CATHOLICISMELe pontificat de Benoît XVI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une série de faux pas

Soutenue par toutes les forces conservatrices de l'Église, déterminées à tirer parti de la disposition d'esprit du pape pour hâter l'enterrement de première classe du IIe concile du Vatican, la papauté s'est précipitée dans une impressionnante série d'incidents catastrophiques, au point de démontrer que même la plus intelligente des tentatives de retour à l'Église autarcique et antimoderne était vouée à l'échec.

Ce faisant, les catholiques ont pu faire l'expérience de deux phénomènes qui ont entraîné le réexamen du statut traditionnel de la papauté :

– Plus il était touché par ces incidents, plus l'Infaillible a été obligé de se reconnaître faillible, tentant des autocritiques publiques plus ou moins convaincantes et produisant aussitôt des correctifs à ses positions reconnues comme erronées ou inopportunes. Il s'est ainsi donné de nombreuses occasions de démontrer qu'il n'était pas prisonnier de sa biographie de gardien inflexible de la foi et savait tirer les leçons de ses accidents de parcours. Un régime de faillibilité fissurait donc le monolithe, ouvrant sur un pluralisme inédit, expérience d'autant plus paradoxale pour le porte-étendard de la lutte acharnée contre le relativisme moderne.

– Élu pour la finesse de son intelligence, le pape Benoît a bien fait voir que, si considérable fût-elle, l'intelligence théologique ne suffit pas pour gouverner une nef aussi complexe que l'Église catholique sur la mer agitée du xxie siècle. Pour continuer la métaphore nautique, nombre d'observateurs à Rome doutent que la barque de Pierre puisse être bien guidée depuis le nid-de-pie de son grand-mât, alors que le gouvernail est laissé à un équipage de fonctionnaires qui ne partagent pas « l'état de grâce » de la vigie.

Toute une série de malentendus ou d'erreurs ont ainsi ruiné la tentative de reproduire un modèle de monarchie absolue, avec un pape isolé au sommet alors que ses responsabilités sont devenues si lourdes qu'elles ne sont plus supportables pour un homme seul. Le modèle wojtylien de massification mondialiste épuisé, le pape bavarois a inauguré une formule opposée : un primat « académique », exercé depuis une tour d'ivoire. Dans l'un et l'autre modèle la collégialité avec les évêques proposée par le IIe concile du Vatican a rarement opéré.

Le premier incident s'est produit à la fin du voyage en Pologne, 28 mai 2006, lors de la visite des camps d'Auschwitz-Birkenau par le pape, quand il déclara que la responsabilité de l'extermination portait uniquement sur un « groupe criminel » parvenu au pouvoir par de fausses promesses faites au peuple allemand. Les réactions ont été si vives, en particulier dans les milieux juifs, qu'elles contraignirent le pape à préciser qu'il condamnait sans équivoque la haine raciale et l'antisémitisme, même s'il préférait ne pas se prononcer sur le problème de la responsabilité collective du peuple allemand dans la politique criminelle du IIIe Reich.

Nouvelles et plus graves réactions, cette fois dans le monde islamique, lors de la lectio magistralis du 12 septembre 2006, à l'université de Ratisbonne. Le pape cita avec insistance un dialogue en date de 1391 entre l'empereur byzantin Manuel II Paléologue et un savant musulman de Perse, où le prophète Mahomet était décrit comme « violent et inhumain » pour avoir autorisé l'usage de l'épée pour l'expansion de la foi. Quant à la sourate 2, verset 256 du Coran « Il n'y a pas de contrainte en religion », il l'attribuait à la période de prédication du Prophète à la Mecque, lorsque celui-ci était « impuissant et sous la menace ». Au vu des protestations islamiques, il fut immédiatement évident que l'incident était grave au point de menacer le dialogue islamo-chrétien. Le pape multiplia les gestes d'apaisement et décida de restaurer l'autonomie du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, appelant à sa présidence le cardinal français Jean-Louis Tauran.

Le pape commit pourtant un nouvel impair à l'encontre du monde musulman en conférant, lors de la veillée pascale de 2008 à Saint-Pierre, le baptême à un converti de l'islam, le journaliste Magdi Allam. Ce geste fut ressenti par de nombreux musulmans comme une offense, d'autant plus que son protagoniste, fanatisé par le mouvement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'éthique de l'information à l'université de Padoue, correspondant de presse accrédité auprès du Saint-Siège depuis 1961

Classification

Autres références

«  CATHOLICISME  » est également traité dans :

CATHOLICISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Régis BURNET
  •  • 1 225 mots

Avec le protestantisme, l'anglicanisme et l'orthodoxie, le catholicisme est l'une des principales formes de la religion chrétienne. Son nom officiel, « Église catholique apostolique et romaine », résume ses principales caractéristiques. « Catholique » vient du grec katholikos, qui signifie « universel » : le catholicisme affirme sa vocation à convertir tous les hommes. « Aposto […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Au cours du IIe concile du Vatican, l'Église catholique romaine, dans une prise de conscience renouvelée de sa mission, de sa nature, de ses structures, a cherché à se définir de manière assez neuve dans son rapport au monde : plus lucidement respectueuse de la liberté des consciences et davantage sensibilisée aux urgences du service de […] Lire la suite

CATHOLICISME - La crise postconciliaire

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 636 mots

Le singulier du terme « Église » contraste avec des pratiques et des croyances de plus en plus diversifiées – ou contradictoires – entre catholiques. Ces différences prolifèrent à mesure que s'épuise l'activité postconciliaire, fondée sur une utopie longtemps mobilisatrice. Elles se multiplient ou, simplement, elles réapparaissent dans le paysage où s'efface lentement, soleil couchant, le mythe ré […] Lire la suite

CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain

  • Écrit par 
  • Paul THIBAUD
  •  • 3 344 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'on parlait du catholicisme vers le milieu du xxe siècle, la tâche n'était pas toujours facile. Au moins croyait-on savoir où le trouver : dans les institutions qui en avaient le contrôle, l'Église avec ses fidèles, sa hiérar […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Pour comprendre les institutions actuelles de l'Église catholique, il faut partir du fait historique qui explique son origine : la conviction d'un petit groupe d'hommes et de femmes, dans les années 30 à 40 du premier siècle, que Jésus de Nazareth, récemment crucifié sur ordre de Ponce Pilate, procurateur de Judée, était ressuscité, qu'il était le fils de Dieu, Dieu lui-même, l'Homme-Dieu, seigneu […] Lire la suite

CATHOLICISME - Les nouveaux mouvements ecclésiaux

  • Écrit par 
  • Salvatore ABBRUZZESE
  •  • 2 470 mots

Les nouveaux mouvements ecclésiaux qui s'affirment au sein de l'Église catholique à partir des années 1970 signalent la reprise d'une spiritualité laïque. Ils s'expriment sous la forme de groupements communautaires à l'heure d'une société apaisée dans ses rapports avec l'Église et « désidéologisée » dans ses pratiques culturelles. L'exigence d'une foi retrouv […] Lire la suite

ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PETIT
  •  • 1 087 mots

L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus, qui lui demanderont de répondre à leurs questions à l'occasion du cinquantième anniversaire de s […] Lire la suite

ACTION CATHOLIQUE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 454 mots

Trop multiforme et trop étendue pour constituer une véritable organisation, l'Action catholique est plutôt un ensemble de mouvements obéissant à une sorte d'idée-force ou de loi-cadre qui consiste, dans l'Église contemporaine, à faire participer les laïcs à l'apostolat dont le pape et les évêques sont les premiers responsables. Les mouvements très variés qui ont tenté de mettre en œuvre ce dessein […] Lire la suite

AMÉRICANISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 376 mots

Doctrine ou attitude condamnée en 1899 par Léon XIII dans sa lettre Testem benevolentiae . « Hérésie fantôme », diront ceux qui étaient ou se sentaient visés. Opinions nouvelles qui amalgament les vertus américaines avec de vieilles erreurs et font le jeu du protestantisme anglo-saxon, expliqueront ceux qui jugeaient cette mesure nécessaire. Simple tactique d'apostolat où l'on a voulu chercher une […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'Église »  : […] L'Amérique latine est avant tout un continent catholique : elle porte près de la moitié des fidèles de l'Église de Rome, un tiers de ses évêques. La population est chrétienne à 90 p. 100, et les protestants, en progression, en représentent 20 p. 100, essentiellement au sein des différentes églises évangéliques. Le Brésil est le premier pays catholique du monde avec 136 millions de fidèles, soit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Giancarlo ZIZOLA, « CATHOLICISME - Le pontificat de Benoît XVI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-le-pontificat-de-benoit-xvi/