SÉMINAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme qui — tout en bénéficiant, à la suite de sa récente importation d'Allemagne (Seminar), du sens nouveau de « groupe de travail d'étudiants ou de chercheurs » — désigne un centre de formation pour les futurs ministres ordonnés de l'Église catholique (du latin ecclésiastique seminarium, « pépinière », qui vient à son tour de semen, « semence »). Dès le ive siècle, l'Église institua des écoles presbytérales ayant cette destination et, plus tard, des écoles cathédrales. Le IVe concile du Latran (1215) fit une obligation d'en créer un aux Églises qui le pourraient. Le concile de Trente, au xvie siècle, décida d'étendre cette prescription à tous les diocèses, dans le souci de promouvoir une réforme profonde du clergé. Les séminaires assurent alors la première formation générale littéraire, puis l'enseignement de la théologie et des disciplines sacrées, telles que l'éloquence. Ainsi sont apparus peu à peu le « petit » et le « grand » séminaire. L'institution nouvelle a été souvent confiée à des instituts de prêtres spécialisés, notamment en France, à la congrégation des Lazaristes fondée par saint Vincent de Paul et à la compagnie de Saint-Sulpice créée par Jean-Jacques Olier.

Selon la discipline actuelle, chaque diocèse devrait avoir un séminaire et, si possible, pour les deux étapes de formation, un petit et un grand séminaire, sis dans la ville épiscopale. Le séminaire est placé sous l'autorité de l'évêque, assisté de quelques membres du clergé diocésain pour la discipline et la gestion du temporel. Selon le droit canonique, le séminaire est une personne morale possédant son patrimoine et dirigée par un recteur ou supérieur. À défaut de séminaire diocésain, un séminaire régional ou national doit être constitué selon les règles établies par les évêques intéressés et approuvées par le Siège apostolique. Tel est de plus en plus souvent le cas en de nombreux pays, en raison de la raréfaction des vocations à l'état ecclésiastique. Les conditions d'admission sont aujourd'hui plus souples qu'autrefois et la formation à la pastorale y tient une plus grande place. L'enseignement théologique est précédé d'une formation humaine générale et chrétienne. Les séminaires sont sous la tutelle de la Sacrée Congrégation de l'enseignement catholique.

—  Jean PASSICOS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÉMINAIRE  » est également traité dans :

CONTRE-RÉFORME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application des décisions du concile »  : […] Rome, qui n'avait pas veillé à l'application des décisions prises dans les conciles qui précédèrent celui de Trente, travailla, en revanche, à faire entrer les décrets tridentins dans la vie quotidienne. Pie IV les confirma dès le 26 janvier 1564 (les pères s'étaient séparés le 4 décembre précédent) et une bulle précisa en juillet qu'ils seraient obligatoires dans tout l'univers catholique. Deux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-reforme/#i_46689

EUDISTES

  • Écrit par 
  • Charles BERTHELOT DU CHESNAY
  •  • 319 mots

Membres d'une société de prêtres séculiers, groupés en 1643 par saint Jean Eudes (1601-1680) pour s'occuper de la formation du clergé dans les séminaires diocésains et raviver la foi des fidèles par des missions paroissiales. Les Eudistes dirigent, jusqu'à la Révolution, la plupart des séminaires de Normandie et, en outre, les séminaires de Dol, de Rennes et de Senlis. Dispersés en 1792, rétablis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudistes/#i_46689

MISSION DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 410 mots

Institution interdiocésaine créée, le 24 juillet 1941, par les cardinaux et archevêques de France. Dans la décennie qui avait précédé, l'épiscopat français avait en effet pris conscience de ce qu'on a appelé la déchristianisation : l'abandon de la pratique religieuse par un grand nombre de catholiques, spécialement dans certaines régions rurales et dans les banlieues. En créant le séminaire de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-de-france/#i_46689

MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS SOCIÉTÉ DES

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 327 mots

La fondation du séminaire parisien des missions étrangères, rue du Bac, a pour origine lointaine le passage à Paris, en 1653, d'un missionnaire jésuite du Tonkin, le père Alexandre de Rhodes, et les informations qu'il donna à quelques prêtres encore étudiants sur les problèmes de jeunes communautés chrétiennes insuffisamment pourvues de clergé. Plusieurs de ces prêtres décident alors de se mettre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-des-missions-etrangeres-de-paris/#i_46689

OLIER JEAN-JACQUES (1608-1657)

  • Écrit par 
  • Irénée NOYE
  •  • 623 mots

Ecclésiatique français, auteur spirituel, fondateur de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Parisien, mais élevé à Lyon où son père était intendant royal, Jean-Jacques Olier s'était préparé à une brillante carrière ecclésiastique ; pourvu de bénéfices, reçu maître ès arts à Paris en 1627, étudiant de théologie en Sorbonne, il prit enfin au sérieux sa vocation et se mit sous la direction de V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-olier/#i_46689

SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE

  • Écrit par 
  • Irénée NOYE
  •  • 745 mots

Société de prêtres (qu'on appelle aussi Sulpiciens) issue, au xvii e  siècle, de l'établissement fondé par Jean-Jacques Olier et désigné sous le nom de séminaire de Saint-Sulpice à cause de la paroisse parisienne auprès de laquelle il fonctionnait dès 1642. Cet établissement fit rapidement école : des évêques français, désireux de réformer leur clergé, font appel aux « messieurs de Saint-Sulpice » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/compagnie-des-pretres-de-saint-sulpice/#i_46689

TRENTE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les réformes disciplinaires »  : […] Au long des sessions, le concile mena de front la clarification doctrinale et la réforme de l'Église. Le point de départ de celle-ci fut, dès la V e  session, le décret sur la prédication. Donnant implicitement raison à Luther, qui, dans un sermon de 1512, avait protesté contre « le silence organisé sur la parole de Dieu ou son adultération », les pères demandèrent au clergé séculier, à tous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trente-concile-de/#i_46689

TRONSON LOUIS (1622-1700)

  • Écrit par 
  • Émile GOICHOT
  •  • 457 mots

Né dans une famille parlementaire, prêtre en 1647, Louis Tronson entra dans la Compagnie de Saint-Sulpice, congrégation fondée par Jean-Jacques Olier, pour administrer la paroisse parisienne de ce nom et former les cadres du clergé dans les établissements créés selon les directives du concile de Trente : les séminaires. Sa vie est tout entière consacrée à l'éducation cléricale. Il assume la charge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-tronson/#i_46689

Pour citer l’article

Jean PASSICOS, « SÉMINAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seminaire/