CATÉCHISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la religion catholique, le mot « catéchisme » désigne l'exposé du contenu minimal de la foi, destiné, par opposition à la catéchèse (qui s'adresse aux catéchumènes, adultes se préparant au baptême) à des baptisés ignorants, soit, d'abord, les enfants. Les deux termes sont cependant reçus aujourd'hui comme synonymes : la distinction n'a en effet plus guère de raison d'être, vu l'infime minorité concernée par la catéchèse stricto sensu ; en outre, l'évolution récente tend à gommer la différence de statut entre des enfants supposés incapables de réfléchir et des adultes supposés savoir. On parlera donc volontiers de « pastorale catéchétique ».

Il est clair en tout cas que le catéchisme apparaît précisément quand les baptêmes cessent d'être administrés aux adultes initiés : baptêmes des enfants ou conversions massives de tribus païennes. L'entreprise carolingienne de christianisation comporte une part d'enseignement : obligation d'apprendre le Pater et le Credo, etc. Mais il est difficile d'en connaître l'impact réel, et l'on ne saisit bien que les apports plus tardifs : au xiie siècle, l'apparition des deux formes traditionnelles de catéchisme, l'Élucidaire (en trois parties) et le Septénaire, auquel Thomas d'Aquin, entre autres, emprunte la présentation des thèmes en groupes de sept points parallèles. L'œuvre de Gerson (1363-1429) fait date, par son souci aigu de surmonter les conflits entre savants grâce à l'instruction simple de la jeunesse ; son Opus tripartitum deviendra, aux moments d'effervescence évangéliste et humaniste, un repère sûr pour l'Église de France.

L'immense succès de l'Enchiridion de Luther (1529), dont les préoccupations réformatrices trouvaient dans l'éducation un enjeu de taille, oblige la Contre-Réforme à une réaction de grande envergure. Puisque les protestants proposaient un petit et un grand catéchisme, Pierre Canisius, le premier, publie (1556-1558) contre eux trois catéchismes qui répondent aux âges allant de l'enfance à l'université : minimus, minor, major. Le concile de Trente décide la publication du Catéchisme romain, approuvé par le pape Pie V en 1566, mais destiné aux clercs : sa large diffusion (522 éditions latines recensées par le professeur Bellinger ; 353 traductions en 19 langues) n'a donc pas nui à celle des ouvrages de Canisius, qui passe pour la plus importante après la Bible. L'ensemble a constitué, avec les catéchismes de Bellarmin (1597-1598), la base de la prédication et de l'instruction pendant trois siècles.

Mais le catéchisme seul ne suffit plus : un besoin plus général d'éducation se fait sentir. Les états de Blois (1587) exigent des paroissiens qu'il fassent « instruire leurs enfants dans la religion et [...] apprendre la lecture, l'écriture et le catéchisme ». Les écoles élémentaires sont fondées au siècle suivant. Parallèlement, l'Église suscite quantité d'organisations aptes à former des éducateurs : confrérie de la doctrine chrétienne (sous l'impulsion décisive de Charles Borromée) et institut des doctrinaires français (1598) ; « séminaire des chrétiens » ; séminaire et sœurs de Saint-Charles ; frères des écoles chrétiennes... Les catéchismes se multiplient : privés, de paroisse, d'école, de séminaire, diocésains. Par ces derniers, les évêques tâchent d'imposer une synthèse reçue sur tout leur territoire ; mais les besoins sont très variés : diversité (jusque dans les langues, les dialectes, la transmission orale ou écrite) villes/campagnes, pays de vieille chrétienté/pays de mission, et même, bien sûr, masculin/féminin.

Le catéchisme reflète ainsi son époque, avec les débats du moment. Qu'on étudie par exemple les catéchismes français : jansénistes, gallicans ou antijansénistes au xviiie siècle ! L'Assemblée du clergé en 1785, les États généraux en 1789 exprimaient donc le souhait d'un catéchisme unique. La refonte des circonscriptions diocésaines en fit une nécessité lors de la réorganisation religieuse consécutive au Concordat. Les Articles organiques stipulent « qu'il n'y aura qu'une liturgie et qu'un catéchisme en France ». Une telle prise de position est conforme à la volonté d'unifor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CATÉCHISME  » est également traité dans :

ALFRINK BERNARD JAN (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Kees MIDDELHOFF
  •  • 2 114 mots

Archevêque d'Utrecht pendant les tumultueuses années soixante, le cardinal Bernard Jan Alfrink fut l'initiateur de l'idée de collégialité lors du II e  concile du Vatican. Président international de Pax Christi, il restera celui dont l'élimination par Rome fut, selon Hans Küng, le scandale du xx e  siècle. Né, d'un père menuisier, dans un milieu catholique minoritaire de Nijkerk (en dialecte « nou […] Lire la suite

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un réformateur de la fécondité de la grâce »  : […] En cinquante-cinq ans d'existence, Jean Calvin est ainsi devenu, presque malgré lui, le réformateur d'une ville et, à partir de ce modèle de république chrétienne des conseils, celui qui a dressé, au travers de l'Europe et bientôt au-delà des mers, une chrétienté qui ne s'appellera jamais calviniste, mais tantôt réformée, quant à la substance de son message à l'écoute des saintes Écritures, tantôt […] Lire la suite

HEIDELBERG CATÉCHISME DE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 617 mots

Sous le titre complet de Catéchisme ou Instruction chrétienne, telle qu'elle est donnée dans les églises et les écoles du Palatinat électoral , ce document est intégré, en novembre 1563, dans la Constitution ecclésiastique que l'Électeur Frédéric III « le Pieux » fait adopter, dans un territoire où l'institutionnalisation de la Réforme n'a été entreprise que récemment et où les controverses entre […] Lire la suite

VERITATIS SPLENDOR ENCYCLIQUE (1993)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 1 465 mots

Littéralement, les encycliques (ou, en termes plus classiques, les « lettres encycliques ») sont des lettres circulaires, publiques, du pape à l'épiscopat du monde entier, à un épiscopat particulier, ou même — plus récemment — à un auditoire plus large, prêtres et fidèles. Elles se distinguent ainsi des lettres personnelles, privées, que la chancellerie pontificale appelait brefs. C'est un genre l […] Lire la suite

Les derniers événements

2 août 2018 Église catholique. Dénonciation de la peine de mort dans le nouveau catéchisme.

Le Vatican rend publique la nouvelle version du Catéchisme de l’Église catholique, approuvée par le pape François en mai, qui indique que « l’Église enseigne, à la lumière de l’Évangile, que la peine de mort est une mesure inhumaine qui blesse la dignité personnelle et elle s’engage de façon déterminée, en vue de son abolition partout dans le monde ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « CATÉCHISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catechisme/