CÉSIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Propriétés

Les principales constantes physiques sont indiquées au tableau.

Césium : propriétés physiques

Césium : propriétés physiques

Tableau

Propriétés physiques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le césium cristallise dans le système cubique centré. C'est de tous les métaux celui qui possède le rayon atomique le plus élevé et la dureté la plus faible. La vapeur de césium est essentiellement monoatomique.

Le césium possède les propriétés chimiques caractéristiques des éléments de la famille des alcalins. Il est extrêmement réactif, se combinant avec les éléments électronégatifs pour donner des composés typiquement ioniques, solubles dans l'eau et qui constituent des électrolytes forts.

Le césium se combine avec l'hydrogène pour donner un hydrure salin CsH, de structure analogue à celle du chlorure de sodium, dans lequel l'hydrogène se trouve sous forme d'ion H-. Peu stable, CsH se décompose avant fusion.

Le césium brûle en présence d'un halogène. En raison de la taille de l'ion Cs+, les variétés usuelles d'halogénures ne possèdent pas la structure NaCl correspondant à la coordination 6 ; elles cristallisent avec une maille cubique centrée, l'ion Cs+ situé au centre se trouvant entouré par huit ions X- (X = Cl, Br, I) situés aux sommets. Ces halogénures forment entre eux ou avec d'autres halogénures métalliques des complexes colorés bien cristallisés et généralement peu solubles (Cs(Cl2I) ou Cs2PtCl6, par exemple).

La réactivité de l'oxygène vis-à-vis des métaux alcalins augmentant avec le numéro atomique, le césium est de tous les métaux celui qui présente la plus grande oxydabilité. Mis en contact avec l'air, le métal s'enflamme instantanément en donnant surtout un peroxyde CsO2 correspondant à l'ion O-2, contrairement au sodium et au lithium dont la combustion conduit à des oxydes correspondant respectivement aux ions O2-2 et O2-. Cette différence de comportement est liée à la diminution du potentiel d'ionisation avec le rayon ionique.

Le système césium-oxygène est complexe ; il comporte, en plus de l'oxyde normal Cs2O, des sous-oxydes et des peroxydes. Tous les oxydes [...]


Médias de l’article

Extraction à partir du pollux

Extraction à partir du pollux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Césium : propriétés physiques

Césium : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Oxydes

Oxydes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ingénieur chimiste, professeur à l'université de Bordeaux-I

Classification


Autres références

«  CÉSIUM  » est également traité dans :

DIAGRAPHIES, géophysique

  • Écrit par 
  • Oberto SERRA
  •  • 6 080 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Densité électronique »  : […] On mesure la masse volumique des formations d'une manière analogue à la méthode précédente, mais on soumet cette fois les formations à un bombardement continu de rayons gamma d'énergie égale à 662 kiloélectronvolts émis par une source de césium 137 Cs. Ces rayons gamma perdent de l'énergie par collision avec les électrons (effet Compton). Un détecteur à scintillation situé à une certaine distance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diagraphies-geophysique/#i_3084

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Les métaux alcalins – lithium, sodium, potassium, rubidium, césium et francium – constituent les éléments de la première colonne du tableau de classification périodique . Ils doivent leur nom à la propriété qu'ils ont de donner avec l'eau des bases fortes, ou « alcalis ». Cette famille chimique est particulièrement homogène ; les propriétés des différents métaux varient peu de l'un à l'autre, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_3084

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Conséquences radioécologiques »  : […] La pollution nucléaire se traduit par une augmentation de la quantité d'irradiation à laquelle l'homme est en moyenne soumis dans son environnement par exposition externe ou interne (respiration, alimentation). Cette pollution ajoute en effet son action à celle de l'irradiation naturelle (rayons cosmiques, « vents » solaires, radioactivité de l'air, des roches, etc.) à laquelle tous les êtres viv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_3084

SOLS - Dégradation des sols

  • Écrit par 
  • Mireille DOSSO
  •  • 4 892 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La dégradation chimique »  : […] La dégradation chimique des sols concerne aussi bien sa phase minérale que sa phase organique. Les principales manifestations de la dégradation chimique des sols sont les suivantes : –  La perte d'éléments nutritifs et/ou de matière organique . Ce phénomène, fréquent, intervient lorsque les exportations de ces substances lors de la récolte des cultures ne sont pas compensées par des apports d'intr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-erosion/#i_3084

SYSTÈME INTERNATIONAL D'UNITÉS (SI)

  • Écrit par 
  • Céline FELLAG ARIOUET
  •  • 5 753 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des unités désormais reliées à des constantes de la nature  »  : […] La révision du SI adoptée en 2018 est l’aboutissement de longues années de recherche et constitue une véritable révolution cohérente avec les progrès réalisés. Un changement de cap qui correspond aux connaissances actuelles de la nature. Jean-Philippe Uzan, directeur de recherche au CNRS et cosmologiste à l’Institut d’astrophysique de Paris explique : « Un système d’unités est une construction hum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-international-d-unites-si/#i_3084

TCHERNOBYL

  • Écrit par 
  • François-Xavier COGNÉ, 
  • Roland MASSE
  •  • 6 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cancers non thyroïdiens »  : […] Cinq millions d'habitants vivent en Biélorussie, Russie et Ukraine dans des zones significativement contaminées par les retombées radioactives de l'accident de Tchernobyl. Cette population a été répartie en groupes en fonction de la contamination des sols en césium 137 (tabl. 2) . Les territoires ayant reçu des activités de 137 Cs supérieures à 37 kilobecquerels par mètre carré (37 kBq/m 2 ) repré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchernobyl/#i_3084

Voir aussi

CÉSINE    HALOGÉNURES    HYDRURES    OXYDES    POLYSULFURES    SULFURES

Pour citer l’article

Roger NASLAIN, « CÉSIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesium/