LITHIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Alcalins : propriétés physiques

Alcalins : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lépidolite

Lépidolite
Crédits : R. Appiani/ De Agostini

photographie

Lithium : constantes physiques

Lithium : constantes physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lithium : solubilité dans l'eau

Lithium : solubilité dans l'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Le lithium est un métal blanc et brillant lorsqu'il est fraîchement coupé. Il a été découvert, en 1817, par Johann August Arfvedson dans un silicate d'aluminium naturel : le pétalite. Jöns Jacob Berzelius donna au nouvel élément, de numéro atomique Z = 3, le nom de lithion (du grec λ́ιθος, pierre) pour rappeler son origine minérale. C'est le plus léger de tous les éléments métalliques : sa densité est de 0,534 ; il fond à 180 0C et bout à 1 330 0C.

Comme l'indique sa structure électronique fondamentale 1 s2 2 s1, il appartient au sous-groupe IA de la classification périodique des éléments ; il est le premier terme de la famille des métaux alcalins. Les propriétés fondamentales de ces éléments sont liées à la présence d'un seul électron périphérique ns1 surmontant une couche très stable de type 2 (Li) ou 2-6 (Na, K, Rb, Cs) : ce sont tous des éléments monovalents, dotés d'un rayon atomique important, très électropositifs, extrêmement réactifs et qui donnent essentiellement des liaisons ioniques. Le lithium, tout en possédant les propriétés caractéristiques de la famille à laquelle il appartient, se singularise par la position particulière qu'il y occupe et présente, en vertu de la règle des analogies diagonales dans le tableau périodique, de nombreux points communs avec le magnésium et les alcalino-terreux. Ce comportement particulier du lithium est dû au fait que Li+ est, parmi les cations alcalins, celui qui possède le rayon le plus petit, donc le rapport charge-taille le plus élevé, ce qui lui confère un pouvoir polarisant important. Le pouvoir polarisant du cation Li+ est, entre autres, responsable de l'apparition d'un caractère covalent dans les combinaisons organiques et minérales du lithium – alors que celles des alcalins supérieurs sont typiquement ioniques –, de la formation d'hydrates et de complexes en solution, et des très grandes différences de solubilité des sels de lithium par rapport à ceux de potassium, de [...]

Alcalins : propriétés physiques

Alcalins : propriétés physiques

Tableau

Quelques propriétés physiques des métaux alcalins. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ingénieur chimiste, professeur à l'université de Bordeaux-I

Classification


Autres références

«  LITHIUM  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et classification périodique »  : […] Le Hamiltonien d'un atome à Z électrons peut être écrit sous une forme approximative telle que ses fonctions propres – les orbitales atomiques – soient déterminées par les quatre nombres quantiques de chaque électron A : Si un tel atome se trouve à l'état fondamental, tous ses électrons doivent être dans un état dont l'énergie est la plus basse possible. La spectroscopie mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3302

MANIACO-DÉPRESSIVE PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 920 mots

Dans le chapitre « Génétique et physiopathologie »  : […] L'étiologie génétique de la psychose maniaco-dépressive bipolaire est plus qu'une probabilité. Les études de jumeaux et les recherches génétiques sur les familles et les enfants adoptés permettent d'asseoir cette assertion, tout en s'efforçant de faire la part relative de ce qui revient au patrimoine génétique et de ce qui revient à l'environnement dans le déterminisme de la maladie. Il existe trè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-maniaco-depressive/#i_3302

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Les métaux alcalins – lithium, sodium, potassium, rubidium, césium et francium – constituent les éléments de la première colonne du tableau de classification périodique . Ils doivent leur nom à la propriété qu'ils ont de donner avec l'eau des bases fortes, ou « alcalis ». Cette famille chimique est particulièrement homogène ; les propriétés des différents métaux varient peu de l'un à l'autre, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_3302

MÉTAUX RARES

  • Écrit par 
  • Christian HOCQUARD
  •  • 6 416 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le lithium (Li)  »  : […] La demande en carbonate de lithium va croître rapidement avec la commercialisation massive d'automobiles électriques à batteries lithium-ion (Li-ion). Différentes utilisations sont également attendues dans d'autres secteurs : nouveaux alliages aluminium-lithium destinés à l'industrie aérospatiale ; la substitution des batteries Ni-MH (nickel-hydrure de métal) par les batteries Li-ion plus perform […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-rares/#i_3302

NAINES BRUNES

  • Écrit par 
  • Isabelle BARAFFE
  •  • 3 119 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'atmosphère des naines brunes »  : […] L'impact de la découverte de Gliese 229B fut énorme, d'une part dans le monde de l'astronomie stellaire, car cela confirmait les prédictions théoriques concernant l'existence des naines brunes, d'autre part, dans le monde de la planétologie, car le spectre de Gliese 229B ressemble à celui de Jupiter, avec en particulier des signatures caractéristiques d'absorption due à la vapeur d'eau et au mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naines-brunes/#i_3302

NOYAUX À HALO, physique nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 110 mots

Forme particulière de certains isotopes très riches en neutrons de noyaux atomiques légers. Le premier exemple découvert est le lithium 11, qui contient un cœur formé de trois protons et de six neutrons entouré d'un halo de deux neutrons ; l'extension spatiale de ce halo est entre cinq et dix fois supérieure à la taille du cœur, ce qui s'explique par la faible énergie de liaison de cette paire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-a-halo-physique-nucleaire/#i_3302

NUCLÉAIRE - Applications militaires

  • Écrit par 
  • Paul BOUÉ, 
  • Thierry MASSARD, 
  • François OLIVE
  •  • 8 604 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Matériaux fusibles »  : […] Les matériaux fusibles les plus intéressants sont les isotopes de masse 2 et 3 de l'hydrogène : le deutérium et le tritium, puis l'isotope de masse 6 du lithium. Le tritium n'existe qu'à l'état de traces dans la nature et doit être fabriqué, alors que les deux autres corps existent, très dilués, à l'état naturel : il faut les concentrer pour les mettre en œuvre. Pour obtenir la fusion, il fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-militaires/#i_3302

PSYCHOPHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DENIKER
  •  • 4 806 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Traitement par le lithium »  : […] Un nouveau progrès avait été réalisé avec l'emploi des sels de lithium (carbonate). Proposé dès 1948 (Cade), puis pratiquement abandonné en raison d'accidents toxiques de surdosage, cet agent très simple a repris une place de premier plan depuis que son maniement est correctement guidé par des dosages réguliers du lithium dans le sang des malades en traitement (M. Schou et al.), et que les accide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/#i_3302

THERMONUCLÉAIRE ÉNERGIE

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Pascal GARIN, 
  • Michel GRÉGOIRE, 
  • Guy LAVAL, 
  • Jean-Paul WATTEAU, 
  • Joseph WEISSE
  •  • 19 239 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Autres approches : faisceaux de particules et hautes puissances pulsées »  : […] Un des points clés de la réalisation d'un réacteur est donc de disposer d'une source d'énergie dirigée répétitive d'un rendement suffisant. Le laser ayant au début des travaux un rendement de quelques pour-mille et une cadence de tir de l'ordre de l'heure imposée par le refroidissement des amplificateurs, une autre approche de la fusion par confinement inertiel s'est développée. Elle consiste à s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energie-thermonucleaire/#i_3302

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger NASLAIN, « LITHIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithium/