Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CURTIUS ERNST ROBERT (1886-1956)

S'il fallait écrire l'histoire de l'idée de l'unité européenne, Ernst Robert Curtius y tiendrait une place éminente. En effet, ce savant philologue et critique allemand rêve, depuis la Première Guerre mondiale, d'une Europe sans frontières, dont l'unité culturelle serait sauvegardée par une élite qui la dirigerait. Cette vieille Europe, et avec elle la culture occidentale, pourrait survivre malgré les prophéties sur son « déclin » faites par Spengler si cette élite, composée d'hommes de lettres imprégnés d'humanisme, la prenait en main.

Peut-on expliquer l'européanisme très tôt réveillé de Curtius par son origine même ? Il est né en Alsace en 1886. Serait-il plus juste de l'attribuer aux influences d'un cercle d'écrivains très ouverts au dialogue franco-allemand qu'il rencontre en 1922 à Pontigny, Gide et Paul Desjardins notamment ? Ou encore à sa formation de philologue spécialisé en langues romanes — ses maîtres sont Gustav Gröber et Aby Warburg — ? Est-ce encore son amitié pour T. S. Eliot et la littérature anglaise qui détermine davantage son intérêt pour cette « Europe de l'esprit » ? En tout cas, sa correspondance très fournie avec toute l'Europe (avec Charles Du Bos, Valéry, Gide, Valery Larbaud, Stefan George, José Ortega y Gasset, Max Scheler et T. S. Eliot entre autres) témoigne de ses dons d'organisateur littéraire et rappelle la personnalité de Goethe (cf. Deutsch-französische Gespräche 1920-1950. La correspondance d'E. R. Curtius..., Dieckmann, Francfort-sur-le-Main, 1980).

Tout philologue qu'il est, Curtius s'intéresse au début de sa carrière universitaire (il enseigne à Bonn, à Marbourg, à Heidelberg) aux littératures contemporaines : après avoir publié des essais sur Barrès et le nationalisme français (1921), sur Balzac (1923), il est parmi les premiers à reconnaître l'importance de Proust dont il dit dans son livre paru en Allemagne en 1925 : « Ainsi, il existe encore un art qui rend un son d'éternité, à une époque qui n'y cherche plus que spasmes et convulsions. » Ce même son d'éternité, il le trouve en lisant La Terre vaine de T. S. Eliot qu'il traduit en allemand. Vers la fin des années vingt, le passé, l'histoire des idées commencent à prendre le pas sur le présent dans l'activité critique de Curtius : dans l'Essai sur la France (1930) et dans L'Idée de civilisation dans la conscience française, il démontre l'importance de l'héritage romain (« durant cinq siècles, de César à Clovis, la Gaule a vécu en communauté avec Rome ») pour prouver que « la France prolonge dans le monde l'idée antique de la culture », alors que l'Empire germanique est en rupture avec elle.

Désormais (c'est-à-dire à partir des années trente, moment où le ciel européen s'obscurcit), Curtius ne s'intéresse qu'à cette continuité qui est la thèse fondamentale de son chef-d'œuvre, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin (Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, 1948, trad. franç. Jean Bréjoux, P.U.F., 1956). Ce fruit de l'émigration intérieure est une somme d'érudition, un ouvrage scientifique embrassant toute l'étendue de la littérature telle qu'elle s'est transmise depuis l'Antiquité jusqu'au xviiie siècle grâce à la tradition qui se perpétue et s'ordonne, aux yeux de Curtius, dans le cadre de la rhétorique. C'est la rhétorique en effet qui enseigne (et par laquelle on enseigne) le comment et le pourquoi de tout discours littéraire, alors que la topique, le « magasin » d'idées, contient, lui, tous les thèmes, sujets et motifs où puisent les hommes de lettres depuis Homère. L'autre élément de la continuité, mais aussi de l'universalité du monde[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Véronique KLAUBER. CURTIUS ERNST ROBERT (1886-1956) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • CÉLÉBRATION, genre littéraire

    • Écrit par
    • 852 mots

    Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la...

  • CRITIQUE LITTÉRAIRE

    • Écrit par et
    • 12 918 mots
    • 4 médias
    ...occidentales par-delà les différences nationales. Erich Auerbach, étudiant l'imitation du réel (la mimésis) depuis Homère jusqu'à Joyce, et Ernst Robert Curtius, démontrant la survivance de topoi grecs, romains ou bibliques dans la littérature moderne, avaient montré, chacun à sa manière,...
  • LITTÉRATURE - La littérature comparée

    • Écrit par
    • 11 096 mots
    • 2 médias
    Au thème comme lieu commun on donnera le nom de « topos », et à la thématologie ainsi conçue le nom de « topique ». Le classique de ce genre d'études est le livre d'Ernst-Robert Curtius sur La Littérature européenne et le Moyen Âge latin (1948). Il ne s'agit pas seulement des...