qui apporte des contraintes sur les massifs (appuis d'un barrage-voûte sur ses rives), dans d'autres, c'est le sol qui exerce des contraintes sur la structure (revêtement d'un tunnel). Dans tous ces exemples, il s'agit de problèmes ordinaires de mécanique, comme on en rencontre pour la construction d'une machine, d'un pont, d'un navire ou d'un avion.

Dans le génie civil cependant, la détermination des déformations des appuis sous les charges et de la charge ultime qui provoque la rupture des massifs est un problème mécanique tout à fait particulier parce qu'il se heurte à une double incertitude. Il y a d'abord celle qui est liée à la définition géométrique du milieu géologique étudié : on ne connaît bien de notre Terre que sa surface, généralement cachée sous un manteau de 5 à 20 centimètres de terre végétale ; même si celui-ci est enlevé, ne disposant ni des rayons X ni du radar, la structure d'un sol sur un site donné n'est connue en profondeur que d'une façon approximative.

La seconde incertitude est celle qui règne sur les propriétés mécaniques – sur les qualités rhéologiques – des matériaux constitutifs des massifs de terre ou de roche ; ces propriétés sont en effet très différentes, comme le montrent les dénominations utilisées (sable, limon, argile, roches), les diverses compositions minérales, les compacités, qui sont fonction de l'histoire antérieure des chargements des massifs naturels. À l'opposé des matériaux industriels, les sols et les roches sont remplis d'imprévus, et il est nécessaire de faire sur chaque site une reconnaissance pour identifier et éprouver les matériaux naturels.

La géotechnique est la discipline qui tente la synthèse des informations nécessaires pour résoudre les problèmes appliqués que la pratique de la construction rencontre pour chaque nouveau site, pour chaque nouvelle structure. Elle fait appel à la géologie pour établir le schéma géométrique le plus proche de la réalité du sol et pour la détermination des conditions aux limites du problème mécanique. Elle fait appel à la mécanique des sols et à la mécanique des roches pour la définition du modèle de comportement des matériaux rencontrés, le but final étant la résolution d'un problème d'équilibre statique, de déformation sous charge ou de dynamique, posé par nos structures ou par la nature, comme dans le cas des glissements de terrain ou des séismes.

La géotechnique est une science appliquée et, à ce titre, elle a une incidence économique importante. Le coût des fondations d'un immeuble de grande hauteur, comme la tour Maine-Montparnasse, à Paris, représente 5 p. 100 du coût total des travaux mais, pour un garage enterré en site urbain, le coût des fouilles peut atteindre 25 p. 100 de l'ensemble ; bien entendu, il atteint 100 p. 100 pour la construction d'une digue ou d'un remblai. Une statistique portant sur trente années (de 1960 à 1990) montre que, sur 10 000 accidents de bâtiments en France, 3,5 p. 100 proviennent du sol. La statistique serait probablement moins sévère aujourd'hui, du fait des progrès réalisés dans la reconnaissance des sols depuis le milieu des années soixante-dix.

Il est difficile de situer les débuts de la géotechnique, même si le mot est moderne. Dès que l'homme a construit quelque chose, il lui a fallu des points d'appuis sûrs. Dans une science aussi appliquée faut-il penser d'abord à la théorie ou à la pratique ? À la formulation des lois de l'équilibre ou à la réalisation des pieux des premières habitations lacustres (qui datent probablement de 7 000 ans en Suisse, en Italie et en Irlande) ? Au critère de rupture identifié par Coulomb (1773) ou bien aux grandes masses de terre et de pierres des premières pyramides ? Il est en effet difficile de croire que les constructeurs de l'église Sainte-Sophie de Constantinople, bâtie en cinq ans, de 532 à 537, sous le règne de l'empereur Justinien, ou c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Sol limoneux

Sol limoneux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Loi de Coulomb : une Terre se réduit à une droite

Loi de Coulomb : une Terre se réduit à une droite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Surface de rupture et angle de dilatance

Surface de rupture et angle de dilatance
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Critère de rupture statique

Critère de rupture statique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur, conseiller scientifique du laboratoire de mécanique des solidesprésident de G3S (GIP Etude des structures souterraines de stockage)

Classification

Autres références

«  GÉOTECHNIQUE  » est également traité dans :

BARRAGES

  • Écrit par 
  • Claude BESSIÈRE, 
  • Pierre LONDE
  •  • 15 793 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Géologie, géotechnique »  : […] Les barrages en béton requièrent une fondation rocheuse de bonne qualité. Mais cette affirmation de principe demande à être précisée. L'appréciation de la qualité des rochers de fondation a été très souvent, dans le passé, le résultat d'un examen visuel et il peut encore en être ainsi lorsqu'on se trouve en présence d'appuis incontestables. Mais, avec l'augmentation du nombre des ouvrages à const […] Lire la suite

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 529 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'importance du développement technologique depuis 1960 »  : […] F. P. Shepard pouvait écrire en 1981 : « Les canyons ne sont plus un mystère bien qu'ils conservent encore des aspects énigmatiques. » C'est essentiellement aux progrès technologiques réalisés après 1960 par les chercheurs et industriels des États-Unis que nous devons cette évolution. Des instruments furent adaptés à l'étude des marges et des canyons et provoquèrent un prodigieux enrichissement […] Lire la suite

DIAGRAPHIES, géophysique

  • Écrit par 
  • Oberto SERRA
  •  • 6 084 mots
  •  • 7 médias

On désigne par diagraphie (du grec dia , « à travers », et graphein , « dessiner ») ou, plus couramment, par le terme américain log (qui signifie bûche, rouleau...) tout enregistrement continu des variations, en fonction de la profondeur, d'une caractéristique donnée des formations traversées par un sondage. Suivant ces caractéristiques et le moment où les mesures sont enregistrées, on parlera d […] Lire la suite

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 908 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la défense de la côte… »  : […] Afin de prémunir les habitants des effets de l’érosion, la stratégie a longtemps été de construire des ouvrages de défense censés endiguer le phénomène. À cet effet, différentes solutions de génie côtier sont mises en œuvre. Sur les plages, afin de bloquer le sable transporté par la dérive littorale, des ouvrages transversaux (perpendiculaires à la côte), tels que des épis en enrochement, sont imp […] Lire la suite

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 395 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les organiques »  : […] Les principales familles chimiques sont les polyamides (et polyaramides), les polyesters, les polyacryliques, le polychlorure de vinyle, les polyalcools vinyliques, les polyoléfines (cf.  polymères ). Les fibres de polyamides sont les plus anciennes fibres synthétiques utilisées en habillement. Il existe un grand nombre de variétés et d'applications. Ces fibres ont une tenue exceptionnelle à l'usa […] Lire la suite

TUNNELS

  • Écrit par 
  • Michel MAREC, 
  • Jean PÉRA
  •  • 8 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phases de la construction des ouvrages souterrains »  : […] C'est la stabilité du terrain pendant la construction qui impose le choix des procédés de construction. Deux situations se présentent : – Au cours du creusement, les variations de contraintes sont telles que le sol cohérent, ou le massif rocheux, reste stable dans son ensemble. Les dimensions de l'excavation ne sont alors limitées que par des conditions géométriques, telles que la proximité de la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HABIB, « GÉOTECHNIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geotechnique/