GOLDONI CARLO (1707-1793)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un créateur pragmatique

La prédestination goldonienne est en réalité la conquête difficile d'un marché et d'une écriture dramatique, faite de défis, d'explorations, de recommencements. Une première phase, symbolique de toute sa carrière, allie la découverte des “entreprises” théâtrales de Venise – sept salles publiques, concurrentielles, où triomphe le dramma per musica, pourvues de troupes très hiérarchisées – et l'exploration des genres comiques en vogue, la comédie des improvisateurs peuplée de types figés dans une technique scénique répétitive et l'intermède comique, forme brève de l'opéra. Décisives sont ses rencontres avec des praticiens du spectacle populaire, comme Buonafede Vitali, capocomico d'une compagnie ambulante, ou l'impresario génois Giuseppe Imer, rencontré à Vérone en 1734 et grâce à qui il obtient un contrat au théâtre San Samuele, fief d'Antonio Sacchi, le “meilleur Arlequin du siècle” : Goldoni apprend ainsi à ne pas oublier “le caractère et l'habileté des acteurs”. Fondamentaux, aussi, les intermèdes comiques écrits pour eux, des “graines semées dans son champ pour y recueillir un jour des fruits mûrs”. Avec leurs silhouettes saisies dans leurs activités quotidiennes (pêcheurs, charlatans, coquettes, barbons, sigisbées) et insérées dans les ressorts traditionnels du comique, ils présentent déjà tous les éléments de la dramaturgie goldonienne, un harmonieux mélange entre observation du réel et connaissance des règles de la scène : le Monde et le Théâtre, les deux seuls livres dont Goldoni déclare ensuite s'inspirer. De ces prémisses naît sa conception de la réforme, très pragmatique – il l'exposera “en action” dans sa pièce-manifeste Le Théâtre comique en mettant en scène la répétition hésitante d'une comédie “à l'ancienne” –, qui concerne tout le théâtre comique, lyrique ou parlé, et qui pour la première fois lie le texte, sa représentation et sa réception. Nombreux étaient ceux qui, à Florence, à Naples et à Venise même, avaient tenté de purger la comédie de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GOLDONI CARLO (1707-1793)  » est également traité dans :

IL VENTAGLIO (mise en scène L. Ronconi)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 986 mots

Giorgio Strehler n'aimait pas L'Éventail : « Les gens du peuple, disait-il, ne sont pas comme ça. » Luca Ronconi, qui lui a succédé à la tête du Piccolo Teatro de Milan, met en scène Il Ventaglio, de […] Lire la suite

LA TRILOGIE DE LA VILLÉGIATURE, Carlo Goldoni - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Françoise DECROISETTE
  •  • 1 071 mots
  •  • 1 média

Lorsque les trois comédies composant La Trilogie de la villégiature sont représentées pour la première fois en octobre 1761, à Venise, au théâtre San Luca, Carlo Goldoni (1707-1793) a cinquante-quatre ans. Depuis son entrée dans le monde du théâtre en 1748, il a réussi à imposer aux acteurs le jeu « prémédité », le respect du texte et […] Lire la suite

CHIARI PIETRO (1711-1785)

  • Écrit par 
  • Valeria TASCA
  •  • 728 mots

Jésuite, professeur d'éloquence à Modène en 1736-1737, Pietro Chiari quitta l'enseignement pour vivre de sa plume. De la part d'un homme de très modeste origine, c'était manifester de l'esprit d'aventure. Il commença par exploiter la veine de la vulgarisation scientifique et philosophique inaugurée en France par Fontenelle et publia des Lettres choisies sur divers sujets agréables de critique et […] Lire la suite

GOZZI CARLO (1720-1806)

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  •  • 1 528 mots

Dans le chapitre « Un polémiste atrabilaire »  : […] Carlo Gozzi est originaire de Venise ; c'est dans cette ville aussi qu'il mourut à l'âge de quatre-vingt-six ans. Issu d'une noble famille ruinée, son éducation fut assez négligée pour qu'on puisse voir en lui un autodidacte acharné à l'étude malgré les contrariétés d'une santé précaire qui aigrit son caractère. Sa jeunesse fut celle d'un solitaire, d'une humeur taciturne et austère, ayant la litt […] Lire la suite

PICCOLO TEATRO

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 917 mots

Créé à Milan en mai 1947 par Paolo Grassi et Giorgio Strehler, le Piccolo Teatro doit son nom à l'exiguïté du lieu dans lequel il s'installe : un cinéma désaffecté de 450 places disposant d'une scène étriquée, via Rovello. En créant cette structure, les fondateurs ont pour ambition de promouvoir un théâtre d'art tourné vers un public populaire, marquant ainsi, à l'instar de ce qu'accomplirent Jac […] Lire la suite

STREHLER GIORGIO (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Myriam TANANT
  •  • 1 887 mots

Dans le chapitre « Sous le signe de Brecht »  : […] Au milieu des années 1950, le travail de Strehler prend un tournant décisif. Avec la trilogie de La Villégiature de Goldoni (1954), La Cerisaie de Tchekhov (1955), El nost Milan de Bertolazzi (1955) et L'Opéra de quat' sous de Brecht (1956), qui ont valeur de manifeste, il entend promouvoir un théâtre réaliste et épique. « Ce que Brecht m'a enseigné, dira-t-il, c'est un théâtre humain riche, ent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise DECROISETTE, « GOLDONI CARLO - (1707-1793) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-goldoni/